Algérie : Ces énergumènes qui profitent de la détresse humaine

Par Arezki Louni

La pandémie du coronavirus est une occasion pour certains de s’enrichir. Procès, autorisations de circuler la nuit, notamment en période du couvre-feu, sont les principaux sujets de discussions des Algériens.

Certains s’interrogent où vont les sommes collectées dans le cadre des procès infligés aux citoyens qui violent la période de confinement et qui ne portent pas de masque de protection. Certains témoignent même avoir été pénalisés sans recevoir le moindre reçu attestant de cette pénalité. Aucune «traçabilité» quant au paiement ou pas de ces amendes. Idem pour les autorisations de circuler délivrées par les services de sécurité, qui serait aux yeux de certains, «excessives».

En effet, une virée dans les rues d’Alger, on se croirait dans la période pré-coronavirus. Des dizaines de véhicules circulent en toute liberté au vu et au su de tous. Rien ne montre que nous sommes en période de couvre-feu. Par ailleurs, nous apprenons que ce genre de pratiques s’est emparé de certaines structures hospitalières où les primes, destinées au personnel médical en contact direct avec les malades du Covid 19, sont carrément détournées.

Il convient de rappeler que cette prime est instituée à titre exceptionnel par le chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune en faveur des personnels de la santé, engagés en première ligne dans la lutte contre le coronavirus. Une prime dont le montant est déterminé en fonction du grade dans la hiérarchie.

Cependant, des personnes malhonnêtes, profitant de la détresse des Algériens, n’ont pas hésité à détourner ces listes en s’adonnant à des manœuvres honteuses pour bénéficier de l’octroi de cette prime. Dans certains hôpitaux, des responsables administratifs qui n’ont aucun rapport avec la pandémie se sont retrouvés parmi les bénéficiaires de cette prime de risque. Des personnels de santé en congé de longue durée ont été intégrés dans la liste, des syndicalistes aussi. Les autorités concernées se doivent de tirer cette affaire scabreuse au clair.

Au moment, donc où le pays connaît une situation des plus difficiles aussi bien sur le plan financier que sanitaire, des énergumènes saisissent l’opportunité pour attenter à la crédibilité des opérations engagées dans le cadre de la lutte contre l’épidémie du coronavirus. Des enquêtes s’imposent pour sanctionner toute personne impliquée dans ce genre de malversations. Il y va de la crédibilité de l’Etat.

Source

Tags : Algérie, confinement, détournement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.