Maroc : La DGED était en contact avec Panzeri et Giorgi

Tags : Parlement Européen, Maroc, Qatar, Eva Kaili, Francesco Giorgi, Pier Antonio Panzeri,

Le compagnon de l’eurodéputée Eva Kaili, Francesco Giorgi, est en aveux de corruption et d’ingérence au service du Maroc et du Qatar, rapporte jeudi Le Soir.

Devant la police, puis le juge Michel Claise, Francesco Giorgi, l’un des hommes clé du dossier présumé de corruption et d’ingérence au Parlement européen et compagnon de l’eurodéputée grecque Eva Kaili, reconnaît avoir fait partie d’une organisation utilisée à la fois par le Maroc et par le Qatar dans le but d’intervenir dans les affaires européennes, explique Le Soir. Le mandat d’arrêt de Francesco Giorgi a été confirmé mercredi par la chambre du conseil de Bruxelles.

Dans ses aveux, Francesco Giorgi reconnaît que son rôle dans “l’organisation” était de gérer l’argent liquide. Et ses aveux ne s’arrêtent pas là. Francesco Giorgi soupçonne deux personnes d’avoir touché de l’argent via M. Panzeri: l’eurodéputé italien (groupe S&D) Andrea Cozzolino et le Belge Marc Tarabella. Le socialiste a été perquisitionné à son domicile samedi soir en présence de la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola.

Une potentielle corruption marocaine

Le Maroc est concerné dans ce dossier de potentielle corruption par son service de renseignements extérieurs, la DGED – Direction générale des études et de la documentation. Selon les documents que Le Soir et La Repubblica ont pu consulter, Antonio Panzeri, l’eurodéputé S&D Andrea Cozzolino et l’assistant Francesco Giorgi auraient été en contact avec la DGED et avec Abderrahim Atmoun, ambassadeur du Maroc en Pologne.

Outre M. Atmoun, deux agents du service de renseignement marocain sont cités dans ces documents mais Le Soir n’a pas été en mesure de les contacter.

Source : Bx1, 15/12/2022

———————————————————————

« J’ai tout fait pour de l’argent dont je n’avais pas besoin »: le petit ami italien de la politicienne européenne Eva Kaili « admet avoir participé au scandale de corruption au Qatar et demande sa libération afin qu’elle puisse s’occuper de leur bébé ».

-Francesco Giorgi, 35 ans, a reconnu les accusations de corruption devant un tribunal de Bruxelles
-L’ancienne vice-présidente du Parlement européen Eva Kaili est l’une des quatre personnes accusées
-Les flics belges disent avoir reçu de l’argent des responsables de « l’État du Golfe » pour acheter de l’influence

Le petit ami italien de la politicienne européenne Eva Kaili a reconnu son rôle dans la corruption du Qatar et a demandé sa libération afin qu’elle puisse s’occuper de leur bébé, selon des documents judiciaires.

Francesco Giorgi, 35 ans, le petit ami de l’eurodéputée grecque Eva Kaili, a avoué et présenté ses excuses pour le scandale devant les magistrats bruxellois et a déclaré que Mme Kaili n’était pas impliquée.

L’ancienne vice-présidente du Parlement européen Kaili, 44 ans, son partenaire Giorgi, l’ex-eurodéputé Pier Antonio Panzeri et le lobbyiste Niccolò Figa-Talamanca sont tous accusés de corruption, de blanchiment d’argent et de crime organisé.

Les flics belges affirment que le groupe a reçu l’argent de responsables de « l’État du Golfe » – largement considérés comme qatariens – dans le cadre d’un stratagème visant à acheter de l’influence au Parlement européen.

Les enquêteurs disent qu’un total de 1,3 million de livres sterling a été saisi par les enquêteurs, qui ont effectué des descentes à l’intérieur de son appartement et de la maison de Panzeri.

Giorgi, qui est de Milan, a admis : « J’ai fait tout mon possible pour de l’argent dont je n’avais pas besoin », selon des documents judiciaires consultés par le journal belge Le Soir et l’italien La Repubblica.

« Je ferai tout mon possible pour que mon partenaire soit libre et puisse s’occuper de notre fille de 22 mois. »

Dans les déclarations, enregistrées le 10 décembre, Giorgi a déclaré qu’il travaillait en étroite collaboration avec Panzeri et que l’argent qu’il avait reçu n’avait rien à voir avec sa partenaire, Mme Kaili.

Il a dit qu’il n’était qu’une « personne simple » mais qu’il était devenu « submergé » par un sentiment de « dette morale » envers Panzeri, a rapporté La Repubblica.

Cela a été soutenu par l’avocat de Kaili, Michalis Dimitrakopoulos, qui a déclaré dans une émission : « L’argent qui a été trouvé dans sa maison ne lui appartenait pas, Giorgi est le seul à pouvoir fournir des réponses sur son existence. »

Kaili, Giorgi et Panzeri restent en garde à vue et une décision sera prise le 22 décembre alors que l’enquête se poursuit.

Les quatre ont été arrêtés à la fin de la semaine dernière par des enquêteurs qui ont également saisi une valise pleine d’argent qui était transportée d’un Sofitel bruxellois par le père de Kaili, ainsi que des boîtes et des sacs remplis de notes trouvées à l’intérieur de son appartement et de la maison de Panzeri.

Les flics belges affirment que le groupe a reçu l’argent de responsables de « l’État du Golfe » – largement considérés comme qatariens – dans le cadre d’un stratagème visant à acheter de l’influence au Parlement européen.

Kaili a nié toute implication dans la corruption, tandis que le Qatar a nié être l’État du Golfe impliqué dans le stratagème.

Le père de Kaili aurait transporté la mallette contenant 650 000 £ de billets, avant d’être arrêté par des enquêteurs sortant d’un Sofitel de la capitale belge.

C’est ce moment « en flagrant délit » qui a permis aux flics de renoncer au droit habituel de Mme Kaili à l’immunité diplomatique et de fouiller son domicile où ils auraient trouvé des « objets de valeur » et d’autres « sacs de billets », a déclaré le journal belge Le Soir.

Les 500 000 £ auraient été retrouvés au domicile de Pier Antonio Panzeri, un autre des quatre arrêtés et inculpés ce week-end.

C’est un ancien eurodéputé italien qui dirige maintenant un groupe de réflexion défendant les droits de l’homme qui était associé à un certain nombre de hauts fonctionnaires de l’UE.

La quatrième arrestation serait Niccolò Figa-Talamanca, qui dirige un groupe de pression appelé No Peace Without Justice.

Mme Kaili, s’exprimant par l’intermédiaire de son avocat, a nié sa culpabilité et a déclaré qu’elle « n’avait rien à voir avec la corruption du Qatar ».

Le Qatar – qui n’a pas été nommé publiquement comme l’État impliqué mais a été accusé dans les médias belges – a nié toute implication.

« L’État du Qatar rejette catégoriquement toute tentative de l’associer à des accusations d’inconduite », a déclaré la mission qatarie auprès de l’UE.

Deux autres personnes ont été arrêtées et interrogées mais non inculpées, vraisemblablement la femme et la fille de M. Panzeri.

Les avocats de Kaili ont déclaré à l’AFP qu’elle était innocente et qu’elle combattrait les accusations.

Plus tôt, l’avocat de Kaili à Athènes, Michalis Dimitrakopoulos, a insisté sur le fait qu’elle était innocente et « ne connaissait pas l’existence » de l’argent trouvé chez elle à Bruxelles.

Dimitrakopoulos a suggéré que le petit ami italien de Kaili, Giorgi, pourrait avoir « des réponses sur l’existence de cet argent ».

Le Qatar est un important fournisseur d’énergie pour l’Europe et joue un rôle d’intermédiaire important dans plusieurs différends diplomatiques.

Mais il a également été critiqué pour les mauvais traitements présumés infligés aux travailleurs migrants, notamment ceux qui ont construit les stades de la Coupe du monde.

Alors que Kaili restait en prison, ses collègues du parlement de Strasbourg se sont empressés de prendre leurs distances avec le scandale, la privant de son rôle de vice-présidente et promettant une vague de réformes de la transparence.

S’exprimant pour la première fois sur l’affaire, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a déclaré que cela « sapait … la démocratie à un moment où le populisme prévaut ».

« J’espère que cette affaire sera résolue rapidement », a-t-il déclaré, ajoutant qu' »elle porte atteinte au prestige de l’Europe ».

Elle est la seule députée européenne en exercice à avoir été inculpée. Mais plusieurs autres ont vu leurs bureaux mis sous scellés par la police.

De source judiciaire belge, 600 000 euros ont été retrouvés au domicile de Panzeri, 150 000 euros dans l’appartement de Kaili et 750 000 dans la chambre d’hôtel de son père.

Bruxelles a été secouée par ces revendications et la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, a cherché à présenter les pots-de-vin présumés comme une attaque contre la démocratie.

Kaili était l’une des six personnes détenues. Quatre ont été inculpés d' »organisation criminelle, corruption et blanchiment d’argent » et deux libérés.

Parmi les personnes libérées figurait Luca Visentini, secrétaire général de la Confédération syndicale internationale, une organisation syndicale mondiale qui a poussé le Qatar sur les droits du travail.

Daily Mail, 15/12/2022

Parlement_européen #Maroc #Qatar #Eva_Kaili #Panzieri #Sahara_Occidental

Comments are closed.