Comment le Maroc nous espionne sans réaction du gouvernement

Espagne, Maroc, Pedro Sanchez, José María Aznar, Espionnage, Pegasus, Sahara Occidental,

Incruster Pegasus dans le téléphone portable de Sánchez ou humilier Aznar, certaines de ses attaques

Fernando Rueda

Cette question rhétorique m’a été posée au cours d’une conversation détendue par un ami du monde du renseignement. Nous parlions de la manière dont le Maroc avait enfreint une règle non écrite entre pays amis et espionné le président Pedro Sánchez et plusieurs de ses ministres dans un geste totalement inamical. Le gouvernement a-t-il expulsé ou, du moins, pris des mesures punitives à l’encontre du délégué en Espagne de la Direction générale des études et de la documentation (DGED), basé dans son ambassade à Madrid ?

Les relations entre les services de renseignement espagnols et marocains ont toujours été compliquées, tout comme les relations entre leurs dirigeants politiques. Les voisins de l’autre rive se battent toujours pour obtenir davantage de concessions politiques, et ils le font avec toutes les armes à leur disposition, n’importe lesquelles. Ils savent que depuis l’avènement de la démocratie, les autorités espagnoles sont peu enclines à sévir lorsqu’ils sortent du rang.

La revanche du Maroc sur Aznar

Demandez à José María Aznar. En 2008, on a appris que la ministre française de la Justice, Rachida Dati, était enceinte, mais on ignorait qui serait le père de l’enfant. Le moulin à rumeurs a spéculé et spéculé, mais les noms des candidats supposés ne sont pas apparus. En septembre, le journal L’Observateur du Maroc a affirmé que le père était l’ancien président Aznar. Aznar a nié catégoriquement, mais certaines personnes ne l’ont pas cru.

Il a été découvert par la suite que le rédacteur en chef de ce journal, Ahmed Charai, collaborait avec la DGED et avait participé à l’achat de journalistes américains, britanniques et français dans le but de leur faire publier des informations liant le Front Polisario au terrorisme djihadiste. Les experts ont ensuite confirmé leurs soupçons selon lesquels la nouvelle de la relation Datri-Aznar était une invention promue par Yassine Mansouri, le directeur de la DGED, chargé de l’espionnage extérieur par le roi Mohammed VI, qui partageait avec lui le bureau de l’école et dont il dépend directement. Le motif n’est autre que l’humiliation qu’Aznar a fait subir au roi en juillet 2002 après qu’il ait ordonné l’invasion de l’île de Perejil, à un moment où les États-Unis, sous Bush, étaient plus proches de l’Espagne que du Maroc. Cette manipulation n’a eu aucune conséquence pour le Maroc.

Le chef des espions du Maroc et le génocide

Par ailleurs, en 2007, Mansouri est devenu la cible du juge Baltasar Garzón, toujours à l’Audiencia Nacional. Il s’est estimé compétent pour enquêter sur le génocide des opposants sahraouis par treize hauts fonctionnaires marocains, dont le directeur de la DGED. Dans ce cas, le directeur du CNI de l’époque, Alberto Saiz, était déterminé à freiner l’action pour ne pas déplaire à son collègue marocain, qui en est sorti indemne.

Les efforts du CNI en 2013 pour que le gouvernement expulse d’Espagne le président de l’Union des centres culturels islamiques de Catalogne, Noureddin Ziani, n’ont pas non plus eu d’impact sur les relations bilatérales. Les espions espagnols l’avaient laissé agir tout en sachant qu’il était payé par la DGED tous les mois. Mais il ne pouvait pas fermer les yeux lorsqu’il a établi des relations trop cordiales avec Convergencia Democrática de Cataluña, qui voulait qu’il s’implique pour gagner le vote des communautés islamiques en faveur de l’indépendance. Une ingérence très grave du Maroc dans un problème interne espagnol. Expulsé et c’est tout.

Outre ces cas plus récents, d’autres plus anciens témoignent des efforts constants du Maroc pour nous espionner. Pour n’en citer qu’une, en 1990, on a découvert que leur espionnage avait une taupe au ministère des affaires étrangères. Elle a été révélée par une fuite du contenu d’une réunion secrète entre le ministre Francisco Fernández Ordoñez et le responsable des relations extérieures du Front Polisario, Bachir Mustafa Sayyed.

Comme je l’ai dit au début, personne n’a mis un terme aux actions agressives du Maroc. Il n’y a même pas eu de fuite du mécontentement espagnol contre la DGED, ce que l’exécutif français de Macron a fait lorsque les espions de Mansouri ont planté Pégase sur eux.

The Objective, 18 juin 2022

#Espagne #Maroc #Espionnage #Pegasus #PedroSanchez #Aznar #SaharaOccidental

Be the first to comment

Leave a Reply