Des milliers de migrants expulsés et bloqués dans le désert

Niger, Algérie, Libye, migration, Sahel,

Au moins 14 000 migrants, dont des mineurs, ont été expulsés d’Algérie vers le Niger entre janvier et mai 2022, selon l’organisation médicale humanitaire internationale Médecins Sans Frontières (MSF). MSF condamne le traitement inhumain des migrants et appelle les autorités régionales et leurs partenaires à trouver de toute urgence des solutions humaines, appropriées et durables pour les migrants refoulés d’Algérie et de Libye et bloqués dans le désert du Sahel.

Environ deux mille migrants sont expulsés chaque mois, dont des blessés graves, des personnes violées ou agressées, des personnes souffrant de traumatismes graves. Ils sont généralement arrêtés en Libye ou en Algérie et détenus dans des centres de détention pendant des jours, des semaines ou des mois avant d’être entassés dans des bus ou des camions – souvent au milieu de la nuit – et déposés dans un endroit du désert du Sahel à la frontière de l’Algérie et le Niger connu sous le nom de « Point Zéro ». De là, ils doivent marcher environ neuf milles pour atteindre le village d’Assamaka dans la région d’Agadez au Niger. Certaines personnes se perdent en chemin – 38 corps ont été retrouvés entre 2020 et 2021. D’autres ne sont jamais retrouvés.

Près de 70 % des migrants qui ont reçu une assistance médicale de MSF ont déclaré avoir subi des violences et des traitements dégradants de la part des gardes algériens et libyens .

« La gravité des exactions commises contre les migrants est indiscutable », a déclaré Jamal Mrrouch, chef de mission MSF au Niger. Les témoignages de nos patients et leur état physique et mental à leur arrivée dans nos structures de santé prouvent que ces personnes ont traversé l’enfer lors de leur expulsion du territoire algérien et libyen.

En 2021, 27 208 migrants tentant d’atteindre l’Europe via la mer Méditerranée ont été expulsés d’Algérie vers le Niger. Alors que l’Union européenne (UE) étend ses efforts pour freiner la migration, les migrants sont contraints d’emprunter des itinéraires de plus en plus dangereux pour éviter d’être arrêtés, détenus et expulsés. Cela ne fait que créer plus d’opportunités pour les passeurs d’exploiter les migrants.

En raison de leur statut juridique, l’accès aux services de base, dont les soins de santé, est très compliqué pour les migrants. Depuis 2018, les équipes MSF organisent des opérations régulières de recherche et de sauvetage pour venir en aide aux personnes perdues ou abandonnées dans le désert. MSF soutient plusieurs centres de santé intégrés et cliniques mobiles dans la région d’Agadez et fournit des soins de santé gratuits, un soutien psychosocial, des références pour les cas compliqués et des évacuations d’urgence pour les traitements urgents. En 2021, MSF a fourni plus de 47 000 consultations médicales, dont 34 276 consultations en santé mentale.

« Notre objectif n’est pas seulement de tirer la sonnette d’alarme sur la situation à laquelle ces migrants sont confrontés », a déclaré M. Rouch. « En tant qu’acteur humanitaire et témoin des terribles souffrances de milliers de personnes au Sahel, il est de notre devoir de dénoncer cette tragédie humanitaire. Egalement notre devoir d’appeler les autorités concernées, l’UE et les partenaires humanitaires à prendre des mesures immédiates pour respecter la dignité humaine dans le contrôle des frontières [efforts]. Nous ne pouvons pas continuer à simplement ignorer cette situation en pensant que le problème se résoudra de lui-même.

MSF, 09/06/2022

#Algérie #Libye #Sahel #Niger