Qatargate : Au coeur des lobbies européens

Tags : Eva Kaili, Maddalena Kaili, Moroccogate, Qatargate, Maroc, DGED, Parlement Européen, Antonio Panzeri, Francesco Giorgi, Marocleaks, Mohamed Belahrach, Fight Impunity, No peace without justice, corruption,

Qatargate : Au fond des lobbies – Qui, comment et pourquoi circulent dans les couloirs des institutions européennes

Le lobbyiste italien Francesco Briganti explique comment les contacts sont établis dans les couloirs labyrinthiques des bâtiments bruxellois et comment un Qatargate ultérieur peut être évité

Francesco Briganti est entré en contact avec le monde mystérieux des lobbies, c’était en 2003, lorsqu’il s’est installé à Bruxelles, après avoir étudié le droit dans son Italie natale, avec le rêve d’une carrière dans les relations internationales.

« Quand j’ai déménagé à Bruxelles, j’ai découvert l’existence de nombreux bureaux de représentation (publics et privés) auprès de l’UE », explique-t-il à newmoney. « Il s’agissait de bureaux de régions européennes, de chambres de commerce de divers pays, d’ONG, de bureaux de grandes entreprises multinationales et de diverses associations industrielles européennes représentant tous les secteurs (automobile, télécommunications, chimie, finance, etc.). En découvrant l’existence d’une présence aussi massive de bureaux interagissant avec les institutions de l’UE, j’ai compris ce que signifie le lobbying », dit-il.

Francesco Briganti lui-même n’a pas tardé à faire partie de ce système. D’un bureau représentant une région italienne, il a rejoint diverses organisations axées principalement sur les questions de travail et de retraite et a fondé en 2017 une nouvelle association européenne pour le secteur des assurances et des fonds de pension: la Cross Border Benefits Alliance-Europe (CBBA-Europe), dont il est secrétaire général. Il travaille actuellement sur une proposition de nouvelle législation qui prévoira la création d’une institution de retraite paneuropéenne – différente et complémentaire des fonds de pension nationaux existants.

Dans le même temps, il est le fondateur de l’Institut des avantages sociaux et du bien-être des employés (EBWI), dont le site Web indique: « Francesco Briganti dispose d’un vaste réseau de contacts avec les plus importants fonctionnaires, institutions et experts nationaux et communautaires dans les domaines de la prévoyance et de la protection sociale, ainsi que de dix ans d’expérience dans ces domaines

. Mais que fait exactement un lobbyiste? « En fait, les organisations de lobbying, que nous appelons également groupes d’intérêt ou parties prenantes opérant à Bruxelles, sont largement enregistrées dans le registre européen de transparence de la Commission européenne », nous a-t-il dit.

« Dans ce registre », a-t-il expliqué, qui est une base de données, tout le monde peut voir quels intérêts sont poursuivis, par qui et avec quels budgets. En ce qui concerne le Parlement européen, si un lobbyiste a besoin d’un badge (ou d’un laissez-passer) pour entrer dans ce bâtiment, il doit introduire une demande spéciale décrivant toutes les caractéristiques principales de son organisation, indiquant les intérêts qu’il représente, etc. Bref, un lobbyiste qui pénètre dans cet édifice est connu grâce à la base de données du Parlement. Alternativement (et cela s’applique aux réunions dans les bâtiments de la Commission européenne), un lobbyiste doit demander une invitation à son interlocuteur, et en entrant dans le bâtiment, il devra remplir un formulaire à la réception, en indiquant ses données personnelles (nom, organisation, heure de la réunion), ainsi que le nom de la personne qu’il rencontrera. Nos interactions avec les institutions de l’UE sont assez mutuelles. En effet, les lobbyistes demandent parfois des réunions avec les décideurs de l’UE, mais parfois c’est le législateur européen (en particulier la Commission européenne) qui consulte les groupes d’intérêt avant de prendre une décision ou de prendre une initiative sur une question particulière. L’Union européenne organise souvent des consultations publiques, des groupes de travail, des auditions publiques, etc. comprendre l’impact potentiel d’une nouvelle initiative de l’UE sur l’industrie, les consommateurs, les travailleurs, etc. »

« C’est pourquoi de nombreux groupes d’intérêt différents sont impliqués dans ces dialogues avec les décideurs de l’UE. Bien entendu, à la fin du processus, le législateur de l’UE prendra sa propre décision finale autonome. Mais à tout le moins, les autorités de l’UE auront entendu des points de vue et des positions différents et, surtout, elles auront reçu une quantité extraordinaire d’informations et de données qui, nous l’espérons, les aideront à prendre des décisions éclairées. Ce que je veux dire, c’est que les soi-disant lobbyistes (ou parties prenantes ou groupes d’intérêt) sont généralement des experts dans les sujets respectifs. C’est pourquoi l’UE nous consulte : les fonctionnaires et les politiciens européens ne peuvent pas toujours être pleinement experts en tout », a ajouté Briganti.

Tous les groupes de pression n’ont pas le même pouvoir. Parmi les centaines et très différents dans les groupes d’objets, certains se démarquent.

« En fait, les groupes d’intérêt les plus influents à Bruxelles sont les associations représentant des centaines d’entreprises (comme dans le cas des associations commerciales / industrielles) ou des milliers de citoyens à travers l’UE (comme c’est le cas avec les organisations de consommateurs) », fr. Briganti. « Lorsque ces associations expriment leurs points de vue, elles ont une légitimité beaucoup plus grande en raison de leur forte représentation au niveau européen. »

Le scandale du Qatargate a choqué les centaines de lobbyistes actifs à Bruxelles.

« Je ne connais pas personnellement M. Pancheri car je n’ai jamais eu l’occasion de discuter avec lui ou ses assistants de questions d’intérêt professionnel », a déclaré Francesco Briganti. « Il en va de même pour Eva Kaili. Bien sûr, je n’aurais pas pu imaginer qu’ils étaient impliqués dans un tel scandale. »

Cependant, en tant qu’Italien lui-même, il ne cache pas son agacement face au fait que plusieurs des personnes impliquées dans le scandale Qatargate ce sont des Italiens.

« En tant qu’Italien, je suis profondément troublé et attristé que les Italiens aient joué un rôle central dans ce scandale », admet-il. « Honnêtement, ça me surprend aussi. Je peux certainement craindre que d’autres députés européens (pas seulement des Italiens) soient impliqués dans ce scandale. Nous verrons ce que les chercheurs belges découvriront. Mais je dois dire que la seule influence possible de cette action corrompue serait d’amener certains députés européens à adoucir leurs positions sur le Qatar sur une base personnelle, dans leurs déclarations individuelles. Je pense qu’il est beaucoup plus difficile, voire impossible, pour l’ensemble du Parlement européen d’influencer l’adoption d’une résolution commune sur ce sujet. Et en fait, cela ne s’est pas produit. En ce qui concerne la corruption à Bruxelles, j’avoue que je n’ai jamais senti son existence. Même ce scandale prouve d’une manière ou d’une autre qu’il est très difficile de contrôler ou d’influencer un processus décisionnel aussi complexe, où trois entités différentes (Commission, Parlement et Conseil) devront se mettre d’accord en même temps. C’est pourquoi j’insiste sur le fait que les lobbyistes sont certainement importants et utiles, mais ils ne seront jamais en mesure de déterminer eux-mêmes les décisions prises par l’UE. »

À l’occasion du Qatargate, les députés demandent un suivi plus étroit des centaines d’ONG qui ont vu le jour non seulement en Belgique, mais dans toute l’UE. Fr. Briganti note que les réglementations ne résolvent pas le problème de la corruption…

« Comme je l’ai dit, il existe déjà un registre européen de transparence, qui vise précisément à fournir toutes ces informations », a-t-il expliqué. « Je serais surpris que les eurodéputés qui revendiquent ces règlements ignorent son existence. Cela dit, ce registre pourrait devenir obligatoire, même si à l’heure actuelle il y a déjà 12 420 inscrits dans cette base de données. Bien sûr, si l’on suppose que de nouvelles réglementations seront nécessaires pour avoir une plus grande transparence, je ne pense pas que quiconque à Bruxelles s’y opposera. Les lobbyistes professionnels à Bruxelles n’ont rien à cacher. Si une ONG qui est censée promouvoir les droits de l’homme (par exemple, l’ONG « comme la « lutte contre l’impunité » fondée par M. Pancheri) fournit de fausses informations et dissimule ses véritables financiers et cibles, nous sommes dans le domaine des infractions pénales. En d’autres termes, penserions-nous vraiment qu’une organisation secrètement financée par un gouvernement ou certaines de ses ramifications, comme les services secrets, afin de poursuivre des objectifs non reconnus et illégaux, pourrait vraiment être découverte par n’importe quelle nouvelle réglementation, sans l’ingérence du pouvoir judiciaire ? »

En effet, Fr. Pancheri contre-attaque et note que des réglementations plus strictes devraient s’appliquer à ceux qui occupent des postes dans l’UE.

« Le même raisonnement pourrait être appliqué à de nouvelles dispositions possibles pour les eurodéputés et les fonctionnaires européens. En principe, tout le monde est soumis à des plafonds légaux sur la valeur des cadeaux qu’il reçoit, qu’il devra refuser s’il dépasse la limite. Toutefois, si ces échanges sont effectués consciemment de mauvaise foi et à des fins criminelles, aucune réglementation de l’UE autre que les lois pénales et les enquêtes menées par les autorités ne pourra les empêcher. Peut-être, au contraire, serait-il utile d’ouvrir un débat sur la question de savoir si les anciens politiciens devraient commencer des activités de lobbying immédiatement après la fin de leur mandat. La raison en est qu’un ancien politicien – surtout après son dernier mandat – aura évidemment beaucoup d’influence et un accès personnel privilégié aux autres décideurs qui sont ses anciens collègues. »

Newmoney via Marocleaks

#Qatargate #Maroc #Parlement_Européen #Eva_Kaili #Antonio_Panzeri #Francesco_Giorgi #Qatar #Marocleaks #Mohamed_Belahrach #Moroccogate #Maddalena_Kaili