Il faut un ultimatum au Maroc pour qu’il respecte l’accord

Algérie, Espagne, Maroc, Sahara Occidental, Union Européenne,

La diplomatie espagnole doit exiger que Rabat ne traîne pas les pieds et mette en pratique ce qui a été convenu, sous peine de retirer son soutien à la proposition marocaine d’autonomie pour le Sahara occidental et de revenir à la neutralité pour se réconcilier avec l’Algérie.

Le gouvernement espagnol a tout perdu, ou presque, avec l’Algérie et n’a pratiquement rien obtenu avec le Maroc, si ce n’est un retour à la normalité qui prévalait en 2019, avant la pandémie. Les diplomates espagnols et les ambassades européennes à Madrid sont d’avis, en général, que la politique étrangère de l’exécutif de Pedro Sánchez a récolté un échec cuisant au Maghreb. La diplomatie espagnole a une solution pour sortir du bourbier dans lequel elle s’est engagée au Maghreb : donner furtivement un ultimatum à Rabat pour qu’il applique l’accord dans un délai très court et fasse d’autres concessions comme la reconnaissance des eaux territoriales de Ceuta et Melilla, l’acceptation de la validité des sentences prononcées par ses tribunaux, le démantèlement de la ferme piscicole qu’il a installée dans les eaux espagnoles de Chafarinas, etc.

Pour sceller la paix avec le Maroc, Sánchez a renoncé à 47 ans de neutralité espagnole et soutient désormais la proposition marocaine de résoudre le conflit au Sahara sans organiser de référendum d’autodétermination dans cette ancienne colonie espagnole. Si Rabat ne l’accepte pas, la diplomatie espagnole reviendrait à sa neutralité traditionnelle après avoir tenté en vain de jeter les bases d’une nouvelle relation avec le Maroc. Sánchez retirerait la lettre qu’il a envoyée le 14 mars à Mohamed VI cédant au Sahara occidental pour mettre fin à la crise bilatérale. Le roi du Maroc a partiellement dévoilé cette lettre dans un communiqué publié quatre jours plus tard, alors qu’il était en vacances dans sa résidence de Pointe Denis, dans l’estuaire du Komo (Gabon). Si le Maroc rejette l’empressement espagnol à lui arracher une concession, il sera temps de se réconcilier avec l’Algérie et de tenter d’établir avec ce pays une relation énergétique aussi solide que celle que l’Italie construit depuis le début de l’année pour réduire sa dépendance au gaz russe et devenir un « hub » énergétique dans le sud de l’Europe.

Cette solution, que le ministre des Finances, José Manuel Albares, n’envisage pas pour l’instant, est celle suggérée par certains diplomates espagnols expérimentés lors de conversations informelles avec ce journaliste, ainsi que par certains de leurs collègues européens qui, depuis Madrid, suivent de près la politique étrangère de l’Espagne. Il serait nécessaire que Sánchez se rende au Congrès pour expliquer pourquoi le manque de collaboration du Maroc l’a obligé à rectifier. Il serait nécessaire, oui, que cette fois-ci Sánchez se rende au Congrès pour expliquer pourquoi le manque de collaboration du Maroc l’a obligé à rectifier en été l’embardée qu’il a faite en politique étrangère au printemps. Une instruction de l’association bancaire algérienne (ABEF) a dû être mise en circulation mercredi, ordonnant en pratique la suspension des échanges avec l’Espagne, afin que le gouvernement reconnaisse l’ampleur de la crise avec ce pays, qu’il avait minimisée.

Alger a fait marche arrière, vendredi, pour ne pas rompre l’accord d’association avec l’UE et éviter une intervention de la Commission européenne. Elle a fait valoir que l’ABEF n’était pas un organisme officiel, bien que le secteur bancaire algérien soit essentiellement public. De fait, il existe, en sous-main, un boycott systématique des importations de produits « made in Spain », comme l’attestent les exportateurs espagnols. Sur l’autre front, celui du Maroc, l’exécutif espagnol dément que les avancées que le Premier ministre Pedro Sánchez avait déjà annoncées le 7 avril dernier, lors de son déplacement à Rabat invité par le roi Mohamed VI du Maroc pour sceller la réconciliation, n’aient pas lieu.

Lors de son intervention au Congrès mercredi dernier, M. Sánchez a dressé un bilan très positif des deux mois qui se sont écoulés depuis. Avec le Maroc, il n’y a qu’un retour à la normale avec la reprise, en avril, du trafic de passagers par le détroit. Et, à partir du 17 mai, avec la réouverture partielle des frontières terrestres de Ceuta et Melilla. Aux Canaries, thermomètre de la pression migratoire, celle-ci est tombée en avril – premier mois après la réconciliation – à 25 « sans-papiers » par jour, dont la plupart sont arrivés du Sahara occidental. En mai, il est déjà passé à 53, selon les statistiques du ministère de l’intérieur.

Bien qu’elle soit très progressive, la réouverture des frontières est marquée par les embouteillages et l’arbitraire. Dimanche, par exemple, il a fallu au moins deux heures pour entrer au Maroc depuis Ceuta car, comme l’explique le journal « El Faro de Ceuta », « du côté marocain, il n’y a qu’une seule voie » à l’entrée. La police de ce pays ne permet pas de franchir la frontière avec des achats, aussi petits soient-ils, effectués dans les villes autonomes et exige une caution de 137 euros pour traverser à vélo ou en scooter électrique.

Du côté espagnol, des restrictions commencent également à être mises en place. La délégation du gouvernement à Melilla n’autorise l’introduction de poissons achetés au Maroc que pendant deux heures par jour (de 11h30 à 13h30). Pire encore que ces désagréments, la frontière de Melilla a repris le travail sans réactiver la douane commerciale que Rabat a fermée en août 2018 sans en informer le gouvernement espagnol. Grâce à elle, il a été exporté légalement de Melilla vers le Maroc. Sánchez a non seulement annoncé sa réouverture, mais a également fait savoir qu’une serait inaugurée à Ceuta, qu’il n’y a jamais compté. C’est ainsi qu’il a été, selon lui, recueilli dans le troisième point du communiqué hispano-marocain d’avril, bien qu’il ne mentionne pas explicitement les deux villes, mais il parle de « dispositifs appropriés de contrôle douanier » à terre.

A ce jour, aucune autorité marocaine – conseiller royal, ministre, gouverneur – n’a confirmé que ces villes seront dotées de douanes. NabylLakhdar, directeur général des douanes, a même nié, le 2 juin, dans une interview à l’hebdomadaire  » Tel Quel « , qu’elles allaient ouvrir, même si quelques heures plus tard il a nuancé ses propos. Il a déclaré que ce n’était pas à lui de prendre des décisions de nature politique. Des délégations d’Espagne et du Maroc se sont rencontrées le 7 juin à Madrid pour discuter, entre autres, de ces fameux bureaux de douane. Mais ils se sont séparés sans accord et sans fixer la date de leur prochain rendez-vous. Le point 6 de la déclaration commune d’avril prévoyait également « la réactivation du groupe de travail sur la délimitation des espaces maritimes de la côte atlantique », ce qui n’a pas eu lieu. Il ne mentionnait pas la Méditerranée, où la diplomatie espagnole semble avoir renoncé à ce que Rabat reconnaisse Ceuta et Melilla comme des eaux territoriales. Le point 7 indique, enfin, que « des conversations seront engagées sur la gestion des espaces aériens », ce qui n’a pas été fait non plus.

Valeur ajoutée

Début 2020, le Parlement marocain a approuvé, à la demande du gouvernement, deux lois qui étendent ses eaux territoriales au Sahara occidental, mais sans les reconnaître pour Ceuta et Melilla, et établissent une zone économique exclusive (ZEE). Cela recoupe celui que l’Espagne a demandé en 2014 pour les Canaries à l’ONU, qui n’a pas encore répondu. Contrairement au Maroc, l’exécutif espagnol n’a pas porté de loi au Parlement, mais a respecté la légalité internationale en s’adressant à l’ONU. Les deux pays aspirent à s’emparer du Monte Tropic, un volcan sous-marin situé au sud-ouest de l’île d’El Hierro, à l’intérieur duquel se trouvent des minéraux de grande valeur.

Ignacio Cembrero

El Confidencial, 14 juin 2022

#Espagne #Algérie #Maroc #SaharaOccidental #PedroSanchez #UnionEuropea

Be the first to comment

Leave a Reply