La Chine bouleverse l’équation de l’influence en Algérie

Algérie, Chine, France, La Ceinture et la Route, route de la soie africaine,

La Chine a arraché à la France le premier exportateur vers l’Algérie, qu’elle avait monopolisée pendant des décennies.
L’ascension de la Chine au premier rang des partenaires commerciaux de l’Algérie, dépassant la France, a coïncidé avec le lancement en septembre 2013 de l’initiative « la Ceinture et la Route », à laquelle l’Algérie a annoncé son adhésion en 2014, mais l’adhésion officielle n’a eu lieu qu’en 2019.

En 2012, la France était le premier exportateur de marchandises vers l’Algérie, tandis que les États-Unis acquéraient le titre de son premier client grâce à ses importations de gaz liquéfié, mais en 2013 la Chine a renversé l’équation.

La Chine a arraché la tête des exportateurs vers l’Algérie à la France qui l’avait monopolisée pendant des décennies, et Pékin est devenu le premier partenaire commercial de l’Algérie, qui cherche à diversifier ses partenaires commerciaux et à se débarrasser définitivement de la dépendance économique française.
Alors que l’exploitation du gaz de schiste par les États-Unis a conduit à la suspension de l’importation de gaz liquéfié d’Algérie et à l’érosion de son rôle de premier partenaire commercial, les échanges commerciaux entre eux étant passés d’environ 19,5 milliards de dollars en 2007 à 2,6 milliards en 2021.

D’autre part, la Chine a profité des dommages causés aux économies européenne et américaine par la crise financière mondiale de 2008 pour renforcer son partenariat commercial avec l’Algérie, considérée comme un marché monopolistique pour les Européens, dirigés par les Français.

En 2019, les échanges commerciaux sino-algériens se sont élevés à 8 milliards de dollars, dont près de 7 milliards d’exportations chinoises, ce qui a fait craindre aux partenaires européens de l’Algérie une diminution de leur influence, malgré les privilèges douaniers qu’ils ont obtenus grâce à l’accord de partenariat.

Coopération diplomatique et de sécurité « historique »

Ce n’est pas seulement la coopération commerciale qui a poussé la Chine à établir un « partenariat stratégique global » avec l’Algérie, qui est le seul partenariat de ce type au Maghreb, mais aussi la confiance politique et la coopération sécuritaire et militaire.

La Chine a été le premier pays non arabe à reconnaître le gouvernement intérimaire algérien en 1958, avant même l’indépendance du pays en 1962, et lui a fourni des armes pendant la révolution de libération, et après l’indépendance, elle a aidé les pays coloniaux à se libérer, dans le sens de la Palestine et des pays d’Afrique et d’Amérique latine.

L’Algérie a joué un rôle de premier plan en aidant la Chine populaire à retrouver son siège à l’ONU en 1971, une position que Pékin a saluée à plusieurs reprises.

La coordination diplomatique et la coopération économique ont ouvert la voie à un partenariat sécuritaire et militaire entre les deux pays, notamment avec le développement des industries militaires chinoises ces dernières années, à un moment où l’Algérie alloue le plus gros budget de défense en Afrique à environ 9,6 milliards de dollars.

Ces dernières années, l’Algérie a acquis plusieurs armes chinoises, dont le premier navire-école de guerre, des croiseurs, des drones, des systèmes de guerre électronique, de l’artillerie automotrice et des missiles anti-aériens et antinavires.

En plus de la coopération spatiale, l’Algérie a lancé un satellite en 2017, depuis une base en Chine, et Pékin a aidé l’Algérie à construire un réacteur nucléaire de recherche pour la production de radios pharmaceutiques, qui est entré en service en 1993.

Route de la soie africaine

Si l’Algérie n’est pas située sur l’historique route de la soie entre la Chine et l’Europe, elle représente un point focal dans l’initiative « Belt and Road » car elle est située dans une zone reliant l’Europe et l’Afrique.

À cet égard, la Chine a stimulé ses investissements en Algérie, passant du secteur de la sous-traitance et des projets immobiliers, des travaux publics et des infrastructures à l’investissement dans les secteurs minier et manufacturier.

Les entreprises chinoises ont réalisé plusieurs grands projets en Algérie, tels que la Grande Mosquée (plus de 1,5 milliard de dollars), des milliers de logements, de grandes parties de l’autoroute Est-Ouest (plus de 11 milliards de dollars), l’Opéra et le agrandissement de l’aéroport.

Cependant, avec l’adhésion officielle de l’Algérie à l’initiative « Belt and Road » en 2019, le partenariat avec Pékin est entré dans une nouvelle étape en acceptant que des entreprises chinoises réalisent un projet pour le plus grand port africain du bassin méditerranéen d’un coût de 6 milliards de dollars, avec un financement conjoint. , qui briserait l’isolement des pays africains enclavés comme le Mali, le Niger, le Tchad et le Burkina Faso.

Ce port sera relié à la route transsaharienne, qui comprend la Tunisie, le Mali, le Niger et le Tchad en plus de l’Algérie, et atteint le Nigeria, et sera rattaché à une ligne de fibre optique. Le projet de gazoduc nigérian suivra le même tracé jusqu’à il atteint le réseau de gazoducs algérien vers l’Europe.

Une société chinoise devait exploiter le port d’Al-Hamdania après son achèvement, mais le président algérien Abdelmadjid Tebboune a ordonné à son gouvernement de réexaminer le projet avec le partenaire chinois « selon des règles transparentes » reposant sur les règles du marché.

Le port d’Al-Hamdania devrait se transformer en une perle de la chaîne chinoise de transport de bout en bout répartie dans différentes mers du monde sur la route maritime de l’Initiative « la Ceinture et la Route », ce qui accélérera l’arrivée des marchandises chinoises sur les marchés africains et européens.

Phosphate et fer

Les secteurs minier et manufacturier font partie des domaines modernes dans lesquels la Chine investit des milliards de dollars en Algérie, qui en possède d’importantes réserves mal exploitées.

Dans l’Est algérien, les deux pays ont signé en mars dernier un accord d’investissement de 7 milliards de dollars pour produire 5,4 millions de tonnes d’engrais agricoles dont le phosphate brut sera extrait et transformé en engrais agricoles.

Trois sociétés chinoises ont également acquis un projet d’extraction de minerai de fer de la mine de Ghar-Jbeilat (sud-ouest) en partenariat avec l’Algérie, qui est la plus grande mine de fer d’Afrique, avec une réserve estimée à 3 milliards de tonnes, et un investissement initial de deux milliards de dollars.

Plusieurs projets l’accompagnant seront mis en place, comme le raccordement d’une voie ferrée pour l’acheminer vers les ports d’exportation du nord, et sa transformation en acier.

Ces projets feront de Pékin le plus grand partenaire d’investissement de l’Algérie dans le secteur minier, ce qui représente environ 10 milliards de dollars d’investissements chinois depuis 2010.

Le succès de ces investissements ferait de la Chine non seulement le premier partenaire commercial de l’Algérie, mais aussi son premier investisseur.

L’Algérie ne semble pas préoccupée par les avertissements américains et occidentaux de son dumping de la dette chinoise, car elle adopte le principe du partenariat selon la règle des 51 % pour l’Algérie et 49 % pour le partenaire étranger, et ses réserves de change lui permettent de couvrir ces investissements sans recourir à de lourds emprunts.

L’Algérie dispose d’environ 44,7 milliards de dollars de réserves de liquidités, qui devraient rebondir avec la hausse des prix du pétrole et du gaz à des niveaux record, en plus de posséder des réserves d’or estimées à 173,6 tonnes (les troisièmes du monde arabe), tandis que ses dettes extérieures sont quasi inexistantes.

Tarek Benaldjia

#Algérie #France #Chine #Route_soie