Le conflit Russie-Occident déclenche un débat sur la MINUSMA

Russie, Occident, OTAN, Ukraine, Mali, MINUSMA, casques bleus, missions de paix,

Les tensions entre la Russie et l’Occident aggravent les discussions sur l’avenir de l’une des opérations de maintien de la paix les plus importantes et les plus périlleuses des Nations unies, la force envoyée pour aider le Mali à résister à une insurrection extrémiste islamique qui dure depuis dix ans.

La mission de l’ONU dans ce pays d’Afrique de l’Ouest doit être renouvelée ce mois-ci, à un moment instable où les attaques extrémistes s’intensifient. Trois soldats de la paix de l’ONU ont été tués au cours de ce seul mois. L’économie malienne est étouffée par les sanctions imposées par les pays voisins après que les dirigeants militaires ont reporté les élections promises. La France et l’Union européenne mettent fin à leurs propres opérations militaires au Mali dans un contexte de relations tendues avec la junte au pouvoir.

Les membres du Conseil de sécurité de l’ONU s’accordent largement à dire que la mission de maintien de la paix, connue sous le nom de MINUSMA, doit se poursuivre. Mais un débat du Conseil cette semaine a été marqué par des frictions sur le rôle futur de la France au Mali et la présence d’entrepreneurs militaires russes. « La situation est devenue très complexe pour les négociations », a déclaré Rama Yade, directrice principale de l’Africa Center de l’Atlantic Council, un groupe de réflexion basé à Washington. « Le contexte international a un rôle, et le Mali fait partie du jeu russe sur la scène internationale », a-t-elle ajouté.

La mission de maintien de la paix a commencé en 2013, après que la France a mené une intervention militaire pour chasser les rebelles extrémistes qui avaient pris le contrôle des villes et des grandes villes du nord du Mali l’année précédente. La MINUSMA compte aujourd’hui environ 12 000 soldats, plus quelque 2 000 policiers et autres officiers. Plus de 270 soldats de la paix sont morts. La France mène les négociations sur la prolongation du mandat de la mission et propose de continuer à fournir un soutien aérien français.

Le principal responsable de l’ONU pour le Mali, El-Ghassim Wane, a déclaré que la force avait particulièrement besoin des capacités des hélicoptères d’attaque. Mais le Mali s’oppose fermement au maintien d’une présence aérienne française. « Nous demandons donc le respect de la souveraineté de notre pays », a déclaré le ministre des affaires étrangères Abdoulaye Diop au Conseil lundi. Le Mali a demandé une aide militaire à la France, son ancien colonisateur, en 2013. L’armée française a été créditée d’avoir aidé à chasser les insurgés de Tombouctou et d’autres centres du nord, mais ils se sont regroupés ailleurs, ont commencé à attaquer l’armée malienne et ses alliés et ont poussé plus loin au sud. Le gouvernement ne contrôle plus que 10 % du nord et 21 % de la région centrale, selon un rapport de l’ONU publié ce mois-ci.

La patience à l’égard de la présence militaire française s’amenuise cependant, d’autant plus que la violence extrémiste augmente. Il y a eu une série de manifestations anti-françaises dans la capitale, qui, selon certains observateurs, ont été encouragées par le gouvernement et un groupe de mercenaires russes, le Groupe Wagner. Le Mali s’est rapproché de la Russie ces dernières années, Moscou cherchant à nouer des alliances et à gagner de l’influence en Afrique – et les deux pays sont en désaccord avec l’Occident.

De hauts responsables maliens et russes ont fait l’objet de sanctions de la part de l’Union européenne, en raison des actions de la Russie en Ukraine depuis 2014 et du fait que le Mali n’a pas organisé les élections promises pour février dernier. Dans ce contexte, les membres du Conseil de sécurité se sont opposés à la présence du Groupe Wagner au Mali. Le Kremlin nie tout lien avec cette société. Mais les analystes occidentaux estiment qu’il s’agit d’un outil de la campagne du président russe Vladimir Poutine pour gagner en influence en Afrique. Le groupe Wagner a commis de graves violations des droits de l’homme et du droit humanitaire international, selon les allégations de l’Union européenne et des organisations de défense des droits de l’homme.

Au Mali, Human Rights Watch a accusé les combattants russes et l’armée malienne d’avoir tué des centaines d’hommes, pour la plupart civils, dans la ville de Moura ; le Mali a déclaré que les personnes tuées étaient des « terroristes ». La force de maintien de la paix de l’ONU enquête, tout comme le gouvernement malien.

Le récent rapport de l’ONU sur le Mali fait état d’une « augmentation significative » des rapports d’abus commis par des extrémistes et des forces maliennes, parfois accompagnées de « personnel de sécurité étranger ». Il ne cite pas de noms, mais l’ambassadeur britannique adjoint aux Nations unies, James Kariuki, a déclaré que les membres du Conseil « ne se font pas d’illusions : il s’agit du groupe Wagner, soutenu par la Russie ». Le Mali affirme le contraire. Alors que des responsables ont déclaré que des soldats russes formaient l’armée malienne dans le cadre d’un partenariat de sécurité de longue date entre les deux gouvernements, M. Diop a insisté devant le Conseil de sécurité sur le fait que « nous ne savons rien de Wagner. » Cependant, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, a déclaré dans une interview télévisée en mai que le groupe Wagner était au Mali « sur une base commerciale. »

L’ambassadrice adjointe russe auprès de l’ONU, Anna Evstigneeva, a déclaré au Conseil de sécurité que les pays africains ont tout à fait le droit d’engager des soldats à louer. Et elle a suggéré qu’ils ont toutes les raisons de le faire, affirmant que la sécurité du Mali « continue de s’effilocher » malgré les efforts militaires européens. Elle a qualifié le malaise occidental face au resserrement des liens entre la Russie et le Mali d' »approches néocolonialistes et de doubles standards ».

Le Secrétaire général Antonio Guterres prévoit un examen de six mois pour étudier les moyens de rééquiper la MINUSMA. Sadya Touré, écrivain et fondatrice d’une organisation de femmes appelée Mali Musso, a déclaré au Conseil que son pays « ne devrait pas être un champ de bataille entre grandes puissances ». « Ce sont les gens qui subissent les conséquences de ces tensions ».

AP, 20 juin 2022

#Russie #Ukraine #OTAN #Occident #Mali #MINUSMA #Missions_de_paix

Be the first to comment

Leave a Reply