Naturgy: Rien à craindre concernant le gaz provenant d’Algérie

Espagne, Algérie, gaz, Sonatrach, Naturgy, Medgaz, Maroc, Sahara Occidental,

Reynés (Naturgy) : « Le contrat gazier avec l’Algérie n’est pas en danger ni risque de l’être »
Le président de Naturgy estime que les interconnexions ne résoudront pas le problème à court terme

Le président de Naturgy , Francisco Reynés , a assuré que le contrat gazier avec l’Algérie n’est ni en danger ni suspect et que la position du gouvernement algérien sur le problème marocain ne doit pas affecter, ni n’affecte, l’approvisionnement en gaz de Algérie.

Dans une interview publiée ce dimanche dans La Vanguardia, Reynés a tenu à rassurer sur le rôle de l’Algérie en tant que principal fournisseur de gaz de l’Espagne et a rappelé que le contrat avec la société algérienne Sonatrach, son principal fournisseur de gaz, est « jusqu’en 2032 et avec la volonté du pièces à renouveler ».

Reynés a également averti que « le monde est condamné à une hausse des prix du gaz dans les années à venir, ce qui » n’est bon pour personne « .

Selon Reynés, les interconnexions nécessitent « une coordination et de gros investissements » et il y a beaucoup de projets arrêtés parce que les territoires par lesquels ils doivent passer ne s’accordent pas ou posent beaucoup de conditions, pour lesquelles il estime qu’à court terme, les interconnexions ne sont pas va résoudre un problème partie importante du problème.

Le Midcat est compliqué

En ce sens, il a assuré que la liaison Midcat, qui relierait l’Espagne à la France, pourra techniquement être construite en trois ans, mais elle traverse 50 communes de la province de Gérone. « L’obtention des autorisations est compliquée. Et puis il y a le côté français », a-t-il souligné.

Dans le contexte où nous nous trouvons, Reynés considère qu’une politique énergétique commune est nécessaire dans l’Union européenne.

Il a également assuré que la connexion avec le gaz nigérian est un projet à long terme, un minimum de 20 ans.

Concernant le mécanisme du gouvernement pour plafonner le prix du gaz et réduire la facture d’électricité, Reynés a déclaré que le prix baissera en raison de l’énergie, mais il devra y avoir une charge pour tout le monde où le coût réel du gaz est compensé. « Mais le net de l’ensemble de la facture va baisser, nous l’estimons à environ 15% », a-t-il précisé.

Reynés a assuré que le projet Gemini de diviser Naturgy en deux sociétés ne s’est pas arrêté et qu’ils continuent à y travailler.

El periódico de la energía, 06/06/2022

#Algérie #Espagne #Maroc #Gaz #SaharaOccidental #Medgaz #Sonatrach #Naturgy