Israël : Incertain quand le Maroc nommera un émissaire

Israël soutient les négociations directes entre les parties impliquées dans le conflit du Sahara occidental, a déclaré le nouvel ambassadeur au Maroc, David Govrin.

Il a ensuite nié avoir connaissance de l’utilisation de drones par le Maroc contre le Front Polisario au Sahara.

Govrin a refusé de répondre aux questions des journalistes sur l’achat présumé par Rabat du logiciel espion Pegasus fabriqué par Israël, déclarant : « Je préfère ne pas répondre à cette question ».

Le Maroc et Israël ont rétabli leurs relations en décembre de l’année dernière après que les États-Unis ont accepté de reconnaître la souveraineté de Rabat sur le Sahara occidental. À ce jour, cependant, le Maroc n’a pas nommé son envoyé à Tel-Aviv.

Interrogé sur la date à laquelle cela se produirait, Govrin a déclaré : « Il n’y a pas de date précise, mais comme on le sait, j’ai été nommé il y a deux semaines ambassadeur d’Israël au Maroc, et nous espérons que le Maroc nommera bientôt un ambassadeur pour lui. »

Le Maroc est en conflit avec le groupe séparatiste Polisario soutenu par l’Algérie au sujet du Sahara occidental depuis 1975, après la fin de l’occupation espagnole. Il s’est transformé en une confrontation armée qui a duré jusqu’en 1991 et s’est terminée par la signature d’un accord de cessez-le-feu.

Rabat insiste sur son droit de gouverner la région, mais a proposé un gouvernement autonome au Sahara occidental sous sa souveraineté, mais le Front Polisario veut un référendum pour laisser le peuple déterminer l’avenir de la région. L’Algérie soutient la proposition du Front et accueille des réfugiés de la région.

Le cessez-le-feu de 1991 a pris fin

En lançant l’opération, le Maroc « a gravement compromis non seulement le cessez-le-feu et les accords militaires connexes, mais aussi toutes les chances de parvenir à une solution pacifique et durable à la question de la décolonisation du Sahara occidental », a déclaré Brahim Ghali, chef du Front Polisario, dans un communiqué. lettre à l’ONU.