Le frères Azaitar à Paris avec le roi du Maroc

Maroc, Mohammed VI, France, Macron, Fouad Ali El Himma, El Hammouchi, frères Azaitar,

Mohammed VI se trouve à Paris depuis 10 jours. Son souhait? Être pardonné et reçu par le président Macron suite aux tensions générés par le scandale d’espionnage avec le logiciel israélien Pegasus. Il se trouve entre le château Betz, distant de 58 km de la capitale française, et son luxueux hôtel non loin de la Tour Eiffel. Selon plusieurs sources, parmi sa smala se trouve les trois frères Azaitar.

Le quotidien espagnol rapporte que la famille du roi du Maroc mène aujourd’hui une campagne contre les quatre frères boxeurs Azaitar, accusés de kidnapping du Roi. Selon la même source, le souverain n’a pas passé les vacances d’été avec sa famille contrairement à ses habitudes, confirmant les informations selon lesquelles, Mohamed VI est sous influence des frères Azaitar.

Cette situation n’a pas plu à ses proches et à ses proches conseillers comme Fouad Ali El Hima, et Abdellatif El Hammouchi, directeur général de la sureté dont le pouvoir est plus influent que celui du ministre de l’Intérieur. Ces derniers ont ordonné aux médias qui leur sont inféodés de mener une campagne de dénigrement à l’égard des frères Azaitar.

Depuis le dernier week-end de mai, une campagne sans précédent contre les Azaitars a été déclenchée au Maroc. Elle implique des médias ayant un poids politique dans le pays, de « Hespress » à « Barlamane », le journal de l’appareil sécuritaire, en passant par le sensationnel « Goud », l’hebdomadaire « Al Ousboue » – le journal le plus vendu – et même Chouf TV, une chaîne de télévision en ligne considérée comme liée aux services secrets. En plus des médias conventionnels, une série de vidéos circulent sur les réseaux et les groupes de messagerie, lit-t-on dans un post diffusé par le journaliste espagnol Ignacio Cembrero.

« Il s’agit, dit-il, d’une opération médiatique bien coordonnée, truffée d’attaques contre l’entourage du roi et l’inaction de certaines autorités, et inspirée par certains conseillers royaux, des chefs de police en vue et les services secrets, à en juger par l’impunité avec laquelle ses auteurs formulent leurs critiques et l’écho qu’elles ont dans les médias audiovisuels proches des bas-fonds du pouvoir d’État comme Chouf TV. Les instigateurs étaient Fouad Ali el Himma, le principal conseiller royal, et Abdellatif Hammouchi, le chef de la police conventionnelle et secrète (Direction générale de la surveillance du territoire), qui, selon des sources au fait de la situation, ont été rejoints par d’autres hauts fonctionnaires préoccupés par l’orientation de la vie au palais ».

« Nous sommes à la fois intrigués et impatients de savoir où ce jeu de rôle des Azaitars va nous mener », poursuit le principal quotidien marocain. « Ils contribuent à la banalisation des symboles de la monarchie et rendent ainsi le mythe moins fort, moins présent et moins ancré dans la réalité », ajoute le document. « De là à conclure que l’autorité royale est affaiblie, il n’y a qu’un pas que les détracteurs du régime n’auront aucun mal à franchir pour désacraliser la figure du monarque », prévient-il. « C’est une décomposition dont tout le monde parle en privé », ajoute-t-il.

Selon lui, « si la campagne de presse de 2021 visait probablement à convaincre – sans succès – Mohammed VI de se passer volontairement de ses nouveaux amis pour éviter de porter atteinte à l’institution monarchique, celle qui vient de débuter donne l’impression de chercher à créer un environnement propice à l’action des forces de sécurité et des services secrets contre les Azaitars, selon des diplomates accrédités à Rabat et d’autres observateurs de l’actualité marocaine ».

#Maroc #MohammedVI #Macron #FreresAzaitar