Jeux méditerranéens 2022: « Un défi majeur pour l’Algérie »

Algérie, Jeux méditerranéens 2022, Comité olympique algérien,

Rude mission pour le Comité olympique algérien (COA) et le Comité d’organisation de la 19ème édition des JM d’Oran de 2022. Un défi si grandiose qu’il doit exiger des sacrifices tant des sportifs que des responsables. La capitale de l’ouest est fin prête dans la mesure où on ne peut plus désormais parler de compte à rebours mais bel et bien d’une poignée de jours seulement de l’ouverture des jeux. « On vous attend » tel est le message lancé par l’Algérie à travers sa deuxième ville Oran aux invités du pays lors de cet important rendez-vous.

Le président du Comité olympique et sportif algérien COA, Abderrahmane Hammad, a mis les bouchées doubles afin de garantir toutes les conditions de succès de cette manifestation sportive majeure. Tout a été planifié et point de place au hasard selon lui. Tant en ce qui concerne les infrastructures, la logistique et les athlètes participant des 26 pays hôtes que du côté de l’organisation, des médias et du marketing. Le premier responsable du COA se veut optimiste. « JM d’Oran de 2022 : un défi majeur à relever et à réussir, selon lui. Il affirme de ce fait que « l’Algérie a consenti de gros efforts pour réussir la 19e édition des jeux méditerranéens d’Oran (25 juin-6juillet).

Jamais une manne aussi importante n’avait été mise par le pays en pareil manifestation qui, rappelons-le, intervient dans un moment décisif où l’Algérie, forte de son expérience, a reconquis sa place sur l’échiquier international. M Hammad souligne que « le défi est tellement grand que chacun doit travailler davantage pour honorer l’image de notre pays ». « Nous avons travaillé en étroite collaboration et d’une manière continue avec le Comité d’organisation de la 19e édition (COJM) ainsi qu’avec les fédérations nationales concernées par la participation à ces JM afin de réunir les conditions optimales pour une meilleure prise en charge de nos athlètes », déclare en effet M. Hammad dans un entretien.

Pour le président du COA, « la mission du Comité olympique et sportif algérien consiste à réunir les moyens logistiques pour la délégation algérienne dont l’équipement sportif de la délégation, mais également l’accompagnement des athlètes à travers l’octroi de bourses olympiques. ». « Cinq athlètes ont déjà reçu la première tranche de la bourse de solidarité olympique, de l’ordre de 1500 dollars par mois, octroyée par le Comité international olympique (CIO)– athlétisme (2 athlètes), natation (1), haltérophilie (1) et luttes associées (1)–, et cela jusqu’aux Jeux olympiques 2024 de Paris.

D’autres athlètes ont également bénéficié de l’aide du COA dans le cadre de l’accompagnement des sportifs algériens en vue des JM-2022 d’Oran ». Le même responsable explique que « les fédérations sportives sont responsables de la préparation de leurs athlètes à travers la participation aux différents stages, tournois internationaux ainsi qu’aux compétitions continentales et internationales », soulignant « que le COA a répondu favorablement à toutes les sollicitations des fédérations qui souffrent de difficultés financières ».

Le président de l’instance olympique a mis en évidence les gros moyens humains et matériels mobilisés par l’Etat algérien pour l’achèvement des projets sportifs dans la ville d’Oran. « Le président du Comité international des JM (CIJM) est très satisfait en matière de réalisation d’infrastructures sportives, outre la maîtrise des différents aspects d’organisation, ce qui confirme la réussite prévue de cette manifestation sportive », a dit Hammad qui est également membre du Comité exécutif de l’instance internationale. Concernant l’accompagnement des athlètes algériens engagés dans ces joutes méditerranéennes, le président du COA a affirmé que « tous les moyens ont été mis en œuvre que ce soit par le biais du ministère de la Jeunesse et des Sports ou encore par le COA pour permettre aux sportifs de bénéficier de stages de préparation à l’étranger. ». « Je suis en contact permanent avec le ministère de la Jeunesse et des Sports et avec toutes les fédérations sportives nationales et personne n’a soulevé le moindre problème », a précisé Hammad, rassurant à ce sujet que le « COA restera toujours à la disposition des athlètes qu’il accompagnera et soutiendra dans le but de hisser les couleurs nationales lors du rendez-vous oranais.

Pour le président du Comité olympique et sportif algérien, des disciplines comme la boxe, l’athlétisme, la natation ou encore la lutte associée, peuvent prétendre à des podiums lors de cette 19e édition des JM. Autant d’atouts et de compétences à faire valoir à l’image des disciplines les plus connues et les plus titrées aussi bien en Afrique que dans les joutes mondiales. Le meilleur sera réalisé et l’espoir d’une moisson en médailles conséquentes est donc de mise. « Je pense que la boxe peut valoir à l’Algérie des médailles, notamment les boxeuses qui viennent de confirmer leur niveau lors des championnats du monde d’Istanbul où ils ont remporté deux médailles historiques grâce à Imane Khelif, médaillée d’argent et Ichrak Chaib, détentrice du bronze », a-t-il constaté.

En athlétisme, le médaillé de bronze de l’épreuve du saut en hauteur aux JO 2000 de Sydney, a relevé le niveau technique très relevé des concurrents du bassin méditerranéen, notamment ceux représentant des pays comme l’Italie, la France ou encore le Maroc. « Nous avons de jeunes athlètes en athlétisme dont il est temps pour eux de confirmer leur talent à l’occasion de ces joutes méditerranéennes, mais leur tâche ne sera guère facile face à des athlètes de très haut niveau », a souligné Hammad. Des athlètes comme Amine Bouanani (110m/haies), Abdelmalek Lahoulou (400m/haies), Yasser Mohamed Tahar Triki (triple saut), Djamel Sedjati et Yacine Hathat (800 m), peuvent également prétendre à des podiums, selon lui. Le président du COA n’a pas omis de citer les performances réalisées par la natation algérienne ainsi que la lutte associée, deux disciplines qui continuent de réaliser d’excellents résultats dans les différentes compétitions et peuvent, a-t-il dit, « assurer à l’Algérie des médailles ».

Contrairement aux sports individuels, le président de l’instance olympique est resté évasif par rapport aux disciplines collectives qui « traversent une période très difficile comme c’est le cas pour la fédération de handball ».

B. Habib

Le Carrefour d’Algérie, 16 juin 2022

#Algérie #JeuxMéditerranéens

Be the first to comment

Leave a Reply