Eni & Algérie, affaires et secrets en mer de Sardaigne

Eni & Algérie, affaires et secrets en mer de Sardaigne – Italie, Sardaigne, Zone économique exclusive, gaz, Russie,

Nouveaux scénarios énergétiques : l’Italie « se rend » à un État qui conclut des accords militaires et énergétiques avec la Russie de Poutine

On ne peut pas le dire, mais l’enchaînement des dates et des événements est bien plus qu’un test. L’opération « occupation de la mer sarde », celle devant les côtes de l’île de Sardaigne, mise en place par l’Algérie, va bien au-delà d’une prise en charge par le gouvernement maghrébin, le plus occidental. Les implications sont marquées par des rapports confidentiels d’analystes de la défense et du renseignement économique, tous soucieux de comprendre comment l’Italie évolue dans l’échiquier énergétique méditerranéen. Dans ce cas, les scénarios sont racontés par des documents et des affaires, tous joués au pas de la porte, avec la complicité implicite de sujets bien identifiés, et plus généralement du système italien, sous la gifle d’un chantage latent dont personne ne parle explicitement , mais que vous pouvez toucher avec votre main dans tous les coins des Palais de Rome. Pour dicter la ligne, ou plutôt l’imposer,

Bénéfice excessif

Après avoir historiquement prétendu rendre l’Italie dépendante de seulement deux grands fronts d’approvisionnement en gaz, la Russie et l’Algérie, elle tente aujourd’hui la politique de la casserole chaude, pour ne pas compromettre l’énorme rafle de profits supplémentaires qu’elle a apporté à un magazine trimestriel de mille et une nuits à la caisse. Avec les Américains qui vendront le GNL à un prix élevé à l’Europe, et donc à l’Italie, Eni sera celui qui gagnera beaucoup d’argent. Les comptes du « chien à six pattes », sur la période janvier-mars 2022, celle du premier trimestre de la guerre, enregistrent un bénéfice net de plus de 3 milliards d’euros, contre 270 millions d’euros sur la même période de 2021 Pour les multinationales de l’Etat, la « règle d’or » est de garder le niveau d’approvisionnement énergétique sous contrôle, c’est-à-dire de moins en moins que ce qui est nécessaire. Juste pour maintenir le marché sous tension et éviter que les prix du pétrole et du gaz ne chutent trop bas. Ce qui s’est passé dans cette première période de guerre est emblématique : moins il y avait de gaz disponible, plus les compagnies pétrolières et énergétiques gagnaient.

En échec

Tout cela explique également la raison pour laquelle Eni ne veut pas construire, ni même laisser construire, de nouvelles infrastructures d’approvisionnement en gaz, malgré le fait que le scénario stratégique global en Occident a irrémédiablement changé. La logique est de tout garder sous contrôle, à commencer par les gouvernements, de chez nous à ceux de l’autre rive de la Méditerranée, de l’Italie à l’Algérie. Et à l’heure où la question de la Défense, celle militaire, revient sur la table des analyses étatiques, des éléments émergent qui ne laissent guère de place au doute : l’Italie est sous contrôle énergétique non seulement par la Russie, mais aussi et surtout par l’Algérie. Dans le cas du pays maghrébin, les implications qui ressortent des analyses des instituts de renseignement sont cependant beaucoup plus délicates. En fait, en jeu il n’y a pas que l’approvisionnement en gaz capable d’alléger la dépendance vis-à-vis de la Russie, mais il y a un jeu sur lequel l’État italien fait la « sourde oreille », ou plutôt le « transfert » gratuit des eaux internationales vers l’Algérie de l’ouest Méditerranéen, celui devant les côtes de la Sardaigne. Une opération qui, en ces heures, revient à la une des journaux, ne serait-ce que pour ses implications stratégiques, militaires et économiques dans le scénario de guerre modifié entre la Russie et l’Occident.

L’« arrachage » de la mer sarde, en effet, cache des secrets et des complicités, de nombreuses affaires et mille implications de nature internationale. Dans tout cela la Sardaigne perdra trois fois : elle n’aura pas le gazoduc Galsi reliant le Maghreb et l’île, elle ne pourra jamais utiliser les réserves de gaz au large de ses côtes, un état se trouvera devant la maison, l’Algérie, totalement liée au Tsar de Russie. Pour marquer tous ces passages sont des dates et des constatations objectives. Tout d’abord, l’étude américaine dont nous avons fait rapport hier. Un rapport gardé secret dans les bureaux des bien informés, préparé par l’Agence géologique du gouvernement des États-Unis d’Amérique pour surveiller la puissance économique des États en fonction de la disponibilité énergétique. Un plan d’analyse que les géologues stars and stripes ont élaboré en divisant le monde en 8 régions et 937 provinces géologiques, classées ensuite selon les potentiels pétroliers et gaziers. Parmi ces « provinces » énergétiques mondiales, 76 sont définies comme « prioritaires » et 26 comme « boutiques ». Le but du World Energy Project, le projet énergétique mondial, préparé directement pour le chef de la Maison Blanche, Comme on le voit, il n’avait pas pour objectif de vérifier le niveau démocratique de chaque pays ou sa fiabilité, mais celui de déterminer la quantité de pétrole et de gaz dont ils disposaient pour les 30 prochaines années. A ce titre, le « système pétrolier prémessinien total du Bassin provençal, Méditerranée occidentale » a été placé parmi les excellents pics en termes de potentiel.

Le trésor de la mer sarde

Un périmètre qui relie la France, l’Italie et l’Algérie, les Baléares, la Corse, et surtout l’île de Sardaigne, littéralement incorporée dans cette mer de gaz. Une étendue d’eau aux dimensions inimaginables, 300 000 kilomètres carrés. L’analyse de l’Agence américaine a pour la première fois mis en noir sur blanc des chiffres stratosphériques : le bassin « Sardo – Algero – Provenzale » aurait un potentiel de 51 trillions de pieds cubes (1,4 trillions de mètres cubes) de gaz, 0,42 milliard de barils de pétrole et 2,23 millions de barils de gaz naturel liquéfié. Bref, un tiers du potentiel actuel de toute l’Algérie. Tout cela aurait dû attirer l’attention de l’Italie, la première à disposer d’un potentiel infini de ressources énergétiques stratégiques devant ses côtes. En réalité, le seul à ne rien faire était la patrie d’Eni. Les questions se posent spontanément : tout le monde en Italie ignorait-il l’étude américaine ? Ne se sont-ils jamais souciés de vérifier s’il y avait du gaz et du mazout devant la maison ? Ou savaient-ils et se sont-ils coupablement tus pour favoriser les lobbies de l’nergie ? La suite des événements est désarmante : le 18 mars 2018, le président algérien signe un décret unilatéral instituant la zone économique exclusive au large des côtes sardes. La « République Algérienne Démocratique et Populaire » occupe du coup une étendue d’eau qui s’étend sur 370 km depuis ses côtes, de l’autre côté de la Méditerranée, jusqu’à la présence d’Alghero, après avoir longé Carloforte, Tharros et Bosa. La communication aux Nations Unies est immédiate. Les questions se posent spontanément : tout le monde en Italie ignorait-il l’étude américaine ? Ne se sont-ils jamais souciés de vérifier s’il y avait du gaz et du mazout devant la maison ? Ou savaient-ils et se sont-ils coupablement tus pour favoriser les lobbies de l’énergie ? La suite des événements est désarmante : le 18 mars 2018, le président algérien signe un décret unilatéral instituant la zone économique exclusive au large des côtes sardes.

La « République Algérienne Démocratique et Populaire » occupe du coup une étendue d’eau qui s’étend sur 370 km depuis ses côtes, de l’autre côté de la Méditerranée, jusqu’à la présence d’Alghero, après avoir longé Carloforte, Tharros et Bosa. La communication aux Nations Unies est immédiate. Les questions se posent spontanément : tout le monde en Italie ignorait-il l’étude américaine ? Ne se sont-ils jamais souciés de vérifier s’il y avait du gaz et du mazout devant la maison ? Ou savaient-ils et se sont-ils coupablement tus pour favoriser les lobbies de l’énergie ? La suite des événements est désarmante : le 18 mars 2018, le président algérien signe un décret unilatéral instituant la zone économique exclusive au large des côtes sardes. La « République Algérienne Démocratique et Populaire » occupe du coup une étendue d’eau qui s’étend sur 370 km depuis ses côtes, de l’autre côté de la Méditerranée, jusqu’à la présence d’Alghero, après avoir longé Carloforte, Tharros et Bosa. La communication aux Nations Unies est immédiate. en Italie, personne n’était au courant de l’étude américaine ? Ne se sont-ils jamais souciés de vérifier s’il y avait du gaz et du mazout devant la maison ? Ou savaient-ils et se sont-ils coupablement tus pour favoriser les lobbies de l’nergie ? La suite des événements est désarmante : le 18 mars 2018, le président algérien signe un décret unilatéral instituant la zone économique exclusive au large des côtes sardes. La « République Algérienne Démocratique et Populaire » occupe du coup une étendue d’eau qui s’étend sur 370 km depuis ses côtes, de l’autre côté de la Méditerranée, jusqu’à la présence d’Alghero, après avoir longé Carloforte, Tharros et Bosa.

La communication aux Nations Unies est immédiate. En Italie, personne n’était au courant de l’étude américaine ? Ne se sont-ils jamais souciés de vérifier s’il y avait du gaz et du mazout devant la maison ? Ou savaient-ils et se sont-ils coupablement tus pour favoriser les lobbies de l’énergie ? La suite des événements est désarmante : le 18 mars 2018, le président algérien signe un décret unilatéral instituant la zone économique exclusive au large des côtes sardes. La « République Algérienne Démocratique et Populaire » occupe du coup une étendue d’eau qui s’étend sur 370 km depuis ses côtes, de l’autre côté de la Méditerranée, jusqu’à la présence d’Alghero, après avoir longé Carloforte, Tharros et Bosa. La communication aux Nations Unies est immédiate. le savaient-ils et se sont-ils coupablement tus pour favoriser les lobbies de l’énergie ? La suite des événements est désarmante : le 18 mars 2018, le président algérien signe un décret unilatéral instituant la zone économique exclusive au large des côtes sardes. La « République Algérienne Démocratique et Populaire » occupe du coup une étendue d’eau qui s’étend sur 370 km depuis ses côtes, de l’autre côté de la Méditerranée, jusqu’à la présence d’Alghero, après avoir longé Carloforte, Tharros et Bosa.

L’Italie dort complice

Sept mois seulement se sont écoulés et, sans que l’Italie n’ait encore levé le petit doigt pour bloquer cette « invasion algérienne » dans la mer du pays, les agences internationales ont publié une nouvelle destinée à expliquer beaucoup de choses : « Eni, Sonatrach et Total ont signé deux protocoles d’accord qui prévoient la mise en place d’un partenariat « exclusif » pour l’exploration dans l’offshore algérien, dans une province géologique pratiquement inexplorée ». Claudio Descalzi, PDG d’Eni, celui-là même qui promène les chefs d’État et de gouvernement pour augmenter les pressions de gaz des autres États, déclare : « Avec Sonatrach et Total, nous aurons l’opportunité d’explorer les eaux profondes de l’offshore algérien ». En pratique, le PDG d’Eni sait déjà tout, il connaît la firme américaine, et elle est parfaitement consciente que l’offshore algérien est celui de la Zone Economique Exclusive que les Algériens viennent d’établir dans les eaux internationales, en contact direct avec la mer sarde. Le gouvernement italien, pourtant, nous sommes dans le gouvernement Conte Uno, continue de dormir. Le ministre des Affaires étrangères Enzo Moavero Milanesi a officiellement protesté à l’ONU le 28 novembre 2018, soit 8 mois après le décret algérien instituant la zone économique exclusive. Le premier contact officiel entre les gouvernements italien et algérien a lieu le 2 mars 2020, mais la délégation romaine rentre chez elle avec un comité modeste et inutile pour discuter du périmètre extérieur de l’occupation algérienne sur la mer sarde. On ne saura rien de plus sur les résultats de ce comité. Le 14 juin 2021, le parlement italien vote une loi pour l’établissement d’une zone économique exclusive au-delà de la limite extérieure de la mer territoriale. Cela aurait dû être la réponse à l’Algérie. 11 mois se sont écoulés et le gouvernement Draghi n’a même jamais évoqué la résolution à proposer au chef de l’Etat pour établir la zone exclusive italienne, pour stopper l’invasion algérienne. Silence absolu. En effet, à Alger, Draghi ne dit pas un mot sur la question. Il faut obtenir l’aumône d’un peu plus de méthane de l’Algérie, qui en échange prend pourtant tout le gaz et la mer devant la Sardaigne. 11 mois se sont écoulés et le gouvernement Draghi n’a même jamais évoqué la résolution à proposer au chef de l’Etat pour établir la zone exclusive italienne, pour stopper l’invasion algérienne.

Affaires russes en Algérie

Il y a une contrepartie qu’on ne peut cependant pas dire : Eni fait tout en Algérie. Dommage qu’en mai 2020, cependant, Sonatrach, l’algérien Eni, ait signé un protocole d’accord avec le russe Lukoil pour un partenariat de production et d’exploration dans le pays d’Afrique du Nord. Et en septembre dernier, le géant russe de l’énergie Gazprom a annoncé qu’il collaborait avec l’Algérie. Ce n’est pas tout : Sonatrach a également communiqué au monde que le champ gazier d’El Assel, en joint-venture avec le russe Gazprom, entrera en production en 2025. Dernière remarque : l’Algérie faisait partie des 35 pays qui se sont abstenus lors du vote du Assemblée générale des Nations Unies contre l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Chasse et sous-marin

Il y a une raison, qui va bien au-delà des accords entre la Russie et l’Algérie sur le front énergétique : la Russie est le pays qui modernise les forces armées algériennes. Alger, à Poutine, a déjà commandé les 14 premiers chasseurs-bombardiers Sukhoi Su-34 pour l’attaque au sol, tandis que pour le secteur naval Moscou équipe son allié nord-africain des moyens les plus modernes : deux nouveaux sous-marins de fabrication russe sont en route . Le tout pour contrôler et dominer la mer de Sardaigne, celle expropriée au nom et pour le compte des profits supplémentaires de l’Etat.

Mauro Pili

L’unionesarda.it, 10 mai 2022

LIRE AUSSI : Décennie noire: « l’Algérie n’a trouvé que l’Italie à ses côtés »

LIRE AUSSI : L’accord gazier italien avec l’Algérie inquiète les Espagnols

LIRE AUSSI : Le président italien en visite d’Etat de 2 jours en Algérie

#Algérie #Italie #Sardaigne #ZEE #Gaz #Russie #Ukraine