Découvrir Alger: la magnifique et méconnue capitale du Maghreb

Algérie, Alger, Casbah, Monument du Chahid, M’zab, Tipasa, Timgad,

L’Algérie s’ouvre au tourisme après des décennies de politique de fermeture. Aujourd’hui, le pays connaît une ère de paix et de prospérité et cherche à attirer les voyageurs. Alger est l’une des plus belles villes d’Afrique du Nord et se trouve à seulement deux heures d’avion de Madrid et de Barcelone.

Il y a quelques années, nous avons eu l’occasion de visiter l’Algérie lors d’un de ces voyages organisés. C’était une autre époque et Alger n’était qu’un passage. Nous avons encore eu le temps de nous promener dans la médina (qui était dans un état de ruine terrible) et de voir certains des points de repère de la ville avant de nous diriger vers l’intérieur du pays à la recherche de la mythique vallée du M’zab, une oasis au milieu du désert du Sahara où l’on peut voir les célèbres villes berbères fortifiées, et ce qui était le but principal du voyage, le parc national du Tassili n’Ajer (l’un des meilleurs endroits que nous ayons jamais vus). Mais les intentions du gouvernement algérien sont d’ouvrir l’Algérie au tourisme. L’époque de la violence est révolue et le pays s’offre comme l’un des derniers paradis méditerranéens à découvrir. Et la vérité est que le pays a beaucoup à offrir : des plages incroyables, des places anciennes avec des médinas pleines de bâtiments remarquables, des vieilles villes romaines dans un incroyable degré de préservation, les espaces naturels uniques de l’Atlas, la culture berbère, le désert, les peintures rupestres du Tassili… Beaucoup de choses à voir. Il y a beaucoup à voir. Car, entre autres, l’Algérie compte sept sites inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO : la casbah d’Alger, la vallée du M’zab et ses forteresses, le château de Qal’aa Beni Hammad, le Tassili n’Anjer et les villes romaines de Djemila, Tipasa et Timgad.

La première chose à garder à l’esprit lorsque vous planifiez un voyage en Algérie est qu’un visa est nécessaire. Seuls sept pays sont exemptés de l’obligation de visa : la Libye, la Malaisie, le Mali, la Mauritanie, le Maroc, la République arabe sahraouie démocratique, les Seychelles et la Tunisie. Pour le reste du monde, il faut un visa d’entrée, qui peut prendre entre un et trois mois et est valable pour un séjour de 90 jours. Pour obtenir un visa, vous devez présenter une réservation d’hôtel (ou une lettre d’invitation), un passeport en cours de validité, une assurance voyage et payer les frais de visa (95 euros, ce qui n’est pas rien) dans l’une des ambassades ou bureaux consulaires du pays. D’après ce que nous avons lu, ces exigences (en place à partir de juin 2022) seront assouplies dans un avenir proche pour permettre un afflux massif de touristes. Parce que l’Algérie est juste là. Par voie aérienne, il existe des vols directs depuis Madrid et Barcelone, tandis que par voie maritime, vous pouvez aller d’Almeria à Oran et Ghazaouet et d’Alicante à Oran et Alger. Les compagnies aériennes espagnoles opérant dans le pays sont Iberia, Vueling et Air Nostrum.

Commencez par Alger – La capitale du pays est une ville passionnante où l’héritage musulman se mêle harmonieusement aux traces de la domination coloniale française (de 1830 à 1962). Sa Kasbah (Médina) est un digne représentant de l’urbanisme islamique médiéval et contient de véritables merveilles sous la forme de vieux palais, de mosquées et de madrasas ; mais si vous vous tenez sur la place centrale Port Saïd, à deux pas de là, vous avez l’impression de marcher à Marseille (avec ses bâtiments éclectiques à arcades et l’imposante façade du Théâtre national). Et c’est l’un des points essentiels qui font de la ville une destination si attrayante. La présence extensive de la France pendant plus d’un siècle a transformé la ville de façon remarquable, l’assimilant aux usages et aux modes de la métropole. Elle n’a rien à voir avec les fades villes nouvelles du Maroc où, au-delà du dessin des rues et des avenues, le poids de l’Occident se limite à des détails ou à de petits groupes de bâtiments. Alger est une ville à la physionomie française au-delà de sa médina ou des détails qui sont disséminés ici et là (mosquées, arches, monuments…). Marchez jusqu’à la place de l’Emir Abdelkader et montez les escaliers (ils les appellent Zig-Zag) de la rue Colonel Haouas. Tous les bâtiments que vous voyez pourraient être à Paris. Et nous n’exagérons pas.

Et c’est aussi un centre culturel de premier ordre. Les musées et les monuments s’accumulent ici (une constante dans les autres villes du pays). Le plus important d’entre eux est le musée national d’El Bardo (3, avenue Franklin Roosevelt) qui est l’un des plus beaux musées archéologiques de toute l’Afrique. Vous pourrez y découvrir (dans un magnifique palais de l’époque ottomane) de vastes collections préhistoriques et romaines ainsi qu’une exposition permanente consacrée au Tassili n’Anjer, notamment certaines de ses célèbres peintures rupestres. Le Bardo partage ses installations avec le Musée des antiquités et de l’art islamique ancien, une autre merveille qui se concentre sur la période islamique, du Moyen Âge à presque hier. Comme nous l’avons dit, pour voir un duo de musées historiques de la stature de ces deux centres, il faut aller en Égypte ou en Europe. Ces musées se trouvent dans le quartier du Plateau Saulière, l’un des quartiers « français » de la capitale. Un lieu pittoresque rempli de petits jardins et de parcs (ne manquez pas de vous promener dans le parc de la Liberté ou de jeter un coup d’œil aux jardins entourant le musée du Bardo) où l’Art nouveau abonde. On y trouve par exemple l’unique et spectaculaire cathédrale du Sacré-Cœur (Hocine Beladjel), qui est davantage une sculpture architecturale qu’une église.

Une promenade dans l’ancienne Kasbah – La médina d’Alger est un de ces labyrinthes médiévaux typiques. Cependant, elle possède un charme plus qu’intéressant en raison de ses origines 100% berbères. Et pourtant, elle est plus proche des villes de l’Orient islamique que de ses voisines marocaines (plus inspirées par les gloires d’Al-Andalus). Ce fait souligne l’importance de cet endroit en tant que frontière occidentale de l’Empire ottoman jusqu’au premier tiers du XIXe siècle. Le bâtiment le plus ancien et le germe de la ville est le palais du Dey (Mohammed Taleb), un superbe complexe palatial construit entre le 10e et le 16e siècle qui était le germe de la ville. Ce bâtiment monumental est à la fois un palais, une forteresse et une mosquée. Elle a été construite sous la forme d’un « taksebt » ou d’une kasbah, c’est-à-dire une forteresse capable de résister à de grands sièges – c’est là que l’empreinte berbère est la plus visible. De là, vous pouvez entrer dans la médina par Bab Djedid (nouvelle porte) et commencer à vous promener de long en large, à la recherche de ses secrets et de son air décadent.

Dans la médina, vous pouvez visiter plusieurs endroits à l’intérieur et à l’extérieur : le musée Alí La Ponte (Abderames) occupe une maison traditionnelle et est consacré à la bataille d’Alger, l’une des actions les plus sanglantes de la guerre d’indépendance locale, à travers la figure d’Alí La Ponte ; le palais Dar Mustapha Pacha (Aoua Abdelkader) ; le Dar Aziza (Cheikh Ben Badis) ou le musée des arts et traditions populaires (Mohamed Akli Malek, 9), qui occupe une demeure spectaculaire. Malheureusement, il n’est pas possible de visiter l’intérieur des édifices religieux et il faut se contenter de voir de l’extérieur de véritables merveilles, comme la mosquée Ketchaoua (place Cheikh Ben Badis), un édifice monumental du XVIIe siècle qui pourrait parfaitement se trouver à Istanbul, ou la plus modeste Ali Bichin (Bab El Oued).

La place des Martyrs sert d’entrée et de sortie à la Kasbah, côté mer. De là, nous pouvons descendre vers la mer, en quittant le « quartier ottoman » (l’autre nom de la Kasbah) par Bab Al Bahr et en passant par la Nouvelle Mosquée et la Grande Mosquée d’Alger. Nous approchons du port. Ici, il y a deux bijoux de la période ottomane. Le premier est l’ancien chantier naval ottoman transformé en Musée maritime national (Jetée Kheir Eddine), un lieu qui a joué un rôle important dans l’histoire de la Méditerranée puisque c’est ici que furent construites les fameuses galères algériennes, fléau des côtes européennes pendant des siècles. L’autre point d’intérêt de cette partie de l’ancienne médina est le Palais du Raïs (Boulevard Amara Mohamed Rachid Basse, 23), l’un des plus beaux exemples d’architecture traditionnelle de toute la ville.

El Diario, 17 juin 2022

#Algérie #Alger #Casbah

Be the first to comment

Leave a Reply