En Espagne, y aura-t-il une crise gazière à cause du Sahara?

Espagne, Algérie, Sahara Occidental, UE, Maroc, Gaz, Russie, Pedro Sanchez,

L’Espagne sera-t-elle confrontée à une crise du gaz alors que le conflit du Sahara occidental éclate ?
Le revirement de Madrid sur sa position autrefois neutre sur le conflit a fâché l’Algérie. Les relations commerciales ont été gelées unilatéralement et une coupure de l’approvisionnement en gaz de l’Europe pourrait être envisagée.

Peut-être était-ce par hasard, mais la coïncidence n’en était pas moins frappante. Le jour même où l’Algérie a suspendu son traité d’amitié avec l’Espagne le 8 juin , quelque 113 réfugiés africains ont débarqué sur les côtes de l’île de vacances espagnole de Majorque. Le nombre de réfugiés, partis d’Algérie, a été le plus important enregistré en une seule journée sur l’île cette année.

Immédiatement, le gouvernement espagnol a commencé à se demander si l’Algérie recourait désormais également à l’immigration illégale comme arme politique pour régler ses différends avec l’État membre de l’UE. Une tactique similaire a été appliquée par le voisin de l’Algérie, le Maroc, l’année dernière en mai, lorsque l’État nord-africain a ouvert ses frontières pour permettre à environ 6 000 réfugiés de nager jusqu’à l’enclave espagnole de Ceuta.

Des enjeux importants pour l’UE

Cependant, il y a plus en jeu dans la prise de bec entre l’Espagne et l’Algérie que de nouvelles querelles sur la politique migratoire. Dans l’Union européenne, on craint de plus en plus que le différend bilatéral ne provoque une crise d’approvisionnement en gaz à sa périphérie sud. Et cela à un moment où l’UE explore désespérément des ressources gazières alternatives pour réduire son énorme dépendance vis-à-vis des approvisionnements en provenance de Russie.

L’Algérie est le deuxième fournisseur espagnol de gaz naturel et couvre environ un quart des besoins espagnols. Mais le pays d’Afrique du Nord est important pour l’ensemble de l’UE, fournissant un total d’environ 11% de la demande globale de gaz du bloc.

Les diplomates occidentaux ont averti à plusieurs reprises que le gouvernement du président Abdelmadjid Tebboune à Alger pourrait constituer un risque pour la sécurité de la politique énergétique de l’UE en utilisant le gaz comme arme politique, à l’instar des efforts actuels de Moscou pour contrer les sanctions de l’UE.

Les derniers développements ont montré que les inquiétudes à Bruxelles ne sont pas sans fondement. En novembre 2021, Alger a fermé une canalisation du Gazoduc Maghreb-Europe (MEG) qui relie les champs gaziers algériens via le Maroc aux réseaux gaziers espagnols et portugais. Chaque année, environ 12 milliards de mètres cubes de gaz naturel transitent par le double gazoduc, le Maroc bénéficiant également d’un accord de gaz pour le transit.

L’interminable différend sur le Sahara Occidental

Ce qui se cache derrière les perturbations des flux de gaz en provenance d’Afrique du Nord est le différend en cours sur le Sahara occidental – un territoire occupé par l’Espagne jusqu’en 1975, date à laquelle le Maroc l’a annexé. Depuis lors, la région désertique est revendiquée par le Maroc et la population indigène sahraouie, dirigée par le Front Polisario et soutenue par l’Algérie. Le Polisario se bat pour un référendum sur l’indépendance et a le soutien des Nations Unies.

Jusqu’à il y a trois mois, l’Espagne était restée neutre dans le conflit politique concernant son ancienne colonie. Mais en mars, le gouvernement espagnol dirigé par le socialiste Pedro Sanchez a fait un revirement politique surprise. Dans une lettre au roi Mohammed VI du Maroc, Sanchez a annoncé son soutien à une autonomie limitée sous souveraineté marocaine, qualifiant le plan de « base la plus réaliste » pour le Sahara occidental.

Evidemment, Rabat applaudit, tandis qu’Alger fulmine. En représailles à la décision espagnole, le président algérien Tebboune rappelle son ambassadeur à Madrid et suspend un accord pour le rapatriement de milliers de réfugiés algériens en Europe. En outre, la société publique de gaz Sonatrach a déclaré que l’Espagne devrait désormais payer plus pour le gaz algérien.

La réconciliation est-elle possible ?

Il y a quelques jours, le président Tebboune a choisi d’aggraver la rupture en suspendant un traité d’amitié vieux de 20 ans avec l’Espagne. De plus, il a menacé de geler les échanges entre les deux pays, mais s’est abstenu de couper complètement l’approvisionnement en gaz. Il a fait valoir que la décision espagnole était une « violation du droit international » et que l’occupation illégale du Sahara Occidental par le Maroc « ne peut être tolérée ».

La réconciliation avec Madrid n’était possible, a ajouté Tebboune, que si l’Espagne revenait au droit international et reconnaissait le droit du peuple du Sahara occidental à l’autodétermination.

Le changement de politique de Madrid a non seulement plongé le gouvernement Sanchez dans un dilemme majeur, mais est susceptible de créer un nouveau conflit à la périphérie sud de l’Europe. Cela survient à un moment où le conflit gazier entre l’Europe et la Russie s’aggrave, avec une « nouvelle ligne de front émergeant dans le Sud », comme l’ a récemment écrit l’influent journal espagnol El Pais.

Pendant ce temps, la Commission européenne est entrée dans la mêlée, mettant en garde Alger contre l’imposition d’un blocus commercial espagnol total. Le bras exécutif de l’UE a menacé de repousser avec des sanctions, ce qui a poussé le président Tebboune à céder et à annoncer que les contrats gaziers avec l’Espagne et l’Europe seraient honorés. Même le commerce bilatéral se poursuivrait sans interruption, a-t-il dit.

Néanmoins, un blocus gazier reste l’éléphant dans la pièce alors que l’UE et l’Algérie cherchent à normaliser à nouveau leurs relations. Malgré la guerre de la Russie en Ukraine, Alger est resté un proche allié de Moscou et s’est jusqu’à présent abstenu de dénoncer publiquement l’invasion. Le géant gazier russe Gazprom est un acteur majeur des champs gaziers nord-africains grâce à ses multiples participations dans divers opérateurs nationaux.

En fin de compte, personne ne peut dire à quel point le président russe Vladimir Poutine utilisera son puissant effet de levier dans la région.

DW, 16.06.2022

#Algérie #Espagne #UE #Russie #Gaz #Maroc #SaharaOccidental

Be the first to comment

Leave a Reply