L’Algérie sort Nasser Bourita de son confinement

En pleine crise de coronavirus, le ministre marocain des affaires étrangères Nasser Bourita s’est vu dans l’obligation de rompre les règles du confinement en visitant la Tunisie « portant un message du roi Mohammed VI » au président Kaïes Saïd.

L’initiative marocaine est motivée par les mouvements de la diplomatie algérienne visant à reprendre le dossier libyen. Le Makhzen, dominé par la panique face au retour en force de l’Algérie sur la scène internationale, cherche a entraver ses efforts en vue de trouver une solution à la crise libyenne.

Pour les autorités marocaines, l’Algérie est une véritable obsession au point d’en faire une référence pour toute action diplomatique marocaine faisant des dirigeants marocains des singes experts en imitation. Si ces derniers ont fait du mimétisme un moyen d’apprentissage, les marocains en ont fait une arme pour entraver toute action diplomatique algérienne susceptibles de consolider le prestige algérien bâti sur l’indépendance, la neutralité et le respect de la légalité internationale. A contrario, le Maroc récolte les conséquences de son passé bâti sur la soumission aux puissances prédatrices et l’agression contre les pays frères.

Grâce au soutien de la France, sa protectrice, Rabat a réussi à décrocher l’Accord de Skhirat. Il aurait pu continuer sur cette voie si le royaume chérifien avait épargné l’Europe des attentats sanglants commis par des marocains en Espagne, en France, en Allemagne, en Belgique, aux Pays. Une véritable campagne de terreur visant à pousser les européens à adopter le Maroc comme un allié inéluctable dans la lutte antiterroriste et lui donner le feu vert pour occuper le territoire du Sahara Occidental, riche en ressources naturelles.

Grâce à sa puissance machine de propagande, le Makhzen a réussi à transférer au peuple marocain cette obsession pour l’Algérie en vue d’entretenir l’épouvantail de « l’ennemi extérieur ». Une vérité corroborée par les déclarations du désormais ex-consul du Maroc à Oran qui n’a pas hésité à qualifier l’Algérie de « pays ennemi ». Une déclaration qui n’a suscité aucune réprobation de la part de la prétendue société civile marocaine toujours prête à dégainer sur l’Algérie et le Polisario. Un silence qui témoigne de l’état d’esprit des marocains envers le pays voisin. Le Makhzen, lui, sait qu’il peut toujours compter sur le soutien de l’ensemble de ses sujets dans ce qu’il pense être des actes de tension érigés en stratégie nationale.

Tags : Maroc, Algérie, Nasser Bourita, Libye, stratégie de la tension, Sahara Occidental,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *