Maroc: Akhannouch a tenté de corrompre l’ancien député Bové

Tags : Moroccogate, Qatargate, Maroc, DGED, Parlement Européen, Antonio Panzeri, Eva Kaili, Francesco Giorgi, Marocleaks, Mohamed Belahrach, Fight Impunity, No peace without justice, corruption,

En 2012, des centaines d’émissaires du gouvernement marocain ont frappé à la porte des eurodéputés pour les convaincre de dire oui au traité libéralisant les accords commerciaux entre Rabat et l’Union européenne. Parmi eux également un ambassadeur et le ministre de l’agriculture de l’époque, Aziz Akhannouch , aujourd’hui premier ministre du gouvernement de Rabat. C’est ce qu’a déclaré José Bové , ancien eurodéputé français des Verts , lors d’un entretien accordé en 2017 aux auteurs de « Inside the agreement », une enquête vidéo – qui a atteint la finale du prix Dig – sur les effets dévastateurs de la traité entre l’Union et le Maroc sur l’agriculture dans le sud de l’Europe.

Une histoire qui se lit aujourd’hui sous un autre jour. Bové révèle en effet le contexte de l’accord commercial entre l’Union européenne et le Maroc signé en 2012. Et il raconte avoir reçu une tentative de corruption de la part du ministre de l’Agriculture de Rabat de l’époque, aujourd’hui premier ministre du Maroc. « J’ai vu le ministre marocain à plusieurs reprises, y compris dans mon bureau. Quand il a vu que j’étais contre le traité, il a essayé de me faire changer d’avis. Il m’a demandé un rendez -vous pour me donner quelque chose, mais je ne sais pas quoi, il ne m’a jamais dit. Il m’a demandé de le rencontrer dans un endroit isoléloin des regards indiscrets. J’ai accepté et quand il m’a rappelé pour connaître l’adresse, je lui ai dit que c’était le bureau de mon avocat. Et l’affaire s’est arrêtée là. Il est clair qu’il n’est pas venu au rendez-vous mais il est clair qu’il a voulu ‘ m’acheter ‘ et me faire changer d’avis sur le traité», raconte l’ancien eurodéputé. Bovè a récemment répété ses accusations sur la radio France Inter et pour cette raison il a été dénoncé pour diffamation par Akhannouch , qui dirige aujourd’hui le gouvernement marocain.

Ce qui est certain, c’est que la pression de Rabat sur l’UE est confirmée par les Maroc-Leaks : des centaines de câbles classifiés déversés sur le net à partir de 2015 qui révèlent les manœuvres de lobbying menées dans le monde entier par les 007 marocains. Il ressort de ces documents que l’accord a été poussé par tous les moyens tant par les lobbyistes marocains que par certains députés européens considérés comme proches du pays maghrébin, comme Pier Antonio Panzeri , l’homme au centre de l’enquête sur les pots -de-vin prétendument versés par Rabat. , mais aussi du Qatar, au cœur des institutions communautaires.

#Qatargate #Maroc #Parlement_Européen #Eva_Kaili #Antonio_Panzeri #Francesco_Giorgi #Qatar #Marocleaks #Mohamed_Belahrach #Moroccogate #DGED #Yassine_Mansouri #José_Bové #Aziz_Akhannouch