Grèce : Archirodon a fait du lobbying pour le Maroc

Tags : Archirodon, Grèce, Qatargate, Parlement européen, Antonio Panzeri, Francesco Giorgi, Eva Kaili, corruption, Moroccogate, Maroc, DGED, Yassine Mansouri, Mohammed Bellahrach,

Athènes, (Brussels Morning Newspaper) – Ce qui a commencé comme Qatargate est déjà devenu Moroccogate. Alors que l’enquête sur le scandale de corruption se poursuit à Bruxelles, de plus en plus d’informations émergent toutes les deux heures. Les révélations du Spiegel sur la possible implication du groupe Archirodon et de son leader grec dans une affaire de lobbying en faveur du Maroc au Parlement européen. Ces nouvelles preuves suggèrent que le Maroc a été fortement impliqué dans le lobbying des eurodéputés par différents moyens, y compris l’utilisation de sociétés de conseil et de relations publiques, sans parler de la « corruption » des eurodéputés.


Le Maroc a formé un solide réseau de lobbying à Bruxelles dirigé par l’ancien eurodéputé italien, cheville ouvrière de la crise actuelle Antonio Panzeri. Panzeri a créé différentes ONG, des entreprises à utiliser comme couverture pour recevoir de l’argent du Marocain Abderrahim Atmoun.

Le magazine Spiegel donne une nouvelle dimension au scandale de corruption qui a secoué Bruxelles. « Le scandale du Parlement européen qui a commencé comme « Qatargate », risque de se transformer en « Moroccogate », puisque le pays semble avoir joué un rôle plus important dans l’affaire que le Qatar » résume le chroniqueur allemand. Plus précisément, selon des informations sur le site du magazine allemand, le Maroc aurait exercé une influence légale et illégale sur Bruxelles encore plus intensivement et plus longtemps que le Qatar.

Le personnage clé est le Marocain Abderrahim Atmoun

« Le service de renseignement marocain de la DGED aurait déjà recruté en 2019 un groupe avec les Italiens Panzeri, Giorgi et le député européen Coccolino , pour influencer le groupe des sociaux-démocrates au Parlement européen », tandis que d’autres se sont ensuite ajoutés à la liste, comme Eva Kaili. Abderrahim Atmoun , actuel ambassadeur du Maroc en Pologne, est présenté comme celui qui a financé et guidé l’action de celui-ci.

« Atmun entretenait des relations étroites avec l’UE et notamment avec la France. En 2011, le président français de l’époque, Nicolas Sarkozy, a fait d’Atmoun chevalier de la Légion d’honneur, une première pour un homme politique marocain. À Varsovie, à partir de 2019, il a rencontré le trio italien Panzeri, Giorgi et Coccolino – comme il le faisait à chaque voyage à Bruxelles. En revanche, l’implication du directeur général de la DGED, Mohamed Mansouri lui-même, n’est pas exclue, car il est prouvé que « les services secrets marocains ont souvent réservé des billets d’avion coûteux pour Pancheri, afin de rencontrer Mansouri ».

En effet, « en octobre 2021, Panzeri avait demandé une réunion avec un ordre du jour de « stratégies pour le Parlement européen ». On ne sait pas encore si cela a eu lieu. » Mansouri et le gouvernement marocain ont évité toute déclaration. Les médias allemands publient également que « les services de renseignement marocains jouent un rôle actif à Bruxelles », notamment pour l’issue des questions concernant les droits de pêche et le conflit avec le Sahara occidental, dont le Maroc est propriétaire depuis des décennies. Malgré cela, « les eurodéputés ont approuvé à une écrasante majorité une résolution condamnant fermement le Qatar pour influence illégale – mais pas le Maroc ».

Groupe Archirodon

Lorsqu’en septembre des amendements ont été proposés qui aggraveraient les relations diplomatiques du Maroc avec l’UE, « la commission des affaires étrangères du Parlement a reçu une lettre de Denis Karapiperis, directeur général du groupe Archirodon« , comme l’article le mentionne nommément, « qui traite de installations portuaires, infrastructures d’énergie et de transport».

Selon Spiegel, « Karapiperis a écrit que les deux amendements visent à « remettre en cause l’intégrité territoriale du Maroc » et à le dénoncer comme un pays qui « viole les droits de l’homme et tient l’UE en otage », […] arguant en outre que l’expérience de construire deux ports au Maroc, l’a amené à la conclusion que le gouvernement marocain non seulement travaille dur pour le développement économique de son pays, mais joue également un « rôle positif » en Méditerranée et en Afrique. Au final, les deux amendements n’apparaissaient pas dans le texte final », (SS le vote a eu lieu le 14.09.22). Karapiperis déclare dans la même lettre avoir voulu soulever la question suite à sa communication avec Mohamed Sbihi, l’ambassadeur du Maroc à Athènes.

SOURCE : Brussels Morning, 30/12/2022

——————————————————–

Archirodon s’installe à El Aaiun

Incité par les projets du Maroc de construire un autre port pour accueillir ses exportations de minerai du conflit du Sahara Occidental occupé, l’entreprise de construction portuaire Archirodon Group NV ouvre une filiale dans la dernière colonie africaine.

WSRW a envoyé le 1er mai 2019 un courrier au groupe néerlandais de construction Archirodon Group NV à propos de sa décision de créer une filiale à El Aaiun, au Sahara Occidental occupé.

Archirodon est spécialisé dans la construction portuaire et selon Africa Intelligence « cible les plans de modernisation du port de Laayoune mais également les projets du géant du phosphate OCP dans la région ». OCP SA est la compagnie nationale marocaine qui exploite la mine de phosphate Bou Craa au Sahara Occidental occupé par le biais de sa filiale Phosboucraa. OCP envisage de construire un nouveau port à environ 30 kilomètres d’El Aaiun, la capitale du Sahara Occidental, afin de gérer la production du site de Bou Craa. Archirodon, qui a déjà passé un contrat avec OCP pour un travail au Maroc, est censé suivre ce développement particulier.

À ce jour, le site Web d’Archirodon ne fait aucune mention du nouveau bureau d’El Aaiun. La page Web inclut les détails de leur bureau à Casablanca, au Maroc.

Archirodon Group NV, dont le siège est à Dordrecht (Pays-Bas), a des racines grecques : la société est issue de la création en 1959 de la co-entreprise de deux entreprises de construction grecques, Archimidis – entrepreneur en marine – et d’Odon & Odostromaton, spécialisée dans la construction de routes. Archirodon, avec sa société mère Archirodon Group N.V., enregistrée aux Pays-Bas en 2000, dispose de bureaux, de succursales et de sites de projets dans plusieurs pays – et même maintenant dans un territoire non autonome, sans le consentement du peuple originaire.

WSRW, 02/05/2019

SOURCE : Marocleaks, 31/12/2022

#Qatargate #Moroccogate #Antonio_Panzeri #Francesco_Giorgi #Eva_Kaili #Parlement_européen #corruption #Maroc #DGED #Yassine_Mansouri #Abderrahim_Atmoun #Archirodon