Maroc : Communiqué de presse d’Omar Radi (4 juillet 2020)

Jeudi 2 juillet 2020, lors d’un point de presse, le gouvernement a affirmé, sans me nommer, que je suis “soumis à une enquête judiciaire pour atteinte présumée à la sécurité de l’Etat, en raison de [mes] liens avec un officier de liaison d’un pays étranger”.

C’est ainsi que j’ai appris, avec stupéfaction et incrédulité, l’objet de l’enquête préliminaire dont je fais l’objet.

Dans le cadre de cette enquête menée par la BNPJ, j’ai répondu à deux convocations, les 25 juin et 2 juillet 2020. Aucune question sur un supposé agent de renseignement ne m’a été posée.

Sur ce sujet, ma réponse est sans équivoque : je n’ai jamais été à la solde d’une puissance étrangère et ne le serai jamais.

Quelques heures après la communication gouvernementale, un site d’information, Le360.ma, a publié des éléments me renseignant sur mes supposés liens avec un « officier des renseignements britanniques ». Cet article fait suite à plusieurs autres, dont l’un sur Chouf TV, qui cite deux bureaux d’études réputés pour lesquels j’ai fourni des études de marché au profit d’acteurs économiques marocains.

Il est très courant pour les journalistes, notamment spécialisés dans les affaires économiques, de produire ce type de travaux de due diligence, qui consistent en des enquêtes liées à un secteur ou une entreprise donnés. Ceci n’a rien à voir avec le monde du renseignement.

Je ne suis ni un espion, ni un agent à la solde d’agendas extérieurs.
Ces attaques salissent ma réputation et mon honneur, elles sont sans fondement, et je dispose de tous les moyens pour me défendre.

Depuis plusieurs semaines, une campagne de lynchage et diffamation est orchestrée par plusieurs médias électroniques contre moi. En décembre dernier, j’ai été placé en détention pour un tweet. Je me retrouve désormais à devoir répondre à des accusations ubuesques.
Jusqu’où ira cet acharnement ?

Tags : Maroc, Omar Radi, Amnesty International, Pegasus, espionnage, logiciel espion, NSO Group,

One thought on “Maroc : Communiqué de presse d’Omar Radi (4 juillet 2020)

  1. Cher ami. Du temps de Hassan II et de son âme damnée Driss Basri, nous étions poursuivis et jugés en tant qu’opposants radicaux sur base de nos idées et opinions.
    A l’heure actuelle, cela n’est plus en vigueur puisque les services sécuritaires fabriquent des dossiers sur mesure pour les activistes critiques à l’encontre du pouvoir: sexe pour les islamistes, traite des humains, drogue et autres espionnage pour les autres.
    Ce régime est pourri et ne tiendra plus longtemps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *