« Le Maroc a des informations sur la femme de Sanchez »

Maroc, Espagne, Pedro Sanchez, Begoña Gómez,

La CEOE qualifie de « brutale » une possible fermeture des marchés en Algérie, avec 4.000 millions de chiffre d’affaires

Cette semaine, la crise diplomatique entre l’Espagne et l’Algérie a connu son développement le plus dramatique. Une crise énergétique anthologique se profile, non seulement pour la péninsule ibérique mais, par effet domino, pour toute l’Europe occidentale. Ce ne serait pas la conséquence du conflit russo-ukrainien, mais le résultat de l’escalade soudaine des relations entre deux Etats, l’Algérie, et le Maroc, qui se détestent depuis des décennies et dont la doctrine de défense est fondamentalement basée sur la protection mutuelle. Deuxièmement, sur les revendications de légitimité concernant le Sahara occidental, occupé par le Maroc depuis 1975.

Cependant, avec une accélération soudaine depuis la reconnaissance de la légitimité marocaine sur le Sahara occidental par Donald Trump, comme l’un de ses derniers actes en politique étrangère. Mesure ratifiée par Joe Biden. La question des écoutes marocaines des membres du gouvernement algérien, lors du « Hirak » (révolte de 2019) n’a pas du tout aidé. Ces travaux sont réalisés selon la technique israélienne Pegasus. Elles sont largement médiatisées par la presse internationale. L’Algérie réagit en coupant le gazoduc Euromed, dont une partie passe par le territoire marocain. Pour le Maroc, c’est un déficit d’environ 300 millions d’euros. Les points de comparaison avec le conflit russo-ukrainien sont également très nombreux. Tant en ce qui concerne la question du rôle du gazoduc.

La rupture des relations diplomatiques entre les deux États du Maghreb a été consommée, unilatéralement, par l’Algérie le 24 août 2021. Cependant, l’Espagne, jusqu’en mars 2022, tente de maintenir sa neutralité traditionnelle, malgré les pressions exercées sur l’ancienne puissance coloniale par le Maroc et les États-Unis. En mars 2022, un événement vient rompre cette neutralité qui bouleverse la situation. Le 18 mars 2022, Pedro Sánchez entérine la politique annexionniste de Mohamed VI sur le Sahara occidental, en utilisant trois superlatifs :  » la formule la plus sérieuse, réaliste et crédible « . Cet investissement est au centre de toutes les spéculations. Il s’agit de comprendre ce qui s’est passé, pour justifier à lui seul une telle mesure, notamment sur les conséquences pour l’économie espagnole.

Il a fallu attendre un peu moins de trois mois pour savoir quelle forme prendrait la colère d’Alger. Mercredi dernier, l’Algérie a décidé de suspendre le traité d’amitié bilatéral avec l’Espagne, conclu en octobre 2002, de retirer son ambassadeur, de geler les opérations bancaires de son ancien partenaire. Mais le plus excitant concerne l’embargo sur l’approvisionnement en gaz.

Cette crise est considérée par l’ensemble du spectre politique espagnol comme une « catastrophe diplomatique » sans précédent, pour reprendre l’expression de l’ancien Premier ministre José María Aznar (Parti populaire, centre-droit). Les expressions d’étonnement envahissent la presse : « grande idiotie », « absurdité », etc. La question qui taraude les esprits depuis lors est la suivante : qu’est-ce qui a pris à Pedro Sánchez, de mettre l’Espagne dans une telle situation de détresse, de fermer la porte à son principal partenaire énergétique, de rejoindre les objectifs du Maroc, vis-à-vis de qui ? Et dont les excellentes relations se limitent au cadre strictement personnel des deux familles régnantes, les Bourbons et les Alaouites ?

Une explication politique aurait pu être celle de l’ambition personnelle de Pedro Sánchez qui sait que son avenir politique en Espagne est plus que compromis et pour qui la poussée ultra-atlantique, donc marocaine, serait une garantie de  » relocalisation « , probablement, de la présidence du Conseil européen. Cela serait cohérent avec son choix de virer son ancienne FMArancha González Laya et de choisir José Manuel Albares, un FMA nettement plus atlantiste. González prend le chapeau pour la question de l’asile temporaire accordé à BrahimGhali, président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD) autoproclamée, bien que soutenue par l’Algérie. Ghali était venu en Espagne pour se faire soigner en 2021.

Mais une autre explication émerge. Celle des écoutes téléphoniques, la même que pour l’Algérie. Pedro Sánchez a déclaré au plus fort de la crise hispano-marocaine que son téléphone et celui de certains de ses ministres avaient été piratés par le système Pegasus. Or, parmi les conversations téléphoniques, il y aurait des informations très compromettantes sur la corruption et le népotisme de son gouvernement. Certaines d’entre elles impliquant sa femme. Cette écoute aurait pu influencer Sánchez vers un virage à 180 degrés en faveur du Maroc. Les journaux La Razón et El Mundo sont parmi les titres qui évoquent la responsabilité directe des services marocains dans la réalisation de ces écoutes illégales. Le PP a demandé la création d’une commission ad hoc sur les écoutes de Pegasus et leur éventuel impact sur la décision de Pedro Sánchez.

Jusqu’en 2021, l’Algérie était le principal fournisseur de gaz de l’Espagne. Fin 2021, après la fermeture de son gazoduc qui passe par le Maroc, l’Algérie avait pris l’initiative de garantir à l’Espagne l’augmentation de ses exportations par le gazoduc Medgaz, atteignant directement les côtes de la province d’Almería. En outre, Alger s’était engagée à fournir par bateau, sans frais supplémentaires, les matières résiduelles qui ne pouvaient pas passer par le gazoduc. D’où le fait que l’Algérie est objectivement abasourdie.

En 2021, l’Espagne dépendait à 42,7% du gaz algérien (source Enargas). Depuis la retraite de Pedro Sánchez, les États-Unis ont remplacé l’Algérie en moins de trois mois, passant à 43% de gaz américain (fraking) contre 30% en Algérie. Mais le gaz américain coûte en moyenne 40% plus cher que le gaz algérien.

Face à la menace d’une résiliation unilatérale des accords commerciaux entre l’Algérie et l’Espagne, le gouvernement de Pedro Sánchez a tenté de donner une tournure européenne à la crise. Avec un certain succès. La rupture avec l’Espagne serait interprétée, selon Ursula von der Leyen, comme une rupture de confiance avec l’ensemble de l’UE. Vendredi, M. Albares a rencontré le responsable de la politique commerciale de l’UE, Valdis Dombrovskis. Pour la partie espagnole, une rupture unilatérale devrait être dénoncée devant un tribunal arbitral international.

Le soutien européen semble avoir eu un certain effet sur le gouvernement algérien, dont le représentant pour faire face à cette crise, l’ancien ambassadeur en Espagne, architecte de l’accord euro-méditerranéen de 2005, Mohamed Haneche, ne manque aucune occasion de se moquer du gouvernement espagnol. et de se moquer des autorités de l’UE, notamment JosepBorell. Toutefois, M. Haneche a déclaré vendredi qu’il n’était pas question de suspendre les livraisons, ce qui signifie un répit relatif.

El Diario Alerta, 22 juin 2022

#Espagne #Algérie #Maroc #SaharaOccidental #PedroSanchez #Gaz #UE

Be the first to comment

Leave a Reply