Média espagnol: Maroc, un royaume sans roi

Portrait de Mohammed VI dans la rue à Essaouira, Maroc. (Photo by Jean-Denis JOUBERT/Gamma-Rapho via Getty Images)

Maroc, Mohammed VI, Frères Azaitar,

Maroc, un royaume sans roi : « Mohammed VI ne se soucie plus de rien, sauf de vivre la vie qui lui reste ».

Francisco Carrión

Commandeur des fidèles, chef de l’armée, président du conseil des oulémas (savants islamiques) et, selon les plus fervents croyants, la plus grande fortune du pays. Mohammed VI est absolument tout. Son portrait est omniprésent dans les limites de son royaume. Ses sujets le voient tous les jours, partout et en toutes circonstances. Avec un bémol qui n’échappe à personne : Mohammed VI n’est pas chez lui. C’est un roi totalement absent, qui partage son temps entre Paris et le Gabon, et qui a pris la décision calculée de se consacrer aux plaisirs de la vie.

« Au Maroc, le roi est absolument tout. Et le monarque n’est pas là. Les partis politiques ne peuvent pas et ne savent pas ce qu’ils doivent faire dans certains domaines car ils sont tous guidés par les instructions du palais royal », explique un expert de la dynamique du pays voisin dans une conversation avec El Independiente. « Le Parlement fait ce que le roi dit et en ce moment, les politiciens, les ministres et le premier ministre sont complètement désemparés. Même les services secrets sont déconcertés. Il a toujours été un roi absent, mais cette fois-ci, il y a une aggravation de l’absentéisme », ajoute cette source, qui requiert l’anonymat.

Mohammed VI a toujours été un roi absent, mais cette fois-ci, l’absentéisme s’aggrave.

Les deux déceptions du roi

La Constitution, réformée il y a dix ans, protège son pouvoir. Il réserve trois domaines comme étant son domaine exclusif : la religion, les questions liées à la sécurité et les grandes décisions politiques stratégiques. Mohammed VI est également l’arbitre suprême entre les forces politiques. Ces prérogatives garantissent son ingérence dans toutes les décisions importantes du pays. « Il y a certainement deux déceptions dans le règne de Mohammed VI », a déclaré à ce journal Pierre Vermeren, expert du Maroc et coauteur de « Dissidents du Maghreb ».

« La première est politique. Plus encore qu’en 1999 [année de son accession au trône], la scène politique interne est pulvérisée, ce qui est le résultat d’une politique consciemment menée pour éloigner les dangers politiques et laisser la monarchie et ses hommes dominer le pays sans le partager. Mais là aussi, entre un système à la chinoise et une démocratie occidentale affaiblie, il y a un juste milieu : maintenant que la démocratie tunisienne est paralysée, il n’y a plus de démocratie arabe », répond Vermeren. « Un régime semi-autoritaire qui laisse la libre concurrence aux élites pour s’exprimer et innover, plutôt que d’émigrer pour déployer leurs talents à l’étranger, est-il une utopie ?

Une réalité sinistre dans laquelle non seulement le roi fuit, mais aussi sa population.  » La deuxième déception est précisément que la créativité économique, intellectuelle et artistique semble n’exister que dans l’orbite royale : tout ce qui n’est pas piloté par le centre n’existe pas, ou émigre. Dans le domaine économique, le Maroc mériterait une croissance deux ou trois fois plus forte qu’elle ne l’est : sous Mohammed VI, la croissance a été plus régulière, mais elle reste faible avec une tendance à la baisse, ce qui est très décevant dans un pays dont le PIB est aussi faible, du moins dans sa partie officielle, car l’économie informelle est certainement très importante », soutient-il. L’économie marocaine ne devrait connaître qu’une maigre croissance de 0,9 % cette année. Le taux de chômage est supérieur à 11 %. Chez les jeunes, ce chiffre s’élève à 27 %.

L’absence prolongée du roi a aggravé les problèmes d’un pays qui, depuis les années 1960, est un lieu d’émigration. Sa population de plus de 37 millions d’habitants compte une diaspora qui dépasse les cinq millions. Mohammed VI est hors du pays depuis le printemps, principalement à Paris, où il reçoit des soins médicaux et profite de vacances quasi perpétuelles. « Aux absences régulières du roi s’ajoute le vide politique d’un système exécutif, rendant les tensions sociales encore plus aiguës », a déclaré à ce journal Hicham Mansouri, journaliste marocain en exil en France.

« Mais le problème est avant tout l’absence d’un gouvernement légitime capable d’interagir avec les citoyens. L’affaiblissement de la société civile et la répression des médias et des journalistes privent le Maroc de canaux de contre-pouvoir et de médiation. En conséquence, le palais se retrouve plus que jamais sans ‘tampon’ face aux exigences et aux attentes croissantes de la population », souligne le reporter, l’une des victimes de l’espionnage massif mené par les services secrets marocains à travers Pégase. Selon lui, ce vide politique – qui découle des pseudo-élections de l’année dernière où l’achat de voix a été largement utilisé – est symbolisé par la nomination du Premier ministre Aziz Akhanouch.

Les absences régulières du roi sont aggravées par un vide politique dans un système exécutif, rendant les tensions sociales encore plus aiguës (Hicham Mansouri, journaliste marocain en exil en France)

« Milliardaire et ami du roi, le Premier ministre jouit d’une très faible popularité en raison de son implication dans des scandales financiers liés à des conflits d’intérêts flagrants dans lesquels il est impliqué et aussi en raison de son faible charisme en termes de communication. À chaque crise, il préfère rester dans l’ombre et se cacher derrière le roi au lieu de s’expliquer devant les citoyens », dénonce le journaliste. La propagation du Covid-19 et la sécheresse ont exacerbé la crise économique et sociale. Les gouffres sociaux ont continué à se creuser.

Le roi dispose de pouvoirs exorbitants, dont celui de commandant suprême des forces armées, mais il ne l’est pas, même dans le contexte de la menace de guerre avec l’Algérie.

Où est le roi ?

Et, au milieu de cette tempête parfaite, où est le roi, demandent certains à voix basse de l’autre côté du détroit de Gibraltar. La publication récente d’images le montrant en train de traverser Paris au milieu de la nuit est la dernière preuve de son absence. Des sources bien informées confirment que le monarque de 59 ans est « revenu à ses anciennes habitudes ». Il sort chaque nuit et passe la journée à se reposer et à dormir. Son état de santé est vraiment précaire. Il souffre soit de sarcoïdose, une maladie qui provoque une inflammation, généralement dans les poumons, la peau et les ganglions lymphatiques, soit de la maladie de Hashimoto, un trouble auto-immun affectant la glande thyroïde. Ou les deux conditions en même temps.

Une condition médicale qui l’empêche déjà de pratiquer les sports nautiques auxquels il était habitué par le passé. « Si le roi ne se soucie plus de rien, ni de son image, ni de ce que l’on dit de lui, ni des affaires les plus graves de l’État, c’est parce qu’il a décidé de vivre la vie qui lui reste. Et c’est précisément ce qu’il fait », affirme un expert des tenants et aboutissants de la famille royale marocaine. Mohammed VI ne met guère les pieds dans sa patrie. Lorsque le devoir d’un discours public l’appelle, il voyage pendant la journée et rentre à Paris. « Ce que le roi dit n’est pas ce qu’il dit. Il va au Maroc, parle comme un perroquet et revient en France. Il ne dort pas à Rabat. Il enregistre son discours et son au revoir », ajoute-t-il.

Ces dernières années, le monarque a remplacé sa famille par une nouvelle, les Zaiter. Il s’agit de trois frères – le boxeur Abu Bakr Azaitar ainsi qu’Ottman et Omar – qui accompagnent le monarque dans tous ses déplacements et dont la proximité a suscité toutes les alarmes dans le cercle royal traditionnel, composé de l’élite qui a étudié sous Mohammed VI. L’animosité est telle que le pays a assisté à une campagne médiatique orchestrée contre les nouveaux amis du roi, qui publient des clichés d’eux-mêmes avec le monarque sur leurs réseaux sociaux.

En arrière-plan, une bataille digne du meilleur roman d’intrigue de palais se déroule.

Ils sont accusés à la fois de porter atteinte à l’image de la monarchie et du roi et de jouer un rôle politique important dans le royaume. En arrière-plan se déroule une bataille digne du meilleur roman d’intrigue de palais : les trois sœurs du roi Meryem, Asma et Hasna et leur fils Moulay Hasan ont déclaré la guerre aux nouvelles compagnies de leur frère. « C’est une querelle entre l’ancienne famille et la nouvelle famille du roi », disent-ils de manière imagée.

Une sorte de querelle de clocher qui s’ajoute à une autre bataille régionale, celle qui oppose les services secrets marocains et algériens, à laquelle l’Espagne a pris part pour Rabat en opérant un virage copernicien dans le conflit du Sahara occidental, dont le gouvernement de Pedro Sánchez n’a pas su ni voulu expliquer les raisons. Et – au milieu des tambours de guerre entre les deux pays, concurrents pour l’hégémonie régionale – Mohammed VI n’est pas présent. On ne l’attend pas non plus. « Il a des pouvoirs exorbitants, dont celui de commandant suprême des forces armées, mais il n’est pas là, pas même dans un contexte comme celui-ci de menace de guerre », insistent-ils.

L’establishment manque de réponses à la crise sociale, économique et politique, au-delà de la répression pour endiguer la contestationm(Fouad Abdelmoumni, directeur du bureau marocain de Transparency International)

Défis dans le pays voisin

Un large éventail de défis jette une ombre sur l’avenir du pays maghrébin. « Pendant des décennies, le Maroc a démontré sa capacité à assurer la stabilité politique au détriment d’un gouvernement fort. Cependant, cette situation paralyse et inhibe trois réformes importantes qui pourraient permettre au pays d’évoluer plus rapidement afin d’assurer sa stabilité une fois pour toutes », déclare M. Vermeren.

« Premièrement, le secteur économique, qui reste une économie de niches et de rentes plutôt qu’une économie innovante ; deuxièmement, le secteur de l’éducation, qui, dans son état actuel, condamne le Maroc à la stagnation économique et intellectuelle, car un pays ne peut pas se développer aujourd’hui avec une micro-élite bien éduquée et une masse qui n’a pas les bases nécessaires à une économie de la connaissance ». Le Maroc constate quotidiennement les limites et la fragilité du modèle touristique et dispose de peu de matières premières ; troisièmement, la participation des élites au système de gouvernance politique, intellectuelle et économique, les libérant de la police et de la surveillance qui inhibent la créativité et poussent certains à se retirer de la scène ou à s’exiler. Les élites marocaines ont compris qu’il n’y aura pas de révolution au Maroc, mais si leur pays semble stagner et sans utopie concrète, leurs enfants partent : c’est confortable à court terme pour le pouvoir en place, mais débilitant à long terme.

L’expert dessine une radiographie très nette d’un avenir assombri par des nuages noirs. Une désolation palpable entre les murs d’un pays où les gags sont de plus en plus longs. « Le régime intensifie son harcèlement de toutes les voix critiques », prévient Fouad Abdelmoumni, directeur du bureau marocain de Transparency International. « L’establishment manque de réponses à la crise sociale, économique et politique au-delà de la répression pour juguler la contestation », dit-il, lui qui admet subir « une intense diffamation à travers des articles publiés dans des journaux qui parlent au nom de la police politique ».

La situation peut se résumer en deux mots : vide et silence. Un silence qui peut précéder une tempête (Hicham Mansouri, Journaliste marocain exilé en France)

Obsession de l’espionnage

L’espionnage est malsain au Maroc. Ses services de renseignement ne se contentent pas de scruter la vie intime de ses sujets à la recherche de détails pouvant être utilisés pour faire taire les voix critiques, mais l’utilisent aussi largement sur la scène internationale, comme une forme de chantage. La France n’a pas encore pardonné à Rabat d’avoir espionné le téléphone portable d’Emmanuel Macron et de quatorze de ses ministres. Les visas français pour les ressortissants marocains restent gelés, tandis que l’Algérie et la Tunisie ont obtenu des visas. La situation d’espionnage est similaire à celle du gouvernement espagnol, qui a choisi de soutenir un plan d’autonomie marocain pour le Sahara qui viole le droit international. L’obsession du régime marocain pour la vie des autres a été aggravée par Pegasus, un puissant programme de cyber-espionnage fabriqué en Israël.

La normalisation avec Tel Aviv, prévue en décembre 2020, est un autre facteur qui alimente la déstabilisation interne. « Malgré son modernisme, c’est un pays qui reste attaché aux valeurs de l’islam et à la lutte palestinienne. La normalisation avec Israël ne semble avoir apporté ni une résolution définitive de la question du Sahara ni la prospérité économique promise », souligne Mansouri. Les promesses non tenues s’ajoutent à une répression croissante. Trois grands journalistes sont actuellement en prison et le principal journal en langue arabe du pays a disparu après une campagne visant à étouffer ses finances.

L’image de Mohamed VI s’est plus que jamais détériorée.

L’image de Mohammed VI – le supposé réformateur qui est monté sur le trône à l’ombre de son père, l’impitoyable Hassan II – est aujourd’hui plus ternie que jamais. Peu de gens contestent le fait que son bilan est pour le moins médiocre. « Les attaques et contre-attaques médiatiques des médias pro-régime montrent clairement l’existence d’une division ou du moins d’une lutte dans l’entourage du roi », prévient Mansouri.

 » La maladie de ce dernier aggrave ces luttes. Il est clair que le règne du futur roi, le prince Hassan, a déjà commencé. Le souci est que cet aspirateur ne peut pas durer longtemps. En l’absence de canaux de médiation, la situation peut se résumer en deux mots : vide et silence. Un silence qui pourrait précéder une tempête : il est difficile de le prévoir, mais on ne peut exclure une grande manifestation sociale moins pacifique que les précédentes », conclut-il.

El Independiente, 17/09/2022

#Maroc #MohammedVI