Espagne-Algérie: 1ère arrivée de pateras aux Îles Baléares

Espagne, Algérie, Sahara Occidental, Maroc, migration, pateras, Îles Baléares,

Les premières petites embarcations arrivent aux Baléares : inquiétude de la police et de la garde civile face au changement en Algérie

Plus d’une centaine d’Algériens sont arrivés dans de petits bateaux aux îles Baléares dans les dernières heures après la décision de l’Algérie de suspendre le traité d’amitié avec l’Espagne

Les forces et organes de sécurité de l’Etat attendent les conséquences qui pourraient découler de la décision de l’Algérie de suspendre le traité d’amitié avec l’ Espagne . L’Algérie est, avec le Maroc, l’un des partenaires stratégiques du franc sud. Désormais, l’incertitude règne quant aux répercussions sur les deux principaux dossiers sur lesquels elle collabore avec notre pays : le contrôle des flux migratoires et la lutte contre le terrorisme.

Les autorités algériennes ont suspendu ce mercredi le traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération avec l’Espagne, signé le 8 octobre 2002, en raison de sa position « injustifiable » sur le Sahara occidental , comme annoncé par la présidence de la République . Une mesure annoncée par Alger qui a un effet « immédiat ».

Un avenir incertain »

En principe, cette décision a laissé l’Espagne sans le soutien de l’un de ses principaux alliés les plus fiables. Le Maroc est un partenaire plus instable mais l’Algérie a toujours offert une ligne de continuité dans ses actions. Leur collaboration a été essentielle dans le contrôle des flux migratoires et dans les affaires anti-terroristes.

Le Maroc et l’Algérie se sont toujours battus pour être le pays le plus dominant en Afrique du Nord, tandis que l’Espagne a agi comme un équilibre pour égaliser les forces des deux par la diplomatie.

Le contrôle des traversées du Sahel a été l’un des points sur lesquels le plus de travail a été fait. L’abandon des fonctions dans ce domaine peut conduire à une augmentation des bateaux et des immigrants qui tentent d’accéder à l’Espagne , selon des sources policières a déclaré Vozpópuli . « Nous avons un avenir incertain devant nous », disent-ils.

Pateras à Majorque et Formentera

Depuis plusieurs semaines, on observe une légère augmentation des bateaux détectés qui ont pu atteindre les côtes espagnoles, mais de manière isolée vers des zones comme Almería ou la côte de Levante. « Maintenant, s’ils changent de politique, ils pourraient venir de manière excessive », préviennent ces sources. Ces mêmes sources regrettent que ce changement puisse conduire à la création de nouvelles routes migratoires profitant de la situation actuelle.

Comme Vozpópuli a pu l’apprendre , au cours des dernières heures, plus d’une centaine d’immigrants sont arrivés dans notre pays dans de petits bateaux. Jusqu’à Majorque, 86 migrants ont débarqué dans cinq bateaux. La plupart des Algériens. Dans le même ordre d’idées, 27 Algériens ont touché terre à Formentera.

Autre facteur à ne pas négliger dans ces relations diplomatiques, les 15 000 millions de mètres cubes de gaz par an que l’Algérie vend à l’Espagne. Ce chiffre représente près de la moitié du total de ce produit consommé dans notre pays.

Opérations anti-terroristes

L’un des points clés de la relation entre l’Algérie et l’Espagne est le contrôle en matière anti-terroriste. Depuis plus d’une décennie, les forces de sécurité des deux pays travaillent ensemble pour relier les informations sur ces questions. Beaucoup de ces opérations sont menées dans notre pays grâce aux enquêtes qui commencent sur le continent africain. Il y a aussi un flux de confiance entre les deux parties.

La vérité est que ces derniers mois, les démarches du gouvernement de Pedro Sánchez ont provoqué la colère de l’Algérie et du Maroc. La venue en Espagne du secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, pour y recevoir des soins médicaux était un clin d’œil aux exigences algériennes.

Cette décision a été un revers pour les partenaires marocains qui ont accusé l’Espagne d’avoir « la volonté de créer des problèmes ». Tout cela dans des relations qui ont toujours été marquées par la tension. Dans un tournant historique de la position espagnole, Sánchez a signé une nouvelle « feuille de route » avec le roi Mohamed VI sur le plan d’autonomie du Sahara occidental.

Juste avant le sommet de l’OTAN

Cette décision a été la dernière goutte pour la patience de l’Algérie. Le gouvernement de Pedro Sánchez a regretté la décision algérienne mais a réaffirmé son « plein engagement » sur le contenu du pacte, notamment en ce qui concerne le respect des principes de la Charte des Nations unies et du droit international.

Toutes ces incertitudes interviennent à un moment « clé » du fait du sommet de l’Otan qui se tient à Madrid. Le grand engagement de l’Espagne était de défendre ses intérêts à la frontière du sud de l’Europe, précisément sur les questions liées au terrorisme et aux flux migratoires . Désormais, ils vont trouver cette initiative plus difficile avec le rejet d’un de leurs principaux partenaires en la matière.

Voz populi, 09/06/2022

#Espagne #SaharaOccidental #Algérie #PedroSanchez #Maroc #Migration #Pateras