Libye : BHL chassé de la ville de Tarhouna

IL EST ARRIVÉ SAMEDI PASSÉ À BORD D’UN JET PRIVÉ À L’AÉROPORT DE MISRATA, EN LIBYE : Le sulfureux BHL chassé de la ville de Tarhouna

Comme nous l’avions rapporté dans l’édition du 16 juillet sous le titre « L’assassin revient sur les lieux du crime ! », Bernard-Henri Lévy, le prétendu « philosophe » français qui a inspiré le plan de destruction de la Libye exécuté par l’Otan en 2011, avec en prime l’assassinat du guide Mouammar Kadhafi, retourne sur les décombres sous lesquelles gisent des milliers de morts.

À peine est-il arrivé, samedi, à bord d’un jet privé qui a atterri à l’aéroport de Misrata, à l’Ouest de Tripoli, celui qui n’a pas assouvi sa soif du sang libyen, a reçu une volée de bois vert de la part des Libyens. En effet, en déplacement sous haute escorte sécuritaire à la ville de Tarhouna, son convoi a été pris à partie et stoppé net en cours de route par un groupe de Libyens. Des hommes visiblement armés, comme on pouvait le constater sur une vidéo en libre circulation sur le net et les réseaux sociaux. Homme sans vergogne qui se sait persona non grata, BHL a-t-il saisi le message d’un peuple qui n’a pas oublier l’ennemi jugé impliqué jusqu’au cou dans l’agression de son pays ?

L’alerte de son arrivée sur les lieux est donnée, le cortège des véhicules blindés qui l’ait conduit et va en direction de Tarhouna a été chassé et a contraint ses occupants à rebrousser chemin. L’auteur, qui serait derrière la vidéo filmée de la scène, explique ce qui venait de se passer. « … Ici c’est Tarhouna, il (BHL) s’est enfuit actuellement en direction de la ville de Khoms (quelques 70 km séparent les deux villes, ndlr). Sur une autre séquence vidéo, un groupe d’hommes armés reconnaissables par des tenues militaires ont dressé un barrage pour empêcher le convoi d’atteindre sa destination. Faut-il noter que Tarhouna, une ville distante de quelque 70 km de la capitale Tripoli a été soustraite par les force du Gouvernement d’union national (GNA) des mains de son rival, le maréchal Khalifa Haftar.

« Non aux chiens, non aux Juifs ! », tonne un des membres de ce groupe suivi d’une charge de tirs de coups de feu. C’est dire que l’homme de main de l’ex-président français Nicolas Sarkozy, engagé dans l’agression de la Libye aux côtés des troupes de la Grande-Bretagne et des États-Unis, s’est fait suffisamment connaître son plan diabolique pour qu’il passe inaperçu.

Et aux dernières nouvelles, comme rapporté hier par le journal Le Parisien, le sinistre se faisait passer pour un « journaliste empêché » qui s’est rendu en Libye pour un travail de presse pour le compte du quotidien américain Wall Street Journal. Dans la logique « philou » de BHL, prévaloir un nouveau statut passerait mieux pour celui de sinistre. Or, la logique voudrait qu’il sache qu’importe le farfelu objet de sa visite qu’il prétend être, les Libyens connaissent et reconnaissent les ennemis de leur pays.
Farid Guellil

Le Courrier d’Algérie, 28 juil 2020

Tags : Libye, BHL, Bernard Henry Lévy,

Spread the love

One Reply to “Libye : BHL chassé de la ville de Tarhouna”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.