Au Maroc, une lutte pour la sexualité

CASABLANCA, Maroc – Walid, un musulman dévot de 30 ans, dit qu’il a réalisé qu’il était gay à l’âge de 13 ans. Ayant grandi au Maroc , cependant, où l’homosexualité est réprimandée, il était difficile de faire accepter sa sexualité, dit Walid en racontant sa pensée en tant que jeune homme.

« J’aimerais suivre le chemin ‘normal’, mais là je me dis que je ne suis pas ‘anormal’ donc ma tête est un vrai bordel à la fin de la journée », raconte le serveur qui vit dans la tumultueuse Casablanca, le plaque tournante commerciale du pays.

Walid dit que le désespoir l’a amené à tenter de se suicider il y a 10 ans. Aujourd’hui, il dit se sentir isolé et en contradiction avec les préceptes de sa religion, l’islam.

« J’ai toujours peur parce que je sais que la société ne m’acceptera jamais tel que je suis », dit-il.

Pourtant, les temps peuvent changer au Maroc, un pays avec ses propres contradictions dans la façon dont il traite la sexualité. En novembre dernier, le ministre du Tourisme du pays, Lahcen Haddad, avait appelé à la dépénalisation de l’homosexualité . Cette déclaration a brisé un tabou répandu et approfondi les divisions entre les partis politiques et le gouvernement dominé par l’islam, qui avait prévu de durcir les sanctions contre les homosexuels. Dans le même temps, le Maroc est connu depuis longtemps pour attirer les touristes occidentaux et être une destination de tourisme sexuel.

Les lois strictes du royaume reflètent une tension commune dans les sociétés arabes relativement progressistes : projeter dans le monde l’image d’une nation arabe libérale qui respecte les droits humains et la pression des groupes islamiques pour réglementer la sexualité. L’activité sexuelle des homosexuels est considérée comme un crime dans de nombreux pays arabes, de l’ Algérie à l’Irak. En Libye, le code pénal peut punir de mort les actes homosexuels entre adultes consentants.

Au Maroc, l’homosexualité est un crime. L’article 489 du code pénal du pays punit l’homosexualité d’une peine d’emprisonnement de six mois à trois ans et impose une amende d’au moins 20 $ à 100 $. En janvier, deux hommes ont été arrêtés après s’être embrassés sur un campus universitaire à Inezgane, une ville du sud du pays.

La montée des partis islamistes, l’influence des chaînes de télévision conservatrices des pays du Golfe et le développement d’Internet ont contribué à radicaliser les prises de position contre les homosexuels dans le monde arabe, explique Soumaya Naamane Guessous, professeur de sociologie à l’ Université Hassan II de Casablanca.

Aujourd’hui, huit Marocains sur dix rejettent les homosexuels, selon un sondage de novembre 2014 réalisé par le magazine mensuel Telquel et l’institut d’études de marché TNS. Il a interrogé 1 000 personnes de 18 ans et plus.

Avant la montée des partis islamistes, « il y avait un certain degré de tolérance car les Marocains n’incriminaient, ne condamnaient ni ne jugeaient les homosexuels », explique la sociologue Naamane Guessous. Avant l’indépendance du Maroc en 1956, le pays, en particulier le port nord de Tanger, était un paradis pour les homosexuels américains et britanniques.

Dans toute la région aujourd’hui, « De plus en plus de jeunes vont à la mosquée et se sentent investis dans la mission de défendre l’islam contre les mécréants qui veulent le détruire et pousser les musulmans vers la fornication et la privation », dit Naamane Guessous.

Le discours public sur la dépénalisation de l’homosexualité au Maroc a également mis l’accent sur la vie privée, un aspect clé dans les sociétés arabes. Nouzha Skalli, une politicienne du Parti du progrès et du socialisme de gauche, est sceptique quant à une éventuelle dépénalisation de l’homosexualité dans le royaume. « Le conservatisme est partagé entre les acteurs politiques et il y a un manque de courage politique pour ne pas perdre des voix », a-t-elle déclaré lors d’un entretien téléphonique depuis Rabat.

En pratique, la tolérance de l’homosexualité dans les sociétés conservatrices peut passer par la considérer comme une condition médicale. En Iran – où l’homosexualité est passible de mort – le gouvernement offre une aide financière pour les changements de sexe aux « transsexuels diagnostiqués ». En 2008, ce pays a effectué plus d’opérations de changement de sexe que tout autre pays, à l’exception de la Thaïlande, selon la BBC .

« Ma mère n’a jamais accepté le fait que je sois gai : pour elle, c’est une maladie curable », dit Zineb, un entrepreneur marocain de 31 ans qui vit à Montréal. Zineb se souvient comment, à 19 ans, elle a dit à sa mère qu’elle aimait les filles. Sa mère, dit Zineb, pensait que sa fille avait gâché les conseils de ses parents. ​