Le Maroc achètera du GNL directement à l’Espagne

Maroc, Espagne, Algérie, gaz, GNL, OTAN, Etats-Unis, Europe,

Le gouvernement du Maroc, après avoir longuement pesé, a décidé d’entamer les procédures pour utiliser l’Espagne comme intermédiaire afin de garantir l’approvisionnement en gaz naturel. Le pays africain n’a pas pu accéder au gaz algérien depuis octobre dernier et depuis lors, il a étudié la meilleure façon de se procurer le précieux hydrocarbure, qu’il doit maintenant acquérir sur les marchés internationaux et, pour ce faire, il créera une société commerciale dans notre pays.

Il créera une société de commercialisation en Espagne
Concrètement, des sources du secteur énergétique assurent à Merca2 que l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) du Maroc a contacté les autorités espagnoles pour créer une société enregistrée comme commercialisateur de gaz en Espagne. Sa mission sera d’acheter du gaz naturel liquéfié (GNL), de l’amener dans des méthaniers, de le traiter dans l’une des usines de regazéification dont dispose notre pays et de l’envoyer au Maroc par le gazoduc GME, qui fonctionnera en sens inverse.


 » L’ONEE n’était pas très clair sur la question de savoir s’il devait créer un nouveau commercialisateur en Espagne ou signer un accord avec une entreprise existante, mais il a finalement décidé de lancer le processus pour être autosuffisant et ne pas dépendre de tiers « .

La menace du gouvernement algérien envers l’Espagne semble avoir pesé sur cette décision », indiquent les sources consultées. Depuis que l’Espagne et le Maroc ont entamé des négociations pour rouvrir le gazoduc GME dans le sens inverse, l’Algérie a exprimé son opposition car elle craignait que le gaz qu’elle livre à notre pays par le biais de Medgaz (et qui atteint la côte d’Almería) ne finisse entre les mains du régime de Mohamed VI. Surtout après la fuite d’un courriel de la 3e vice-présidente du gouvernement espagnol et ministre de la Transition écologique, Teresa Ribera, dans lequel elle prévoyait la réouverture du gazoduc maghrébin dans le sens inverse (nord-sud).

La ligne rouge imposée par l’Algérie était accompagnée d’une menace : couper l’approvisionnement par Medgaz si l’Espagne n’était pas en mesure de certifier que chaque mètre cube envoyé à son voisin du sud provenait d’autres pays. Depuis lors, Ribera a profité de toutes les interventions publiques pour s’assurer que  » pas une seule molécule du gaz qui arrive au Maroc ne peut être attribuée au gaz algérien « .

« La stratégie de Ribera – suivie de près par le Premier ministre, qui ne fait pas confiance à son propre ministre – a été de mettre l’infrastructure espagnole à la disposition du Maroc  » en termes commerciaux « , à la  » condition indispensable  » que ce soit le Maroc qui achète le GNL. « L’origine de ce gaz et le lieu où il est déchargé seront transparents et publics afin que nous puissions être sûrs que le volume, l’origine et la destination sont conformes à l’engagement pris envers l’Algérie « , a déclaré M. Ribera en avril dernier au siège du Parlement.

Acheter du GNL et le traiter dans des usines espagnoles

Voilà qui est dit et fait. Si, au départ, l’idée était que les techniciens d’Enagás certifient que le gaz qui circulerait dans les infrastructures du Maghreb ne provenait pas d’Algérie, finalement, le ministère marocain de l’Énergie, des Mines et du Développement durable a jugé plus opportun qu’une entreprise de votre pays, dépendant de l’ONEE, entame les procédures pour s’inscrire comme commercialisateur en Espagne et ainsi acheter directement du GNL en utilisant les infrastructures de regazéification de notre pays. Ce feuilleton, favorisé en grande partie par le changement de position du gouvernement espagnol concernant le Sahara occidental, se déroule à un moment où l’Algérie a décidé de renforcer son alliance avec l’Italie, qui deviendra son principal client.

L’accord entre l’Italie et l’Algérie

L’accord conclu entre le président algérien AbdelmadjidTebboune et le PM italien Mario Draghi servira à envoyer une partie du gaz du champ de HassiR’Mel vers l’Europe centrale l’hiver prochain, laissant l’Espagne en arrière-plan. Pour cette raison, comme l’a avancé en exclusivité Merca2, Blackrock et le reste des sociétés qui gèrent le gazoduc Medgaz ont décidé de mettre dans un tiroir le projet d’expansion qui envisageait la construction d’un second tube sur le fond marin pour atteindre les côtes espagnoles. Le rapprochement avec le Maroc ne fait pas seulement partie de la stratégie du cabinet de Pedro Sánchez, mais est également partagé par le principal parti d’opposition. Il y a quelques jours, le SG du Parti Populaire (PP), Alberto Núñez-Feijoo, a déclaré au PM marocain Aziz Akhannouch, que son parti politique  » renforcera ses engagements et ses liens de voisinage, de réciprocité, d’honnêteté et de loyauté  » avec le Maroc.

Ce n’est pas pour rien que la stratégie espagnole vis-à-vis du Maroc est marquée par le réseau d’alliances de l’OTAN et que les deux grands partis espagnols ont serré les rangs en obéissant aux ordres qui viennent de Washington. Des sources du renseignement espagnol assurent à ce journal que Sánchez et Feijoo ont reçu la promesse que notre pays jouera un rôle très important dans la création d’un hub énergétique dans le sud de l’Europe qui favorise le développement des énergies renouvelables au Maroc. Un objectif derrière lequel se cache un élément bien plus important : la nécessité pour les États-Unis de resserrer les rangs en Afrique du Nord face au nouveau scénario international qui s’ouvre avec la guerre en Ukraine.

La Maison Blanche fait pression sur l’Europe

Précisément après l’intervention militaire russe, la Maison Blanche a commencé à faire pression sur les autorités européennes pour qu’elles profitent de la situation et renforcent le rôle du Maroc, qui, bien que n’appartenant pas à l’OTAN, est un pays que les États-Unis considèrent comme vital pour réduire l’influence de la Chine sur le continent africain. C’est pourquoi l’administration Biden a invité le pays en mai dernier à un sommet sur la base allemande de Ramstein, auquel ont également participé d’autres pays qui ne font pas partie de l’alliance atlantique.

« L’objectif principal du département d’État américain est d’éviter que l’éternelle confrontation entre l’Algérie et le Maroc ne fasse exploser les intérêts dans la région et pour cela, il a fait comprendre aux deux pays qu’ils sont condamnés à se comprendre. L’Espagne et l’Italie sont chargées de lubrifier cette relation et la guerre en Ukraine est l’occasion de le faire. Le continent oublié est une grande source de ressources naturelles qui sont aujourd’hui plus importantes que jamais », soulignent des sources militaires.

Le sommet de l’OTAN à Madrid

Avec tous ces éléments sur la table, le sommet de l’OTAN se tiendra à Madrid à la fin du mois de juin, une réunion à laquelle participera également le Maroc, et dont le PM espagnol espère qu’elle servira à  » donner un message fort à la partie sud de l’Alliance  » à travers le nouveau  » concept de sécurité  » qui sortira de cette réunion. Sánchez a fait référence à cette question lors de sa récente participation au Forum de Davos, que certains ont déjà surnommé le  » concept stratégique de Madrid  » et qui consistera à utiliser l’immigration, la question énergétique et le terrorisme islamiste pour renforcer le rôle de l’OTAN dans la région.

Le gros caillou dans la chaussure que le gouvernement a dans sa relation avec le Maroc est la souveraineté de Ceuta et Melilla, à laquelle le régime de Mohamed VI n’a pas renoncé. Les sources de renseignement consultées assurent qu’après l’été, le Maroc reprendra son offensive pour récupérer ces villes, même si le gouvernement espagnol a déclaré en avril dernier que le virage concernant le Sahara occidental réduirait la tension avec le voisin du sud dans cette affaire. Pour l’instant, la vérité est que les douanes commerciales attendues sont toujours fermées, et cette semaine Sánchez apparaîtra à la Chambre Basse pour expliquer la nouvelle relation établie avec le Maroc depuis qu’en mars dernier il a envoyé la fameuse lettre à Mohamed VI.

Merca2, 07/06/2022

#Maroc #Espagne #GNL #Algérie #OTAN #Europe #Gaz