Que sait ou possède le Maroc qui effraie tant Pedro Sánchez ?

Espagne, Pedro Sanchez, Maroc, Algérie, Espionnage, Pegasus,


Il est inacceptable que des doutes subsistent quant au fait que le président ait fait demi-tour en Afrique du Nord, effrayé ou extorqué par l’espionnage dont il a été victime de la part des bénéficiaires de ses décisions.

Le gouvernement PSOE-Podemos, maladroit et menteur, est dans tous ses états.

Le désordre est énorme.

Comme l’explique « El Debate » dans son éditorial, le 10 juin 2022, deux mois seulement après que Pedro Sánchez, avec sa frivolité habituelle, se soit vanté des splendides relations avec l’Algérie, le régime d’Alger a rompu « de facto » les relations diplomatiques avec l’Espagne.

Cette démarche ouvre un front international aux conséquences inquiétantes sur tous les fronts.

En termes économiques, bien sûr, avec un veto commercial qui pourrait amputer jusqu’à 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires aux entreprises espagnoles, qui ne pourront plus exporter leurs produits en Algérie dans les mêmes conditions ou les y vendre directement.

Et il est également susceptible d’affecter l’approvisionnement en gaz, à une époque de pénurie et de surtarification qui a rendu cette alliance encore plus stratégique et a même permis à l’Espagne d’aspirer à devenir une référence pour toute l’Europe grâce à la combinaison des matières premières algériennes et des sept usines de traitement espagnoles.

Même le manque de contrôle sur l’immigration, qui est un outil de pression commun à tous les pays d’Afrique du Nord ; ou le terrorisme fondamentaliste, qui peut se développer en tant que menace en raison de l’inimitié publique qu’Alger a désormais manifestée.

Tout cela est dû à une décision unilatérale de Sánchez sur le Sahara qu’il n’a expliquée à personne, qui n’a pas l’approbation institutionnelle du Congrès, qui modifie un demi-siècle de position de l’Espagne et qui coïncide avec un sinistre épisode d’espionnage du premier ministre qui appuie le soupçon qu’il a changé de position sous la pression des écoutes téléphoniques.

Le simple doute est déjà scandaleux et suffisant pour exiger une réponse immédiate.

Qui l’a espionné, qu’a-t-il trouvé et quelle est la possibilité qu’il l’ait utilisé contre Sánchez ?

Les raisons exactes du revirement inhabituel de Sánchez ne sont pas connues, mais les conséquences sont les suivantes : le Maroc va consolider sa hiérarchie au Sahara sans assumer, en même temps, le statut espagnol de Ceuta et Melilla ; sans renoncer à ses aspirations dans les îles Canaries ; sans encore ouvrir les frontières commerciales avec l’Espagne et en générant un très grave conflit entre Alger et Madrid aux effets dévastateurs.

Il est scandaleux que le même président qui, il y a un an, a permis l’entrée clandestine du chef du Polisario, au mépris du Maroc et avec la complicité de l’Algérie, fasse maintenant tout le contraire, et dans les deux cas sans explication.

Et qu’il le fasse dans l’ombre d’avoir subi une extorsion, qu’elle soit vraie ou non, est inacceptable.

Sánchez n’a pas le droit de jouer de manière capricieuse avec des questions d’État aussi évidentes que la position internationale de l’Espagne.

Encore moins s’il le fait dans son opacité proverbiale et avec l’inquiétude générale qu’il a été, est ou sera victime de chantage de la part des destinataires de ses cadeaux irresponsables.

Que savent-ils du président qui l’effraie tant ?

Et si ce n’est pas ça, pourquoi agit-il comme si c’était la seule raison ?

Periodista digital, 10 jun 2022

#Espagne #PedroSanchez #Maroc #Algérie #SaharaOccidental