L’Espagne, partenaire efficace de l’Algérie dans le processus de résolution de la question sahraouie

A l’ombre du climat de tension entre Rabat et Madrid

L’Espagne, partenaire efficace de l’Algérie dans le processus de résolution de la question sahraouie

Dernièrement, la question sahraouie a remporté nombre d’acquis, tant au niveau régional qu’international. En contrepartie, la position du colonisateur marocain s’est affaiblie au regard de la multiplication des condamnations de la communauté internationale, suite aux agissements du Makhzen, accusé de vouloir miner la paix et la stabilité dans la région.

A diplomatie espagnole a donné une leçon au Maroc sur le respect des traités internationaux, après une série d’échecs qui confirment que les murs du bureau de Nasser Bourita sont plus fragiles qu’une toile d’araignée. Le ministère marocain des Affaires étrangères a ignoré tous les us diplomatiques pour confirmer, une fois de plus, son manque d’expérience et le long chemin qui lui reste à parcourir pour rejoindre la cour des grands. La réponse de l’Espagne face à la polémique lancée par le Maroc suffit à elle seule, formulée cette fois par sa ministre des Affaires étrangères, Mme Aranxa Gonzales Laya, qui a affirmé publiquement, en toute clarté, que son pays a accueilli le président de la République arabe sahraouie démocratique, M. Ibrahim Ghali, afin de lui prodiguer des soins médicaux sur son sol, des suites de complications sanitaires dues à son affection par la Covid-19. Cette position honorable de la part de la diplomatie espagnole a mis un terme à la campagne de désinformation menée par le Maroc, tout comme elle a confirmé l’attachement de l’Espagne à la légitimité internationale à propos de la question sahraouie, ce qui correspond parfaitement à l’approche algérienne qui appelle à une solution équitable et durable à la question sahraouie, considérée comme la dernière colonie en Afrique.

Déjouer les chantages du Maroc

«Oui nous avons accueilli le président sahraoui.» C’est par cette réponse brève et précise que la ministre des Affaires étrangères espagnole, Mme Aranxa Gonzales Laya, a répondu à une question concernant les accusations du Maroc à propos de l’accueil par l’Espagne du président sahraoui, M. Ibrahim Ghali, en marge d’une conférence de presse, en présence de la ministre des Affaires étrangères du Paraguay, le mois de mai dernier. Ces propos traduisaient le fait que cette situation ne nécessitait pas un tel brouhaha de la part du Makhzen et que l’Espagne est un Etat souverain qui respecte les droits de l’homme et n’attend aucun dictat ni de leçons de personne et que ces allégations ne représentent dans les faits qu’une tempête dans un verre d’eau.

La cheffe de la diplomatie espagnole avait souligné, lors d’une de ses déclarations, que son pays avait promis de fournir aide et assistance humanitaire au président sahraoui, car il était dans un état critique du fait de ses problèmes de santé, en plus de son affection par le coronavirus.

La ministre avait souligné que la position de l’Espagne par rapport au Sahara occidental est «constante», «n’a pas changé et ne changera pas» et repose sur «le respect des us internationales et des décisions de l’ONU». L’Espagne fut l’un des premiers pays à condamner la décision de l’ancien président américain, Donald Trump, d’une prétendue reconnaissance de la souveraineté de Rabat sur le Sahara occidental. Chose qui a irrité le Makhzen et l’a poussé à monter de toutes pièces des scénarii de propagande afin d’arracher la reconnaissance de Madrid et masquer ses échecs diplomatiques.

A côté de la position officielle espagnole, les plus grandes villes d’Espagne ont connu des manifestations populaires de solidarité avec le peuple sahraoui qui ont regroupé les acteurs de la société civile espagnole, en plus des ressortissants sahraouis établis en Espagne. Cet élan de solidarité avait pour slogan «Liberté au peuple sahraoui» et a reflété l’étendue du soutien de l’Espagne au peuple sahraoui.

Une diplomatie en carton

Tous ces développements et victoires successives réalisés par la question sahraouie sur le terrain, ont révélé l’étendue de la confusion dans laquelle est plongé le régime du colonisateur marocain qui a même fait à plusieurs reprises dans l’extravagance. Le Makhzen a refusé d’entendre la voix de la raison pour traiter humainement la question de la maladie du président de la Rasd, M. Ibrahim Ghali. En réponse à l’accueil par l’Espagne du président sahraoui pour raison médicale, le Maroc a provoqué une crise migratoire sans précédent, les 17 et 18 mai dernier, en autorisant plus de 8000 migrants marocains, dont 1500 mineurs, à passer la frontière maritime entre le Maroc et la ville espagnole de Ceuta. A travers ces agissements, le colonisateur s’est donné le rôle du bourreau ne s’embarrassant à sacrifier des vies humaines, n’excluant pas même les enfants de ses vils plans visant à faire pression pour réaliser des acquis politiques.

Ce qui interpelle c’est que le Makhzen a voulu jouer la carte des migrants comme moyen de pression sur le gouvernement de Pedro Sanchez, dans une tentative de faire du chantage afin que son gouvernement change sa position envers la question sahraouie. Il a tenté ainsi de le forcer à adopter certaines positions contraires aux règles internationales, notamment de s’aligner sur la décision prise par Donald Trump qui, au demeurant est remise en cause après le refus du Congrès américain d’ouvrir un consulat des USA dans la ville de Dakhla occupée, en plus de son rejet de l’accord de vente de drones au Maroc. Ce sont là les deux promesses faites par l’ancien président américain, Donald Trump, à Rabat en contrepartie de la normalisation de ses relations avec l’entité sioniste. Cependant, l’ensemble des analyses indiquent que la nouvelle administration américaine, conduite par le président Joe Biden, est sur la voie d’annuler définitivement la prétendue reconnaissance de Trump.

Le Maroc entre le marteau de la condamnation internationale et l’enclume de la normalisation avec l’entité sioniste

Les agissements irréfléchis du Makhzen ont soulevé une vague de contestations et réactions de la part de la communauté internationale qui a condamné la politique du gouvernement marocain tendant à faire pression sur l’Espagne et l’Union européenne. En réponse à la crise migratoire, l’Espagne a déployé des forces militaires spéciales. Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a promis de rétablir l’ordre et de rapatrier les migrants au Maroc.

Aussi, l’Espagne s’est hâtée d’étudier la possibilité d’annuler l’accord autorisant le passage sans visa des ressortissants marocains vers Ceuta et Melilla, en réponse au chantage imposé par le Maroc et pour freiner la vague de migrants illégaux. Juan Gonzales Barba, secrétaire d’Etat espagnol chargé des affaires européennes, a déclaré lors de sa visite à Ceuta que son gouvernement « envisage de mettre fin au régime sans visa des Marocains qui vivent autour des deux villes».

De même, l’armée espagnole a refusé de participer aux manœuvres militaires African Lion 2021, organisées au Maroc, en coordination avec les USA, du 7 au 18 juin 2021, pour des raisons directement liées, d’après de nombreux experts, aux comportements imprudents du Makhzen envers l’Espagne. Ces manœuvres ont été précédées par une campagne médiatique de désinformation menée par le Maroc, stipulant que le champ de manœuvres de ces exercices concernera aussi les territoires sahraouis occupés, étant, selon le Maroc, un territoire marocain. Chose qui a été fortement démentie par le Pentagone avant le début des manœuvres et même durant les exercices. Le général Stephen Townsend, commandant des forces américaines Africom a affirmé : «Les manœuvres n’ont inclus aucune partie des terres sahraouies occupées», contrairement à ce qui a été rapporté par la propagande marocaine. De son côté, le Parlement européen a annoncé par communiqué son refus catégorique de la politique du royaume chérifien et son utilisation méthodique des mineurs comme moyen de «chantage politique honteux» contre l’Espagne et l’Europe et la menace sur la sécurité de leurs frontières par l’immigration guidée à des fins politiques, la considérant comme comportements irresponsables de la part du Maroc, habitué à ce genre de pratiques depuis des années.

En conséquence, le Makhzen se trouve piégé entre les accusations de violation du droit humanitaire au Sahara occidental, son rejet de toute approche tendant à trouver une solution à la question sahraouie conformément aux exigences de la légitimité internationale et les directives de l’ONU, et la normalisation avec l’entité sioniste. Cette dernière, appuyée par l’ancien président US, Donald Trump, dans le cadre de l’accord «Abraham», est considérée par certains de coup de poignard dans le dos des frères palestiniens et un acte de félonie envers la cause arabe.

L’Algérie, la Mecque des révolutionnaires et le complexe perpétuel du Maroc

Le Makhzen mène une campagne médiatique abjecte contre notre pays afin de justifier ses revers devant l’opinion publique interne et externe. De tout temps et en tout moment, il porte des accusations envers l’Algérie, lui reprochant de constituer un frein à la solution de la question sahraouie. Face à cela, le président de la République, Monsieur Abdelmadjid Tebboune, a affirmé à plusieurs occasions que l’Algérie n’est pas partie prenante dans le conflit. Sa position en adéquation avec les règles de la légitimité internationale qui considère le Sahara occidental comme une question de décolonisation, reste constante et non négociable et n’accepte aucun chantage, elle n’a de cesse d’appeler à la consolidation des efforts de la communauté internationale pour la décolonisation en Afrique et dans le monde. Les positions de l’Algérie envers les causes justes sont immuables, elle œuvre de tout temps, dans le cadre des Nations unies, à faire triompher les peuples aspirant à leur liberté et appelle au respect de la souveraineté des Etats et à bâtir des relations fraternelles. De par ce principe, le président de la République, Monsieur Abdelmadjid Tebboune, accompagné par Monsieur le chef d’état-major de l’ANP, le général de corps d’armée Saïd Chanegriha, a rendu visite au président sahraoui, M. Ibrahim Ghali, à son retour d’Espagne et son admission à l’hôpital militaire Dr Mohamed-Seghir Nekkache de Aïn Naâdja, pour parachever son traitement et sa convalescence.

De son côté, le président sahraoui, M. Ibrahim Ghali, a souligné les positions claires et franches de l’Etat algérien et de son président, Monsieur Abdelmadjid Tebboune, qui n’a eu de cesse d’exprimer et d’apporter à plusieurs occasions son soutien aux causes humanitaires justes, preuve des principes fermes de l’Algérie de soutien aux peuples opprimés. Le respect voué à l’Algérie par la communauté internationale, en reconnaissance à sa politique étrangère qui repose sur la non-ingérence dans les affaires internes des pays et le respect du principe d’autodétermination des peuples, n’est pas du goût des dirigeants marocains.

L’Algérie continuera de soutenir indéfectiblement toute initiative ou approche visant un règlement juste et équitable de la cause sahraouie conformément aux règlements internationaux garantissant au peuple sahraoui l’exercice de son droit à l’autodétermination et au recouvrement de sa souveraineté sur son territoire

El Djeïch n° 696