L’UE va défendre l’Espagne dans son conflit avec l’Algérie

Espagne, UE, Algérie, Commission Européenne, Maroc, Sahara Occidental,

De hauts responsables de l’Union européenne affirment que le bloc traite la crise entre l’Algérie et l’Espagne avec la « plus grande préoccupation ».

Par Ciarán Giles, Associated Press

MADRID – De hauts responsables de l’Union européenne ont déclaré vendredi que le bloc traitait la crise entre l’Algérie et l’ Espagne avec la « plus grande préoccupation » et ont averti qu’il était prêt à prendre des mesures pour défendre les intérêts de ses membres.

Dans une déclaration conjointe, le vice-président exécutif de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, et le chef des affaires étrangères de l’UE, Josep Borrell, ont déclaré que la décision de l’Algérie de suspendre un traité d’amitié vieux de deux décennies avec l’Espagne, gelant potentiellement le commerce entre les deux pays, semblait « être en cours ». violation de l’accord d’association UE-Algérie, notamment dans le domaine du commerce et de l’investissement.

« Cela conduirait à un traitement discriminatoire d’un État membre de l’UE et nuirait à l’exercice des droits de l’Union en vertu de l’accord », indique le communiqué.

Tout en appelant au dialogue pour résoudre le différend, les responsables de l’UE ont déclaré que « l’UE est prête à s’opposer à tout type de mesures coercitives appliquées contre » un pays de l’UE.

Cette déclaration intervient après que le ministre espagnol des Affaires étrangères José Albares s’est rendu à Bruxelles vendredi pour discuter de la crise du pays avec l’Algérie.

La suspension du traité était la dernière mesure prise par l’Algérie pour faire pression sur Madrid après que le gouvernement espagnol a changé sa politique de longue date concernant le territoire contesté du Sahara occidental. L’Algérie a rappelé son ambassadeur en Espagne en mars après que Madrid se soit prononcé en faveur des tentatives du Maroc de maintenir le Sahara occidental sous son contrôle. L’Algérie soutient le mouvement d’indépendance du territoire.

Après la rencontre avec les responsables de l’UE, Albares a déclaré que « la mesure unilatérale » prise par l’Algérie violait l’accord avec l’UE.

Il a regretté que l’UE et l’Espagne aient convenu « de défendre fermement nos entreprises et les intérêts de l’Espagne, qui sont aussi des entreprises européennes et les intérêts de l’Union européenne ».

Albares a insisté sur le fait que « ce que nous voulons, c’est le dialogue et nous n’allons donner aucune excuse pour une quelconque escalade ».

La déclaration de vendredi est intervenue après que l’UE a exhorté jeudi l’Algérie à revenir sur sa décision.

La principale inquiétude de l’Espagne est que la suspension pourrait affecter d’importants approvisionnements en gaz en provenance d’Algérie, mais le gouvernement a déclaré que jusqu’à présent, cela ne s’était pas produit. L’Algérie fournit 23 % des besoins en gaz de l’Espagne.

L’Espagne et le reste du bloc des 27 nations s’efforcent maintenant de trouver des alternatives aux importations d’énergie russes pour protester contre la guerre de la Russie en Ukraine.

Les chiffres du ministère de l’Industrie montrent que l’Espagne a exporté 2 milliards d’euros (2,1 milliards de dollars) de marchandises vers l’Algérie l’année dernière alors que ses importations étaient évaluées à près de 5 milliards d’euros.

L’Espagne était la puissance coloniale du Sahara occidental jusqu’à son annexion par le Maroc en 1975. Depuis lors, les voisins algériens et marocains sont en désaccord sur le sort de la région.

abcNews, 10/06/2022

#Espagne #Algérie #Maroc #SaharaOccidental #ComissionEuropéenne #UE