Algérie. Le grand ménage au FLN

Algérie, FLN, partis politiques, Abou El Fadl Baadji,

Apparemment, les grandes manoeuvres ont commencé au parti du FLN. En perspective de la tenue du prochain congrès, les luttes intestines ont en effet repris de plus belle. Abou El Fadl Baadji, le secrétaire général du parti, veut sans aucun doute d’ores et déjà baliser le terrain dans l’espoir de conforter sa mainmise et de prendre de l’avance sur ses concurrents dans la course qui se dessine.

Pour ce faire, Baadji veut sévir contre tous ses détracteurs, soit en les réduisant au silence ou carrément en les éliminant des structures du parti. Il a ainsi actionné la commission de discipline. Cette derrière, très discrète et effacé en général, a été en effet destinataire de nombreux dossiers de cadres et de militants réfractaires à la ligne politique qu’impose le secrétaire général et ses alliés au parti. Des députés et sénateurs font partie de ceux qui sont dans la ligne de mire de Baadji, par la commission de discipline interposée. Il est ainsi question d’une vingtaine de cadres à qui ont été adressées des convocations à l’effet de comparaître devant cette commission statutaire du parti. La plupart, pour ne pas dire tous, font partie notamment du comité central, la plus haute instance entre deux congrès. Ces derniers accusent d’ailleurs le secrétaire général d’instrumentaliser la commission de discipline juste pour les écarter de la préparation des travaux du prochain congrès. D’ailleurs ils lui reprochent aussi de les avoir totalement écartés de la commission de préparation de ce conclave. Une commission de préparation qui a été, pour rappel, instituée il y a une quinzaine de jours.

Lors de cet événement Abou El Fadl Baadji a d’ailleurs récusé toutes les accusations de ses adversaires selon lesquelles il les avait écartés de cette commission alors qu’ils jouissaient du statut de membre du comité central. Selon lui en effet tous les membres du comité central sont de fait membres de la commission de préparation du congrès et ce, conformément aux statuts et au règlement intérieur du parti. Il a tenu à préciser qu’ils ont justement enfreint les règles du parti. Il s’agit, selon lui, de tous ceux qui se sont présentés sur des listes rivales et indépendantes lors des élections législatives, locales et sénatoriales qui se sont déroulées ces derniers temps. Baadji a aussi fait savoir que ladite commission « aura une grande responsabilité en termes de bonne préparation du prochain congrès qui sera fédérateur et décisif ».

Ce congrès « est à même de tracer la feuille de route du parti pour la période à venir », a-t-il ajouté. Il est resté évasif sur la date de la tenue de ce 11e congrès en soutenant que cela « relevait des prérogatives du comité central ». En somme, c’est au comité central de fixer la date du congrès qui pourrait avoir lieu, selon certains observateurs, avant la fin de l’année en cours. En tout cas d’ici là Baadji, si tout fonctionne comme prévu, aura déjà fait le vide en écartant tous les opposants. Mais même avec cela il n’est pas sûr, estiment des analystes, de se maintenir à son poste le choix du secrétaire général du FLN obéit à d’autres considérations.

Par : KAMAL HAMED

Le Midi libre, 06/06/2022