Dans le cadre d’une série d’articles dédiés au film, « Les fils des nuages, dernière colonie e Afrique, le thème d’aujourd’hui tourne autour des pots-de-vin octroyés par le Maroc pour obtenir le soutien dans le conflit du Sahara Occidental.
Selon Suzanne Scholte, de la Fondation américaine du Sahara occidental, « les gens qui soutiennent la position marocaine, soit ils ignorent les faits et n’ont pas pris le temps d’étudier le dossier, soit ils ont reçu une faveur indue, de l’argent, du pouvoir, de la reconnaissance ou quelque chose d’autre par le Maroc .
Francesco Bastagli, Représentant spécial pour le Sahara occidental (MINURSO) de septembre 2005 à février 2007, affirme que « En plus de la politique, il y a, non seulement avec la France mais avec les États- Unis aussi, ce qu’ils appellent « la politique de l’enveloppe ». Les Marocains peuvent être très amiables avec ceux qui partagent leur point de vue sur le plan personnel aussi. Et cela a beaucoup aidé, spécialement avec la France, et sûrement avec certains dirigeants de l’Espagne aussi ».
Mais le moment le plus fort a été marqué par la déclaration de Frank Ruddy, vice-président de la MINURSO (1994-2004). « Bien sûr, je suis un bon exemple. Pendant que j’étais là, ils m’ont proposé quatre pots-de-vin. Je ne les ai pas acceptés. Une fois, il m’ont proposé de payer les frais de scolarité pour mes trois enfants, qui étaient dans des universités privées à cette époque-là. Ils m’ont offert l’occasion de rencontrer le roi. J’ai trouvé cela ridi … Je veux dire, au moins les autres pots de vin étaient bons, ils valaient quelque chose, mais rencontrer le roi ? J’ai pensé que c’était une blague », a-t-il dit.
« Il s’agit d’un détournement massif de fonds destinés à des groupes de pression à Washington pour cette affaire, qui sont destinés à l’occupation militaire et qui devraient être investis dans le peuple marocain », conclue Suzanne Scholte  .