Cinéma made in Tanger

Par Maâmar Farah

Une manifestation, pareille à tous les mouvements de contestation qui se comptent par centaines chaque semaine, est exploitée massivement par certains sites de propagande anti-algériens. Nous n’avons rien contre le fait de rapporter de tels faits et nous nous en faisons l’écho quand ils se produisent, sauf dans le cas où nous n’avons pas de représentants dans les régions concernées. Mais la manière dont sont présentées ces manifestations ne laisse aucun doute quant aux visées réelles de leur propagation. L’imagination des créateurs de ces fausses alertes est fertile ! A Oran, il y aurait trois morts ! Et demain, ce sera à Annaba ou à Djelfa…

Maintenant, ce sont des télévisions qui se mettent de la partie, avec de fausses images, des témoins rémunérés joints par téléphone. Cette dramatisation et ces «faux», nous en connaissons un bout depuis qu’El Jazeera s’en est faite la spécialiste dans la couverture des événements en Libye et en Syrie. Nous avons même appris que des scènes d’un soulèvement populaire algérien ont été tournées au… Maroc oriental dont les cités ressemblent aux villes de l’extrême Ouest ! Ils n’ont pas réussi à In Salah. Ils n’ont rien pu faire à Ghardaïa ! Ils ne pourront jamais faire lever ce peuple par le mensonge et la propagande. Ce peuple se lèvera tout seul. Quand il le voudra ! Les plaies de 1988 et de la décennie noire sont encore ouvertes et ce que nous voyons en Syrie et en Libye commande la prudence ! Les scénaristes de Tanger et de Londres ainsi que les laboratoires sionistes qui travaillent avec l’argent des Wahhabites devront trouver autre chose !

farahmadaure@gmail.com

http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2016/04/13/print-2-194736.php

#Maroc #Cinéma