Sánchez et le Sahara: de mal en pis-Edito de Libertad dig.-

Espagne, Pedro Sanchez, Sahara Occidental, Maroc, Algérie,

Il est difficile de trouver un dossier sur lequel un gouvernement espagnol ait autant menti en si peu de temps que celui de Pedro Sánchez à la suite de son changement de position embarrassant à l’égard du Sahara occidental , qui a poussé Alger à suspendre le traité d’amitié hispano-Algérien.

Tout d’abord, il a eu l’audace d’affirmer que sa décision d’abandonner l’engagement espagnol traditionnel en faveur du droit à l’autodétermination du peuple sahraoui pour continuer à défendre la souveraineté marocaine sur l’ancien territoire espagnol était conforme aux résolutions des Nations unies et impliquait la résignation du Marocain à ses revendications sur Ceuta et Melilla, deux mensonges facilement démontables. Sánchez a même osé dire qu’il avait auparavant informé l’ Algérie de son changement de position, alors qu’en vérité il ne l’a même pas communiqué à ses partenaires communistes au gouvernement, et encore moins au régime algérien, qui a protesté lorsque la nouvelle a été annoncée. requêtes rendues publiques et appeléesà son ambassadeur à Madrid.

La Moncloa a affirmé que cette affaire n’affecterait pas l’approvisionnement en gaz algérien, ce qui a été démenti dès qu’Alger a assuré qu’elle maintiendrait les prix pour tous ses clients « sauf l’Espagne » et a réduit notre approvisionnement de 25 % .

Sans vergogne, Sánchez est allé à l’extrême en essayant d’ impliquer Felipe VI dans sa dérive pro-marocaine, qui n’avait eu connaissance ni de l’opposition ni de la moitié de son propre gouvernement.

Ce mercredi, Sánchez a perdu une occasion en or de reprendre les bougies et de réaligner sa position sur ce que demandent l’opposition et le reste de son gouvernement, ainsi que sur les résolutions des Nations unies. Au lieu de cela, il a réaffirmé sa soumission au Maroc , ce qui a de nouveau divisé le gouvernement et provoqué à la fois la protestation unanime de l’opposition et la rupture du traité d’amitié hispano-algérien par l’Algérie, notre premier fournisseur de gaz (43 % du le total).

Que Sánchez persiste dans son entêtement, et pour couronner le tout en pleine crise énergétique, est hautement suspect, au point qu’on se demande si derrière cette apparente bêtise ou maladresse il n’y a pas un inavouable secret. La vérité est que l’excuse informelle qui a toujours été donnée pour justifier la servilité envers Rabat–la nécessité de compter sur leur collaboration pour lutter contre l’immigration clandestine du Maroc même–, en plus de représenter l’hypothèse d’un chantage et une reconnaissance tacite de notre incompétence à faire respecter nos frontières, constitue un affront au peuple sahraoui et un danger à nos réseaux d’approvisionnement en énergie. Cela, sans compter que l’Algérie peut aussi jouer la carte de l’immigration clandestine, comme l’a montré la myriade de petites embarcations récemment arrivées aux Baléares depuis ses côtes.

Saura-t-on bientôt si derrière tant de mensonges sanchistas se cache autre chose qu’une simple et irresponsable maladresse ?

Libertad digital, 09/06/2022

#Espagne #PedroSanchez #SaharaOccidental #Maroc #Algérie