Tunisie : Un avocat interdict d’exercer

Tunisie, Kaïs Saïed, Seifeddine Makhlouf,

TUNIS, 17 juin (Reuters) – La cour d’appel militaire tunisienne a condamné vendredi Seifeddine Makhlouf, avocat et éminent opposant au président Kais Saied, à un an de prison et l’a suspendu de ses fonctions pendant cinq ans pour avoir insulté un juge, son avocat. a déclaré à Reuters.

Saied fait face à une opposition croissante depuis qu’il a pris le pouvoir l’année dernière, dissolvant le parlement et gouvernant par décret dans un geste que ses opposants ont qualifié de coup d’État. Les critiques disent qu’il cherche à consolider le règne d’un seul homme.

« Le verdict est une véritable farce. … C’est le système judiciaire que Saied veut … un système judiciaire qu’il pourrait contrôler et utiliser contre les opposants », a déclaré l’avocat de Makhlouf, Anouar Awled Ali.

Les autorités n’étaient pas immédiatement disponibles pour commenter.

Plus tôt cette année, Saied a remplacé le Conseil supérieur de la magistrature par un conseil temporaire. Début juin, il a limogé des dizaines de juges, les accusant de corruption et de protection des terroristes, ce qui, selon les syndicats de juges, lui permet d’influencer le système judiciaire et de créer des postes vacants pour nommer ses fidèles.

Les juges ont entamé une deuxième semaine de grèves le 9 juin en signe de protestation.

Le Conseil de la magistrature était le principal garant de l’indépendance de la justice depuis la révolution tunisienne de 2011 qui a inauguré la démocratie.

Makhlouf est le chef du parti conservateur Karama et un critique fréquent du président au sein du parlement dissous.

Depuis l’intervention de Saied, plusieurs hauts responsables politiques et chefs d’entreprise ont été arrêtés ou poursuivis, nombre d’entre eux pour corruption ou diffamation.

Des groupes internationaux de défense des droits de l’homme ont critiqué certaines des arrestations et le recours aux tribunaux militaires pour entendre les affaires.

Saied a promis de défendre les droits et les libertés acquis lors de la révolution tunisienne de 2011, qui a déclenché les soulèvements du « printemps arabe » dans toute la région.

Reuters, 18 juin 2022

#Tunisie #KaisSaied #SeifeddineMakhlouf

Be the first to comment

Leave a Reply