Qatargate : Les routes de l’argent et les ONG de façade

Antonion Panzeri et sa fille

Tags : Eva Kaili, Maddalena Kaili, Moroccogate, Qatargate, Maroc, DGED, Parlement Européen, Antonio Panzeri, Francesco Giorgi, Marocleaks, Mohamed Belahrach, Fight Impunity, No peace without justice, corruption,

Le scandale du Qatargate entre dans la phase où la bouche des personnes impliquées commence à s’ouvrir. Les arrestations, la détention désormais de plusieurs jours, les interrogatoires successifs, la drague internationale, et même la négociation avec les autorités de poursuite, qui tentent d’extraire le maximum d’informations sur le réseau de corruption de chacun des acteurs, portent leurs fruits.

Dans les médias européens, principalement belges et italiens, des extraits « chauds » des rapports compilés par des agents des services secrets et des détectives belges sont publiés. Au centre, comme il est naturel, les transcriptions des écoutes téléphoniques, car les conversations entre les protagonistes du circuit corrompu capturent une image presque complète de l’ensemble de l’affaire.

De manière caractéristique, le 4 juin 2022, le cerveau présumé du scandale, l’ancien député européen italien Pier Antonio Panzeri, âgé de 67 ans, a contacté sa femme et sa fille par téléphone alors qu’elles étaient en voyage au Maroc. On entend Mme Maria Dolores Colleoni-Panzeri, d’un ton plutôt enjoué et avec une satisfaction à peine contenue, informer son mari que « tout s’est bien passé. A l’aéroport, nous avons été traités comme des VIP, sans formalités et nous sommes allés prendre un café avec Atmoun. »

Mais Panzeri a hâte d’aller au fond des choses : « Vous avez vu les cartons ? », demande-t-il à Colleoni. Et elle lui répond : « Oui, nous les avons vus. Tout va bien. Atmoun a déposé quelques produits dans nos sacs avant notre départ. Au tour de Panzeri de rire. Les nouvelles qu’ils lui ont apportées étaient exactement ce qu’il voulait entendre. Les « boîtes » et les « produits » étaient probablement des liasses – ou plutôt des « briques » – de billets de banque. Les hommes des services secrets, décodant les dialogues du couple Panzeri, croient avoir intercepté un accord lié au « graissage » avec de l’argent noir.

Le premier bénéficiaire de l’argent était Pier Antonio Panzeri, qui, après avoir conservé sa propre part de la commission, achèterait une influence politique au sein de l’UE en faveur du Maroc et de n’importe lequel de ses agendas, vilipendant les eurodéputés enclins aux « cadeaux ». La liaison de Panzeri avec les financiers marocains était le mystérieux diplomate Abderrahim Atmoun, ambassadeur de son pays en Pologne.

Dans une autre conversation secrètement enregistrée, Colleoni partage avec son mari le souhait qu’ils ne retournent pas dans l’une de leurs résidences « parce que, qui sait ce qu’on trouvera dans cette maison ». En fin de compte, ce que les autorités italiennes ont trouvé dans cette maison particulière était 17.000 euros en espèces, peut-être un reste d’un accord avec les directeurs ténébreux de Pier Antonio Panzeri. Ses comptes bancaires, comme ceux de sa fille de 39 ans, l’avocate Silvia Panzeri, ont été gelés sur ordre des autorités italiennes pour une durée indéterminée.

Parallèlement aux conversations interceptées qui semblent incriminer Panzeri et ses complices, les personnes arrêtées, ainsi que celles liées d’une manière ou d’une autre au scandale, montrent le rôle qu’elles entendent assumer désormais. Premièrement, Pier Antonio Panzeri serait disposé à coopérer avec les autorités, très probablement en échange de sa volonté de libérer sa femme et sa fille, qui sont détenues en Italie dans l’attente d’une décision sur leur extradition ou non vers la Belgique.

L’équivalent de Panzeri, mais beaucoup plus directement, que Francesco Giorgi tente d’atteindre : sa propre priorité est de sauver sa femme, Eva Caili, au nom de leur fille de 22 mois. Georgi a déjà dit beaucoup de choses intéressantes sur les routes transcontinentales triangulaires et polygonales de l’argent noir entre le Qatar, le Maroc, la Belgique, éventuellement la Mauritanie.

Francesco Giorgi serait cependant prêt à assumer l’entière responsabilité des 750.000 euros découverts par les autorités belges dans l’appartement où il vivait avec Kaili et leur petite fille à Bruxelles. Certains des autres impliqués, comme l’eurodéputé italien Andrea Cozzolino et le belge Marc Tarabella, tous deux étroitement liés et de longue date avec Panzeri, clament leur innocence, qu’ils coopéreront immédiatement avec la justice, qu’ils sont victimes d’une « chasse aux sorcières » etc.

Cependant, un aspect de l’affaire d’un énorme intérêt réside dans les détails qui émergent progressivement de l’opération coordonnée pour arrêter presque immédiatement les accusés actuels pour crimes financiers graves, fraude, manquement au devoir, etc.

Premièrement, la principale force de frappe était l’Office central belge pour la répression de la corruption (OCRC), c’est-à-dire l’organe spécial de poursuite de la corruption. Lequel, sous la direction du procureur Michel Claise et en coordination avec au d’autres partenaires européens, a commencé à rassembler des preuves, à enquêter et à traquer les suspects des mois avant les récentes arrestations.

Parallèlement, la Sûreté de l’État de Belgique a apporté des ressources humaines et des moyens techniques pour permettre les connexions aux conversations téléphoniques entre les personnes surveillées. En fin de compte, le tournant de l’enquête qui a duré des mois a été une effraction d’une précision chirurgicale dans l’appartement de Pierre Antonio Panzeri à Bruxelles, en son absence, bien sûr. Là, les agents ont trouvé un trésor régulier en espèces, qui a atteint 700.000 euros.

Après des mandats consécutifs de député européen pendant 15 ans, lors des élections de 2019, l’Italien Pier Antonio Pantzeri n’a pas été réélu. Cet échec l’a contraint à fonder une organisation non gouvernementale (ONG), adoptant la méthode la plus efficace pour accéder aux centres de pouvoir de l’UE après le statut parlementaire. C’est ainsi qu’est né « Fight Impunity », dans le but de promouvoir des initiatives à des fins humanitaires nobles, telles que la protection des droits de l’homme, etc.

Et au nom du bien commun, « Fight Impunity » s’est forgé une image de marque, attiré d’éminentes personnalités parmi les rangs d’anciens fonctionnaires de l’UE pour la plupart. -dont Dimitris Avramopoulos- et organisé des événements, débats, etc. et réclamer le soutien de diverses institutions de l’Union européenne.

L’essentiel pour Pier Antonio Panzeri était que son statut de patron d’ONG était pour lui un prétexte commode pour continuer à arpenter les cercles d’influence bruxellois, puisqu’il conservait le laissez-passer bleu qui lui ouvrait toutes les portes importantes. Car, en tant qu’ancien député européen, Panzeri avait le droit de conserver la carte d’entrée « magique » à vie, un détail qui l’a élevé en prestige sur n’importe lequel des quelque 13.000 lobbyistes ordinaires qui fréquentent les centres de pouvoir à Bruxelles.

Pour eux, la couleur de passage est le marron. Cependant, comme révélé ces derniers jours dans le cadre de l’enquête sur le Qatargate, l’ONG « Fight Impunity » de Panzeri maintenait des comptes bancaires au Qatar et au Maroc, ce qui soulève de forts soupçons que « Fight Impunity » opérait comme un conduit de financement.

Il est considéré comme très probable que les destinataires du pot-de-vin aient été payés pour les services qu’ils ont offerts aux États spécifiques, influençant en leur faveur le processus législatif au sein de l’UE. En particulier, dans les questions sensibles du travail, ainsi que les conditions de délivrance des visas, pour la libéralisation des voyages par les États membres de l’UE vers des pays tiers, comme le Qatar et le Maroc.

Francesco Giorgi est le mari italien de 35 ans d’Eva Caili, le « bras droit » de Panzeri dans les transactions secrètes, et l’un des protagonistes de Qatar-gate. Selon des fuites dans les médias internationaux, lors de son interrogatoire par les autorités belges, Giorgi aurait avoué que les ONG sous les auspices de Panzeri étaient utilisées « pour faire circuler l’argent ».

Le plus célèbre des « Fight Impunity » est « No peace without justice », avec le secrétaire général Nikolos Figa-Talamankas, initialement arrêté comme suspect pour son implication dans le scandale du Qatargate, mais très vite sa détention provisoire s’est transformée en enfermement à l’extérieur de la prison et surveillance par les Autorités avec un « bracelet » de géolocalisation électronique.

Figa-Talamanca prétend qu’il est complètement innocent et n’a rien à voir avec les pots-de-vin qataris et marocains. Néanmoins, dans le registre des ONG actives en Belgique, il apparaît comme le responsable de 5 des 12 organisations fantômes. Qui, comme nous l’avons mentionné ci-dessus, sont censés être situés dans le luxueux immeuble de bureaux de la rue Ducale, quelque part entre le rez-de-chaussée et le premier étage.

Et, de fait, le transfert de leur siège social à l’adresse en question a coïncidé avec leur inscription dans les registres belges et la prise en charge de fonctions administratives par Nikolos Figa-Talamankas. Cependant, le propriétaire des lieux précise que la location des bureaux sur la base de la convention signée ne concerne qu’une seule ONG, et non 5 ou 12.

Cependant, outre les ONG de la rue Ducale, une autre organisation apparaît dans le cadre du scandale, sous le nom de DLA Piper, qui fournit des conseils juridiques et est inscrite au registre de transparence de l’UE et montre un vif intérêt pour la question de la libéralisation des visas pour le Qatar.

Sous la pression suffocante des révélations et du lourd préjudice moral causé par l’implication d’une vice-présidente, Eva Kaili, dans le scandale de la corruption, la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, a déclaré qu’ »il y a une attaque contre la démocratie en l’UE ». Elle s’est engagée à ce que la restructuration fondamentale du cadre de fonctionnement des ONG et de ceux qui font du lobbying, essayant d’influencer l’attitude de l’Union européenne envers les pays tiers, soit promue immédiatement.

Les mesures prévues incluent le durcissement de la réglementation pour les individus et les organisations, les privilèges qui leur sont accordés ou les restrictions à leur action, etc. Et tandis que toute mesure législative concernant les transactions du Qatar avec l’UE a été suspendu jusqu’à nouvel ordre, l’attitude des gouvernements du Qatar et du Maroc est celle de l’ignorance totale. Attribuant le ternissement de leur image en tant qu’États à des plans ignobles.

#Qatargate #Maroc #Parlement_Européen #Eva_Kaili #Antonio_Panzeri #Francesco_Giorgi #Qatar #Marocleaks #Mohamed_Belahrach #Moroccogate #Maddalena_Kaili