Le « spectacle » avec l’Algérie est un « ridicule colossal »-Aznar-

Espagne, José Marïa Aznar, PP, Alberto Núñez Feijóo, Algérie,

Aznar qualifie ce qui s’est passé avec l’Algérie de « ridicule colossal » et prévient que l’Espagne est dans une « situation délicate »

Il ne ferme pas la porte à une « collaboration » avec Feijóo dans un gouvernement hypothétique si le leader « populaire » le lui demande
MADRID, 9 juin (EUROPA PRESS) – L’ancien Premier ministre José María Aznar a qualifié ce qui s’est passé avec l’Algérie ce jeudi de « ridicule colossal », qui a suspendu le traité d’amitié avec l’Espagne, et a averti que le pays se trouvait dans une « situation délicate ».
Aznar a rappelé que la zone de l’Afrique du Nord représente une « préoccupation » pour l’Espagne et a déploré le « spectacle », affirmant qu' »il est difficile de trouver une plus grande erreur dans la politique espagnole » qui « démontre malheureusement l’état de fragilité » dans lequel, à son avis, le pays est plongé.
Selon l’ancien président, qui a souligné que l’Espagne est un pays « avec d’énormes responsabilités », le rôle géopolitique de l’Espagne est basé sur ses relations avec les États-Unis, l’Union européenne (UE), l’Amérique latine et l’Afrique du Nord, et ils sont tous en relation.

Aznar a particulièrement critiqué la relation actuelle avec Washington, qui a fait un « bond en arrière ». Comme il l’a expliqué, il n’y a pas « de dialogues politiques sérieux entre les parties, au point qu’une conversation entre (le président américain Joe) Biden et (le président du gouvernement Pedro) Sánchez est impossible », au-delà de « l’épisode ridicule », a-t-il déclaré. en référence aux secondes partagées par les deux dirigeants lors du sommet de l’OTAN à Bruxelles.

Pour Aznar, la présence espagnole en Amérique latine a également souffert et le cocktail « affaiblit » l’ancienne « position forte » de l’Espagne en Europe. Pour cette raison, il a demandé que l’Espagne «s’intègre davantage » dans le concept de pays atlantique.

Au niveau national, l’ancien président a souligné que « les politiques échouent » et a prévenu que, si rien n’est changé, « il sera plus difficile de corriger le cap ». Comme il l’a indiqué, la première chose à faire est de « commander » l’Espagne, une nation « institutionnellement désordonnée ». Cela se produit en dictant des politiques de « respect absolu de la loi et de la Constitution », quelque chose d' »essentiel » pour récupérer la « force » de l’Espagne.

Aznar a développé cette idée et a assuré que le système institutionnel espagnol est « profondément endommagé », quelque chose de « dangereux » car c’est aussi « l’atout concurrentiel le plus important ». Dans cette ligne, il a demandé « de revenir aux règles, à la responsabilité, à la discipline ». Il a également défendu la stabilité budgétaire, la réduction de l’endettement, la baisse des impôts et une « meilleure » réforme du travail ».

Pour cette raison, il a estimé que « le changement va avoir lieu » et les partis de centre-droit « vont se soulever dans leur ensemble », espère-t-il « avec suffisamment de force ». Dans ce contexte, il a demandé de mettre fin à « l’époque du populisme bon marché » et a mis en avant la figure du président du PP, Alberto Núñez Feijóo.

Ainsi, il lui a souhaité « succès » et, interrogé sur sa volonté de « collaborer de l’intérieur » à un hypothétique futur gouvernement avec lui, il n’a pas fermé la porte. « Tout ce que mon pays me demande, je vais le lui donner », a-t-il déclaré.

Europa Press, 09 juin 2022

#Espagne #Algérie #Aznar