Chronique d’une série d’erreurs du gouvernement espagnol

Espagne, Algérie, Maroc, Sahara Occidental, Ceuta, Pegasus, espionnage,

Chaque pas que Sánchez a fait dans cet incident international a approfondi un peu plus le conflit territorial entre le Maroc et l’Algérie.

L’Algérie a déclaré la guerre commerciale à l’Espagne. C’était la réaction logique au changement brusque de position de la Moncloa sur le conflit territorial sahraoui. Les Algériens menacent de fermer le robinet du gaz et, accessoirement, d’annuler toutes les transactions commerciales, une mesure qui pourrait coûter aux Espagnols, en gros, 3 milliards d’euros de contrats dans divers domaines industriels. La presse sanchiste, toujours aussi optimiste et condescendante à l’égard du gouvernement de coalition, s’efforce ces jours-ci de nous convaincre que trois milliards, ce n’est pas grand-chose, une petite fête, une broutille qui, comparée à notre immense PIB, ne représente que quelques miettes. Cependant, malgré ce que peut dire la presse officialiste, la poêle à frire algérienne nous fera mal. Beaucoup de dégâts.

Pour commencer, certaines compagnies d’électricité tremblent déjà et préparent des augmentations drastiques des factures d’électricité. L’injustice faite aux expulsés sahraouis aura, tôt ou tard, des répercussions dans les poches des Espagnols. Mais le conflit dépasse les questions économiques pour prendre les proportions d’une crise internationale aiguë. Ces dernières heures, la situation a atteint un niveau de tension maximale et le régime d’Alger menace déjà de lancer une flottille de petits bateaux contre les côtes espagnoles avec quelques milliers de clandestins à bord afin de générer une autre crise démographique grave semblable à celle organisée par le roi du Maroc à la frontière de Tarajal en mai 2021. Quel que soit le point de vue, cette fois, Pedro Sánchez a fait une erreur. Chaque mesure prise par le gouvernement espagnol au cours de l’année dernière sur l’épineuse question du Sahara occidental a été erratique et plus dommageable que la précédente. Toute l’affaire s’est révélée désastreuse, et ce qui est encore plus inquiétant : tout a été mal expliqué au public espagnol. Si l’objectif était d’offrir une assistance médicale pour des raisons humanitaires au chef du Front Polisario, Brahim Gali, il aurait été préférable de faire connaître l’opération, et non de le faire entrer en cachette par la porte arrière d’un hôpital de La Rioja, avec une intention malveillante et de nuit. Il n’aurait pas non plus été inutile de téléphoner au roi Mohammed VI pour tenter de le rassurer sur le fait que l’opération Gali ne constituait pas un changement radical de position sur le Sahara ou une démarche hostile à l’égard de nos amis marocains. Le tact et le respect mutuel sont la base d’une bonne diplomatie. Mais cela a été fait de la manière dont cela a été fait et à partir de là, les choses sont allées de mal en pis.

Après l’avalanche humaine à la frontière de Tarajal, cruelles représailles du satrape de Rabat, vint le scandale de l’espionnage Pegasus, qui laisse à ce jour de nombreuses questions sans réponse. Les Espagnols ne savent toujours pas si le téléphone de M. Sánchez a été mis sur écoute et piraté par des agents secrets marocains, de la CIA ou du CNI, et nous craignons que l’affaire reste encore longtemps entourée de mystère. Pendant ce temps, les États-Unis nous ont fait asseoir de force à une table de négociation pour signer l’accord d’autonomie de Trump pour le Sahara occidental sous souveraineté marocaine, une véritable trahison d’un peuple frère envers lequel l’Espagne continue d’avoir des responsabilités en tant que puissance décolonisatrice. Nous avons ainsi désobéi aux résolutions de l’ONU sur la nécessité d’organiser un référendum d’autodétermination et laissé 267 000 personnes vivant dans cette zone désertique abandonnées à leur sort, si ce n’est aux mains de la dictature alaouite. Beaucoup d’entre eux ont encore leur carte d’identité espagnole, s’ils ne l’ont pas déjà déchirée après la supercherie de Moncloa.

Si Sánchez a été contraint d’avaler le plan américain (un cadeau emballé sous cellophane de l’administration américaine à son allié traditionnel marocain), le président aurait dû le communiquer au peuple espagnol. S’il y avait des pressions de Washington et de l’OTAN pour que l’Espagne conclue l’accord le plus rapidement possible, donnant ainsi une leçon à l’Algérie pour ses alliances avec Poutine – la Russie aurait l’intention d’ouvrir des bases navales dans le pays d’Afrique du Nord, menaçant l’Occident et mettant gravement en danger la stabilité régionale – le Premier ministre aurait dû en parler au peuple espagnol. Et si, en fin de compte, la seule raison ici était le pragmatisme, c’est-à-dire le besoin du premier ministre socialiste de se débarrasser d’un problème, la patate chaude sahraouie, le président aurait dû le dire au peuple espagnol.

Quoi qu’il en soit, l’affaire méritait à tout le moins que le locataire de la Moncloa vienne au Parlement et s’explique au grand jour, car un moment historique pour notre pays est en train de se produire. La logique aurait voulu que les partis avalisent l’accord ou, mieux encore, que les Espagnols soient appelés aux urnes pour se prononcer par référendum sur l’avenir de ce qui n’a été pendant si longtemps qu’une province de plus. Mais dans ce pays, consulter les citoyens sur des questions transcendantes relève de la science-fiction. Sánchez a décidé de prendre la décision à ses risques et périls, en tant que caudillo, comme Franco l’aurait fait en 1975, puis de passer à autre chose. Il croyait qu’en se comportant comme un bon garçon, en faisant ce que les Américains, les Marocains, l’UE et l’OTAN lui disaient, il résoudrait le problème. Mais un énorme abus avait été commis contre nos frères sahraouis et rien de ce qui est construit sur le mortier de l’injustice ne peut durer. Et c’est ce qui s’est passé. Au final, la crise a fini par exploser en Algérie, un pays avec lequel nous avions d’importantes relations commerciales et qui nous refile aujourd’hui la facture, une facture que les Espagnols devront inévitablement payer sous forme de tarifs d’électricité.

Petit à petit, la boule de neige s’est agrandie. Sánchez commence à se rendre compte de l’énorme fiasco et a ordonné à son ministre des affaires étrangères Albares d’annuler son voyage au sommet des Amériques et de se précipiter à Bruxelles, sans perdre une seule minute, pour demander l’aide de l’UE. Jusqu’à présent, l’UE a répondu comme prévu à la demande d’aide et d’assistance de l’Espagne et, bien qu’elle ait catégoriquement rejeté le chantage comme étant inacceptable – avertissant que les membres du club de l’UE réagiront avec force contre le régime d’Alger face à « tout type de mesure coercitive » qu’il adopterait à l’encontre d’un État membre comme l’Espagne – elle exhorte les Espagnols et les Algériens à trouver une solution négociée au conflit. Heureusement, nous sommes en Europe et la pagaille de Sánchez sera en partie amortie par le parapluie souple de Bruxelles. Mais on ne peut s’empêcher de se demander, en jouant à l’histoire-fiction, ce qui se serait passé si notre pays ne faisait pas partie du club sélect européen. Aujourd’hui, nous serions seuls et embarqués dans une guerre aux conséquences imprévisibles entre Marocains et Algériens. Pour une fois, la chance s’est alliée à nous, l’emportant sur la toujours désastreuse diplomatie nationale.

Diario 16, 11 juin 2022

#Espagne #Algérie #Maroc #SaharaOccidental #PedroSanchez

Be the first to comment

Leave a Reply