La pandémie de coronavirus et le nouveau monde qu’elle a créé

COVID-19 va remodeler notre monde. Nous ne savons pas encore quand la crise prendra fin. Mais nous pouvons être sûrs que d’ici là, notre monde sera très différent. La différence dépendra des choix que nous faisons aujourd’hui.

La crise du COVID-19 n’est pas une guerre, mais elle est «guerrière» dans la mesure où elle nécessite la mobilisation et la direction de ressources à des niveaux sans précédent. La solidarité entre les pays et la volonté de faire des sacrifices pour le bien commun sont déterminantes. Ce n’est qu’en se ressaisissant et en coopérant au-delà des frontières que nous pourrons vaincre le virus et en contenir les conséquences – et l’UE a un rôle central à jouer. Telle était la position claire et unie des ministres des affaires étrangères de l’UE lorsque nous avons discuté de la crise le 23 mars par liaison vidéo.

On dit parfois que les guerres ne sont pas gagnées par la tactique ou même la stratégie, mais par la logistique et les communications. Cela semble également vrai pour COVID-19: celui qui réussit le mieux à organiser la réponse, en s’appuyant rapidement sur les enseignements tirés du monde entier et en communiquant avec succès vers les citoyens et le reste du monde, en ressortira le plus fort.

Il y a une bataille mondiale de récits en cours dans laquelle le timing est un facteur crucial. En janvier, le cadre dominant était qu’il s’agissait d’une crise locale dans la province du Hubei, aggravée par la dissimulation d’informations cruciales par les responsables du parti chinois. L’Europe envoyait beaucoup de matériel médical pour aider les autorités chinoises qui étaient débordées à l’époque. Depuis lors, la Chine a réduit le nombre de nouvelles infections locales à des chiffres uniques – et elle envoie maintenant du matériel et des médecins en Europe, comme d’autres le font également. La Chine insiste énergiquement sur le fait que, contrairement aux États-Unis, elle est un partenaire responsable et fiable. Dans la bataille des récits, nous avons également vu des tentatives de discréditer l’UE en tant que telle et certains cas où les Européens ont été stigmatisés comme si tous étaient porteurs du virus.

Le point pour l’Europe est le suivant: nous pouvons être sûrs que les perceptions changeront à nouveau au fur et à mesure que l’épidémie et notre réponse à celle-ci évoluent. Mais nous devons être conscients qu’il existe une composante géopolitique, y compris une lutte pour l’influence par le filage et la «politique de générosité». Armés de faits, nous devons défendre l’Europe contre ses détracteurs.

Il y a aussi une bataille de récits en Europe. Il est vital que l’UE montre qu’elle est une Union qui protège et que la solidarité n’est pas une expression vide de sens. Après la première vague au cours de laquelle les autorités nationales ont occupé le devant de la scène, l’UE revient désormais sur le devant de la scène avec des actions conjointes sur toutes les pistes dans lesquelles les États membres lui ont donné les moyens d’agir: avec l’approvisionnement conjoint en équipements médicaux vitaux, avec un stimulus économique conjoint et un assouplissement nécessaire des règles fiscales et des aides d’État.

En outre, le rôle de l’UE contient une grande composante externe. Nous aidons les États membres dans leurs efforts consulaires, en aidant à ramener les Européens bloqués chez eux. Par exemple, la semaine dernière, des efforts conjoints au Maroc ont permis le rapatriement d’environ 30 000 citoyens de l’UE. Cela montre que nous pouvons agir ensemble.

Il reste encore beaucoup à faire. Dans le monde, environ 100 000 voyageurs européens se sont enregistrés dans les ambassades ou consulats locaux, mais le chiffre réel de ceux qui doivent rentrer chez eux est beaucoup plus élevé.

Une pandémie mondiale a besoin de solutions mondiales et l’UE doit être au centre de la lutte. Je suis en contact avec des partenaires du monde entier, d’Asie, d’Amérique latine et d’Afrique, pour aider à construire une réponse internationale coordonnée. Dans une crise, l’instinct humain est souvent de se replier sur soi, de fermer les frontières et de se débrouiller seul. Bien que compréhensible, cette position est vouée à l’échec. L’urgence COVID-19 ne peut pas être résolue dans un seul pays, ou en faisant cavalier seul. Cela signifie simplement que nous allons tous lutter plus longtemps, avec des coûts humains et économiques plus élevés.

Ce à quoi nous devrions plutôt travailler, c’est une intensification radicale de la coopération internationale entre scientifiques, économistes et décideurs. Aux Nations Unies, à l’OMS et au FMI. Au sein du G7 et du G20 et d’autres forums internationaux. Mise en commun des ressources pour travailler sur des traitements et un vaccin. Limiter les dommages économiques en coordonnant les mesures de relance budgétaire et monétaire et en maintenant le commerce des marchandises ouvert. Collaborer à la réouverture des frontières lorsque les scientifiques nous disent que nous le pouvons. Et la lutte contre les campagnes de désinformation en ligne. C’est le moment de la solidarité et de la coopération, pas de blâmer les jeux qui ne guériront pas une seule personne infectée.

Alors que les besoins sont importants au niveau national, l’UE devrait également être prête à aider d’autres personnes dans des situations fragiles qui risquent d’être dépassées. Pensez simplement aux camps de réfugiés en Syrie et à ce qui se passerait si COVID19 éclatait là-bas pour des gens qui ont déjà tant souffert. À cet égard, l’Afrique est une préoccupation majeure. Avec Ebola, il a peut-être acquis une expérience plus récente de la gestion des pandémies que l’Europe, mais dans l’ensemble, les systèmes de santé sont très faibles et une épidémie complète ferait des ravages. La distanciation sociale et la vie en milieu confiné sont exponentiellement plus difficiles dans les zones urbaines densément peuplées d’Afrique. Des millions en Afrique vivent de l’économie informelle et devront gérer l’épidémie sans aucun filet de sécurité sociale. Avant même que le virus n’atteigne le continent, les Africains, avec d’autres économies émergentes, doivent faire face à un niveau massif de retrait de capitaux.

Ailleurs, des pays comme le Venezuela ou l’Iran pourraient bien s’effondrer sans notre soutien. Cela signifie que nous devons nous assurer qu’ils ont accès à l’aide du FMI. Et avec l’Iran, nous devons nous assurer que le commerce humanitaire légitime peut se poursuivre malgré les sanctions américaines.

Nous devons également nous rappeler qu’aucun des autres problèmes sur lesquels nous nous sommes concentrés avant la crise corona n’a disparu. En fait, ils peuvent empirer. COVID-19 pourrait bien aggraver certains des conflits de plus longue durée dans le voisinage. En tant qu’Europe, nous devions déjà naviguer dans un monde de tensions géopolitiques croissantes, en particulier entre les États-Unis et la Chine. Ici aussi, le risque est que COVID-19 aggrave les tendances préexistantes.

Dans l’ensemble, la tâche de l’UE est de défier les critiques et de démontrer de manière très concrète qu’elle est efficace et responsable en temps de crise. Jean Monnet a écrit dans ses mémoires que « l’Europe se forgera dans les crises et sera la somme des solutions adoptées pour ces crises ». Que ce soit notre philosophie directrice alors que nous luttons contre cette crise et que nous nous préparons pour ce qui va suivre.

Josep Borrell

Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité

Source

Tags : Union Européenne, Europe, coronavirus, pandémie,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *