Alger poursuit les sanctions économiques contre Madrid

Algérie, Espagne, Pedro Sanchez, Sahara Occidental, Maroc,

Les banques algériennes ont reçu, ce mercredi en fin de journée, une instruction portant sur le gel de toutes les domiciliations bancaires des opérations commerciales de et vers l’Espagne. Il s’agit de la première mesure prise, côté algérien, dans la foulée de la suspension du traité d’amitié avec l’Espagne, annoncée, mercredi, par la présidence algérienne.

« Suite à la suspension du traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération avec le Royaume d’Espagne, il vous est demandé de procéder au gel des domiciliations bancaires des opérations de commerce extérieur de produits et services, de et vers l’Espagne, à compter de jeudi 9 juin », a indiqué l’association algérienne professionnelle des banques et des établissements financiers (ABEF) dans une instruction adressée aux directeurs des banques.

L’instruction portant le numéro 350 exige une « application stricte de cette mesure ». Cette décision pourrait avoir un impact, y compris, sur la vente du gaz algérien à l’Espagne. Pour l’instant, l’ABEF n’a pas donné de précisions sur ce sujet. Pour rappel, la présidence algérienne a décidé de procéder à la suspension « immédiate » du Traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération, conclu le 8 octobre 2002 avec l’Espagne.

Une décision prise suite à l’attitude du gouvernement espagnol qui a apporté, en mars dernier, son soutien au « plan marocain de l’autonomie du Sahara Occidental ». «Les autorités espagnoles se sont engagées dans une campagne tendant à justifier la position qu’elles ont adoptée sur le Sahara Occidental en violation de leurs obligations juridique, morale et politique de puissance administrante du territoire qui pèsent sur le Royaume d’Espagne jusqu’à ce que la décolonisation du Sahara Occidental soit déclarée accomplie par les Nations Unies », a indiqué la même source.


Pour la présidence « ces mêmes autorités qui assument la responsabilité d’un revirement injustifiable de leur position depuis les annonces du 18 mars 2022 par lesquelles le gouvernement espagnol actuel a apporté son plein soutien à la formule illégale et illégitime de l’autonomie interne préconisée par la puissance occupante, s’emploient à promouvoir un fait accompli colonial en usant d’arguments fallacieux».

La position du premier ministre espagnol et son gouvernement, a ajouté la même déclaration, «s’inscrit en violation de la légalité internationale que lui impose son statut de puissance administrante et aux efforts des Nations Unies et du nouvel envoyé personnel du secrétaire général et contribuent directement à la dégradation de la situation au Sahara Occidental et dans la région ».

Alger a rappelé son ambassadeur à Madrid depuis le mois dernier en réaction à la décision du président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez d’apporter son soutien au plan marocain d’autonomie du Sahara Occidental. Une décision qu’Alger qualifie de « revirement brusque et injustifié ».

Fil d’Algérie, 06/06/2022

#Espagne #Algérie #PedroSanchez #SaharaOccidental #Maroc