Maroc : Cannabis et alcool contre la crise financière

Maroc, Cannabis, alcool, crise financière, économie,

Le Maroc vient de légaliser la vente de cannabis et dirige vers la légalisation de la vente et la consommation d’alcool.
L’agence nationale marocaine de réglementation supervisant l’usage du cannabis à usage médical s’est réunie pour la première fois jeudi dans l’une des dernières étapes avant la légalisation chez le premier producteur mondial de résine de cannabis.
La nation nord-africaine a adopté une loi en 2021 autorisant provisoirement les utilisations légales du cannabis à des fins médicales, cosmétiques et industrielles, et a chargé une agence nationale de superviser le processus.
Présidée par le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit, l’« Agence nationale de régulation des activités cannabiques » a approuvé son organigramme et son budget pour l’année 2022.
L’agence sera chargée de contrôler toutes les étapes de la chaîne de production, de l’importation des graines à la commercialisation des produits à base de cannabis.
D’autre part, intervenant lors d’un séminaire organisé, le 31 mai, par la Fondation Lafquih Tetouani, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a dénoncé les contradictions existantes dans la pénalisation de certains délits comme la consommation de boissons alcoolisées: «Il est aberrant d’interdire au Marocain de boire de l’alcool tout en lui demandant de payer la taxe sur sa consommation».

Deux initiatives visant à apporter à l’économie marocaine un peu d’oxygène après une forte crise générée par deux ans de pandémie et les conséquences du conflit russo-ukrainien. RFI dresse un tableau très peu reluisant des finances marocaines dont voici le texte intégral:

Une sécheresse dévastatrice et de mauvaises récoltes ainsi que des hausses de prix alimentées par la guerre en Ukraine menacent la fragile reprise économique du Maroc et exposent des faiblesses structurelles, selon des experts.

Le royaume nord-africain avait rebondi l’année dernière après une forte récession en 2020 en raison de la pandémie de coronavirus, et le gouvernement du magnat du gaz Aziz Akhannouch avait prévu une croissance cette année supérieure à 3 %.

Mais depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, il a été contraint de réduire ce chiffre à 1,7 % au maximum, déclarant au Parlement que « les événements extérieurs soudains et le changement climatique » étaient à blâmer.

Le Fonds monétaire international a prévu une croissance encore plus faible de 1,1 %.

Le Maroc a injecté des ressources dans la diversification de son secteur manufacturier, notamment en attirant des géants de l’automobile comme Renault.

Mais ces efforts « n’ont pas changé la structure de l’économie ».

Telle est la conclusion d’un rapport de 2021 d’une commission sur le « Nouveau modèle de développement » (NMD), une stratégie annoncée l’année dernière qui définit des plans ambitieux, notamment la réduction de l’écart de richesse du Maroc et le doublement de la production économique par habitant d’ici 2035.

Le Maroc dépend fortement de l’agriculture, un secteur qui représente 14% du produit intérieur brut et environ un tiers de tous les emplois.

Mais les agriculteurs sont en première ligne du changement climatique et ont été durement touchés ces derniers mois avec des précipitations en baisse de plus d’un tiers par rapport à la moyenne à long terme.

Cela a eu un impact direct sur les récoltes, et le ministère de l’Agriculture s’attend désormais à une récolte céréalière inférieure de deux tiers à celle de l’an dernier.

Malgré une hausse des exportations de fruits et légumes, le secteur dans son ensemble devrait reculer de 14 % cette année.

Cela va « directement toucher les emplois et le niveau de consommation, en particulier dans les zones rurales », a déclaré l’économiste Abderrahim Hendouf.

La dépendance excessive à l’égard de l’agriculture, en particulier pour l’emploi, rend l’économie marocaine plus vulnérable, a-t-il déclaré.

Profiteurs, oligopoles

Mais la sécheresse n’est pas la seule vulnérabilité du pays.

La guerre en Ukraine a fait monter en flèche les prix des céréales et de l’énergie à l’échelle mondiale, poussant les prix du carburant au Maroc à des niveaux record.

De nombreux Marocains ont également pointé du doigt les spéculateurs et les distributeurs de carburant, les accusant de profiter de la crise.

En avril, alors que les musulmans marquaient le mois sacré du Ramadan, l’inflation à la consommation a atteint 5,9 % sur une base annualisée.

« La situation a frappé le pouvoir d’achat des Marocains et risque d’alimenter la colère sociale », a déclaré Rachid Aourraz, chercheur à l’Institut marocain d’analyse des politiques.

Le gouvernement d’Akhannouch a annoncé un plan d’aide d’un milliard d’euros pour aider les agriculteurs, ainsi que pour lutter contre l’inflation.

Aourraz prédit que « les conséquences de cette crise pourraient être moins graves que la dernière fois, grâce à des développements positifs dans d’autres secteurs comme les services et l’industrie ».

Depuis le début de l’année, le gouvernement a doublé les subventions au carburant et à la farine et a offert une aide financière directe aux travailleurs des transports qui avaient organisé une grève d’une semaine contre la hausse écrasante des coûts.

Akhannouch s’est également engagé à stimuler les investissements de l’État pour créer des emplois.

Mais même avant l’impasse actuelle, le Maroc avait connu une décennie de ralentissement de la croissance ainsi que des inégalités sociales et régionales béantes, le cinquième le plus riche détenant la moitié de la richesse du pays.

Le royaume espère dépasser les 6 % de croissance d’ici 2035, en partie en amenant le vaste secteur informel dans l’économie formelle et en soutenant l’industrie.

Mais ce dernier aura besoin d’un coup de pouce majeur dans l’investissement privé.

La commission pour le NMD affirme que cela nécessitera également des changements majeurs dans l’environnement des affaires, actuellement entravé par « des oligopoles et des pratiques anticoncurrentielles ».

Karim Tazi, l’un des auteurs du rapport, pointe le secteur bancaire, dominé par trois opérateurs principaux, et le secteur de l’énergie comme particulièrement peu compétitifs.

De telles pratiques « suffisent à détruire la croissance de toute économie », a-t-il déclaré.

#Maroc #Economie #Cannabis #Alcool #Légalisation