A la différence de la Cisjordanie, au Sahara Occidental il existait un Etat souverain et indépendant

Récemment, plusieurs publications israéliennesrapportaient l’insurrection du professeur Eugene Kontorovich, de la Northwestern University, contre la décision du Parlement Européen d’exclure les implantations israéliennes en Cisjordanie des accords signés avec Israël. Il compare la Cisjordanie au Sahara Occidental pour dénoncer les « deux poinds deux mesures » de l’institution européenne après avoir signé l’accord de pêche avec le Maroc incluant les eaux territoriales du Sahara Occidental.

Selon Kontorovich, la similitude entre le Sahara Occidental et la Cisjordanie se trouve dans le fait que dans les deux cas, il n’existait aucun état souverain sur ces territoires disputés avant qu’ils ne soient occupés. Ce qui est faux, selon le professeur Carlos Ruiz Miguel, de l’Université de Saint-Jacques de Compostèle.

Dans un article publié dans son blog, Ruiz Miguel reprend l’éphéméride du Royal Ordre du 26 décembre 1884, « une date d’une grande importance historique, politique et juridique : la proclamation espagnol du protectorat au Rio de Oro en 1884 ». Il rappelle qu’à ce moment-là, l’Espagne avait conclu un accord avec des sahraouis politiquement indépendants et organisés sous la direction des chefs des tribus. Un argument, ajoute-t-il, repris par la Cour International de Justice dans son avis du 16 Octobre 1975.

Selon la Cour de la Haye, « il ressort des renseignements fournis à la Cour : (a) qu’au moment de la colonisation le Sahara occidental était habité par des populations qui, bien que nomades, étaient socialement et politiquement organisées en tribus et placées sous l’autorité de chefs compétents pour les représenter; (b) que L’Espagne n’a jamais agi corne si elle établissait sa souveraineté sur une terra nullius; ainsi, dans son ordonnance du 26 décembre 1884, le roi d’Espagne a proclamé qu’il prenait le Rio de Oro sous sa protection, sur la base d’accords conclus avec les chefs des tribus locales ».