Qatargate : Les fuites inquiètent la justice belge

Le juge Michel Claise

Tags : Eva Kaili, Maddalena Kaili, Moroccogate, Qatargate, Maroc, DGED, Parlement Européen, Antonio Panzeri, Francesco Giorgi, Marocleaks, Mohamed Belahrach, Fight Impunity, No peace without justice, corruption,

Le parquet fédéral belge traite le scandale de corruption des membres du Parlement européen avec un sérieux particulier et s’inquiète des fuites d’informations comme le montre l’interview accordée à Politico par le ministre belge de la Justice, Vincent Van Quickenborn, qui se trouve actuellement dans un coffre-fort maison en raison de menaces acceptées par des organisations criminelles.

Le responsable belge a révélé qu’une enquête pénale a été ouverte sur la fuite car un tel phénomène est dangereux et pourrait ouvrir des « trous » dans l’affaire.

Selon Politico, certains des avocats des suspects critiquent désormais l’enquête belge, au moins l’un d’entre eux écrivant à la justice qu' »il y avait un énorme problème de procédure en raison des fuites de documents clés vers les médias ».

« La défense peut bien sûr l’utiliser, car la présomption d’innocence est un autre principe de notre Etat de droit. Ce n’est pas à la presse de commencer à préjuger les gens. C’est sensible et dangereux », a déclaré l’homme politique flamand.

« La situation dans laquelle je me trouve aujourd’hui prouve que le crime organisé tente d’intervenir par l’intimidation et la violence dans notre société. Nous avons également demandé à la sûreté de l’État de travailler très spécifiquement là-dessus, de se pencher sur l’éventuel problème de corruption dans notre système et de se pencher sur l’influence des décisions et des organes décisionnels », a-t-il déclaré.

Comme on le sait, depuis le 9 décembre, la police fédérale belge a effectué une série d’au moins 20 perquisitions dans des domiciles et des bureaux à Bruxelles, saisissant des téléphones portables, des ordinateurs et plus de 1,5 million d’euros en espèces.

Quatre suspects ont été arrêtés (dont l’eurodéputée grecque Eva Kaili) pour des accusations préliminaires de « participation à une organisation criminelle, blanchiment d’argent et corruption ».

Le ministre belge de la justice n’a pas révélé les détails de l’enquête car cela pourrait entraver l’affaire. Cependant, il a confirmé que la sûreté de l’État belge, en collaboration avec plusieurs autres agences de renseignement européennes, est au centre de l’enquête qui a débuté en mars 2021.

Comme il l’a dit « Notre justice belge coopère très bien avec la justice italienne dans ce dossier ».

Il n’a pas manqué de mentionner les actions générales de la sûreté de l’Etat belge, disant ce qui suit :

« La sûreté de l’État belge travaille non seulement à lutter contre le terrorisme et l’extrémisme, mais aussi à lutter contre l’espionnage et l’ingérence étrangère . Nous ciblons principalement les pays qui cherchent à déstabiliser notre société.

Il appartient au Parlement européen d’organiser de meilleurs mécanismes de contrôle concernant les membres du Parlement européen et aussi d’organiser plus de transparence dans le processus décisionnel. La justice belge serait heureuse de coopérer encore plus étroitement avec le Parlement européen »

Qatargate #Maroc #Parlement_Européen #Eva_Kaili #Antonio_Panzeri #Francesco_Giorgi #Qatar #Marocleaks #Mohamed_Belahrach #Moroccogate #Maddalena_Kaili