Comment le « Qatargate » devient un « Moroccogate »

Eva Kaili et son époux Francesco Giorgi

Tags : Maroc, DGED, Yassine Mansouri, Parlement Européen, Antonio Panzeri, Eva Kaili, Qatar, Marocleaks, Mohamed Belahrach,

Selon les enquêteurs, les services secrets et l’ambassadeur du royaume autoritaire jouent un rôle central dans le scandale.

Le scandale de corruption de l’UE autour d’Eva Kaili , désormais souvent appelé « Qatargate », se transforme de plus en plus en un thriller d’espionnage et prend une toute nouvelle tournure – notamment parce que le partenaire d’Eva Kaili a fait des aveux aux enquêteurs belges. Une chose est claire : l’affaire prend de l’ampleur.

Le vice-président du Parlement européen et membre des sociaux-démocrates grecs, évincé depuis, n’est que la plus en vue des quatre personnes qui ont jusqu’à présent été arrêtées ou qui font l’objet d’une enquête dans le cadre de l’enquête.

Parmi eux se trouve son partenaire Francesco Giorgi, qui a au moins partiellement déballé entre-temps. Le journal belge Le Soir et le journal italien La Repubblica en ont fait état, tous deux ayant eu un aperçu des documents d’enquête.

Le Maroc au centre des événements

Dans ses déclarations, Francesco Giorgi a reconnu avoir participé au scandale de la corruption et avoir accepté de l’argent noir. Cependant, grâce à ses déclarations, le Maroc devient de plus en plus au centre des événements. Le Tagesschau se demande maintenant : « Qu’est-ce qui se passe ensuite ? » .

Concrètement, la question se pose désormais de savoir s’il s’agit d’une « porte du Qatar » ou plutôt d’une « porte du Maroc » ?

Même si le Tagesschau , dont les recherches ne font qu’effleurer la surface, ne veut pas vraiment l’admettre : à la fois les connexions des personnes qui sont au centre du scandale de corruption et les résultats politiques, qui indiquent qu’ils influencent le rachat de l’UE décisions, que Giorgi a reconnu pointer davantage vers le Maroc comme un acteur clé dans le scandale.

Le Qatar ne semble avoir joué ces dernières années qu’un rôle de soutien en vue de la Coupe du monde.

« Scandale des sociaux-démocrates »

Le fait que les documents des enquêteurs aient été divulgués à un journal belge et italien de tous horizons a quelque chose à voir avec le fait que l’ancien député européen Pier Antonio Panzeri est au centre du scandale.

Mais cela a aussi à voir avec le fait que Panzeri aurait soudoyé un certain nombre d’autres députés, comme le Belge Marc Tarabella. Giorgi l’a admis aux enquêteurs. Comme beaucoup d’acteurs du scandale, Tarabella est aussi une « socialiste ». Cela s’applique également à l’Italien Andrea Cozzolino, dont le partenaire de Kaili a également mentionné le nom.

On a évidemment affaire à un scandale qui touche particulièrement les sociaux-démocrates. Cela pourrait expliquer leur basculement politique central par rapport au Maroc, mais plus sur cela ci-dessous.

Tirer les ficelles : Pier Antonio Panzeri, ancien eurodéputé

Tout d’abord, regardons les acteurs clés du scandale connu jusqu’à présent. Panzeri tirait manifestement les ficelles en arrière-plan au Parlement européen. Giorgi était employé comme assistant pour l’homme de 67 ans.

Panzeri a été à son tour le chef de la délégation parlementaire pour les relations avec l’Union du Maghreb arabe (DMAG) .

Cela n’inclut pas le Qatar, mais cela inclut le Maroc. La délégation, composée de personnes issues de camps politiques très divers, a été massivement influencée par des politiciens apparemment achetés, afin d’influencer positivement les décisions pour le Maroc. Est-ce une coïncidence si la délégation, en tant que successeur de Panzeri, est dirigée par Cozzolino, également accusé ?

Les membres de la délégation confirment que Panzeri n’a jamais représenté que la cause marocaine. L’ancienne collègue Ana Gomes, entre autres, l’a clairement indiqué. La pugnace socialiste du Portugal ne mâche jamais ses mots, pas même envers les siens au Portugal, comme elle l’a précisé dans l’interview de Telepolis . Elle rend compte des « innombrables querelles » qui se sont déroulées au sein des sociaux-démocrates au Parlement européen.

À maintes reprises, Panzeri a torpillé avec succès des résolutions sur la question de l’occupation illégale du Sahara Occidental par le Maroc et sur les questions des droits de l’homme. Enfin, pour couronner le tout, Panzeri était également président du Comité des droits de l’homme. Gomes suppose donc que « pas seulement le Qatar » est derrière les événements.

Elle laisse entendre que « le Maroc aurait pu financer Antonio Panzeri et ses amis ». Puisque Gomes parle toujours un langage simple, nomme Panzeri comme le « chef de l’intrigue ». Elle va jusqu’à le qualifier d’ « agent du Maroc » .

Le fait que les services secrets marocains DGED soient profondément impliqués dans les processus est déjà apparu et a maintenant été confirmé, entre autres, par les déclarations du partenaire d’Eva Kaili, Francesco Giorgi.

Mais le réseau était beaucoup plus complet.

Telepolis, 18/12/2022

Qatargate #Maroc #Parlement_Européen #Eva_Kaili #Antonio_Panzeri #Francesco_Giorgi #Qatar #Marocleaks #Mohamed_Belahrach #Noureddine_Ziani #DGED #Yassine_Mansouri