Le blé, l’autre insécurité!

Blé, céréales, Ukraine, Russie, Afrique,

Les premières perspectives concernant la production céréalière mondiale en 2022 indiquent une baisse probable, la première en quatre ans, avec un niveau s’établissant à 2,784 milliards de tonnes, soit 16 millions de tonnes de moins que le chiffre record estimé pour 2021, selon le dernier Bulletin de la FAO sur l’offre et la demande de céréales, également publié hier. La production de maïs accuse le plus fort recul, suivie de celle du blé et du riz, tandis que les volumes de production d’orge et de sorgho devraient être en progression. Les projections reposent sur l’état des cultures déjà en terre et les semis prévus. Les prix mondiaux des denrées alimentaires de base ont accusé une baisse modeste en mai pour le deuxième mois consécutif, bien que les prix du blé et de la volaille aient augmenté, a fait savoir, samedi, le FAO. Une situation de crise qui s’est largement aggravée à cause de la guerre en Ukraine, un des grands fournisseurs en blé et céréales. Déjà, cette crise se fait ressentir plus spécialement sur l’Afrique.

Alors que la guerre en Ukraine fait peser un risque de famine sur le continent, le président de l’Union africaine, le chef d’Etat sénégalais, Macky Sall, s’est dit «rassuré» après sa rencontre, vendredi, avec le président russe. Le président sénégalais a ramené, de sa rencontre avec Vladimir Poutine, un lot de promesses. Macky Sall, président en exercice de l’Union africaine, s’est rendu, vendredi 3 juin, à Sotchi, station balnéaire des rives de la Mer Noire, soumise en partie au blocus belliqueux de la marine russe, pour demander à Vladimir Poutine «de prendre conscience que les pays (africains) sont des victimes de cette crise au plan économique».

Ankara a offert son aide, à la demande des Nations unies, pour sécuriser des corridors marins permettant d’exporter les céréales ukrainiennes. Le ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Lavrov, doit venir en Turquie, mercredi, pour en discuter. Kiev exportait chaque mois 12% du blé mondial, 15% du maïs et 50% de l’huile de tournesol, d’après «Le Monde».

Le conflit bloque les exportations dans les silos en raison du blocus des ports ukrainiens par la marine russe et des mines en Mer Noire. Alors que le Monde salue cette initiative, L’ambassadeur d’Ukraine à Ankara a accusé vendredi la Russie de «voler» et d’exporter des céréales ukrainiennes notamment vers la Turquie. «La Russie vole sans vergogne les céréales d’Ukraine et les exporte depuis la Crimée à l’étranger, notamment vers la Turquie», a dénoncé Vasyl Bodnar dans un message sur Twitter. «Nous avons demandé l’aide de la Turquie pour résoudre le problème», ajoute-t-il.

B. Nadir

Le Carrefour d’Algérie, 06/06/2022

#Ukraine #Russie #Blé #Céréales