Cours du pétrole : Les prix grimpent

Le cours du baril de Brent, pétrole de référence pour le Sahara Blend algérien, s’établissait hier matin audessus de la barre des 42 dollars tandis que le baril de WTI flirtait avec la barre des 40 dollars, signalant un début de semaine positif sur les marchés internationaux.

Les deux barils avaient connu une hausse d’environ 9 % durant la semaine dernière alors que les cours du Brent ont connu un déport (backwardation), où le pétrole pour livraison immédiate coûte plus cher que le pétrole à livraison décalée. Il s’agit en général d’un signe indiquant que l’offre se resserre. Aux États-Unis et au Canada, le nombr de puits de pétrole et gaz naturel en activité sont tombés à un niveau historiquement bas, malgré le retour d’activité de certains producteurs suite à la hausse récente des cours. De même que l’Irak et le Kazakhstan se sont engagés ce jeudi à mieux respecter les coupes budgétaires décidées dans le cadre de l’accord Opep+.

Les prix dupétrole ont également été soutenus par une reprise de la demande mondiale en carburants suite à la chute historique aux mois d’avril et mai durant le confinement imposé par la pandémie du coronavirus Covid-19. Malgré l’accalmie dans laquelle se trouve actuellement le pétrole, des inquiétudes demeurent sur les marchés quant à la possibilité d’une deuxième vague de pandémie pouvant entraver la reprise de la demande en carburants.

En effet, l’Organisation mondiale de la santé a signalé ce dimanche une hausse record du nombre de cas de contamination à travers le monde, avec les plus grandes hausses signalées dans les deux Amériques (Nord et Sud). Les pics de contaminations dans certaines zones du monde tels que Pékin ou dans la deuxième province la plus peuplée d’Australie, Victoria, a mené les autorités à imposer un confinement afin d’endiguer la propagation.

« Les dégâts économiques potentiels d’une nouvelle vague de mesures anti-Covid continuera selon toute vraisemblance àcontenir l’enthousiasme des investisseurs »,estime dans ce cadre Michael McCarthy, stratégiste pour la firme CMC Markets cité par la même source

Source

Tags : Pétrole, prix, OPEP, OPEC,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *