Espagne : Feijoo Nuñez envoie un autre message au Maroc

Sahara Occidental, Maroc, Espagne, Pedro Sanchez, Feijoo Nuñez,

72 h après avoir refroidi Akhannouch : Feijoo Nuñez envoie un autre message à Rabat

Akhannouch vient d’en recevoir une nouvelle preuve. Feijoo Nuñez n’est pas Sanchez et le PP n’est pas le PSOE. Le Maroc ne peut pas espérer les rallier à ses thèses sur le Sahara Occidental.

Feijoo Nuñez maintient le cap. 72 heures après avoir opposé une fin de non recevoir au Premier ministre marocain, Aziz Akhannouch, dépêché à Rotterdam par le Makhzen, pour tenter de le rallier aux thèses du Maroc sur le Sahara Occidental, le président du Parti Populaire espagnol et candidat en puissance à la succession de Sanchez a envoyé un signal fort à Rabat : avec lui, M6 et son régime n’auront droit à aucune largesse. En effet, le PP vient de porter plainte contre la pisciculture lancée par Rabat dans les eaux de l’archipel espagnol des Chafarinas, à 45 kilomètres de Melilla.

C’est par le biais de Fernando Gutiérrez Diaz de Otazu, député de Melilla et porte-parole du parti à la Commission de défense du Congrès des députés, que le PP a déposé vendredi une plainte pour crime contre les ressources naturelles et l’environnement devant le procureur du tribunal de coordination environnement du Bureau du procureur général de l’État. Une initiative forcément autorisée par le chef du parti, explique le journal espagnol El Confidencial qui rapporte l’information.

Tout au long de ses 14 pages, la plainte insiste surtout sur « le danger manifeste que fait peser la pisciculture sur l’environnement », car l’exploitation entraîne des rejets qui déstabilisent l’écosystème marin ». Les biologistes qui ont travaillé dans la région ont déjà alerté sur ce risque. Las Chafarinas bénéficie d’une protection spéciale qui en fait une zone spéciale de conservation et un site d’importance communautaire de la région biogéographique méditerranéenne du réseau Natura 2000 et également une zone de protection spéciale pour les oiseaux. Au-delà de la question environnementale, la plainte a une portée politique évidente.

Sur le plan interne, le PP tente de faire pression sur le gouvernement pour qu’il démantèle une fois pour toutes cette installation qui a commencé à être placée il y a un an et qui s’est achevée au début de l’automne dernier. Le Parti populaire s’attaquera à la passivité de l’exécutif dans cette affaire lors de la comparution de Pedro Sanchez, le 8 juin au Congrès, dans laquelle il expliquera la nouvelle relation avec le Maroc après le soutien qu’il a apporté en mars dernier au plan d’autonomie du Maroc pour le Sahara occidental.

Sur un autre plan, le PP réaffirme sa position vis-à-vis du Maroc qui redoute plus que tout de voir Nuñez Feijoo accéder à la Moncloa. Dans une tentative désespérée, Rabat avait envoyé son Premier ministre, Aziz Akhannouch, à Rotterdam, où le PP tenait son congrès européen, pour rencontrer et retourner le favori à la succession de Sanchez.

La réponse de Nuñez Feijoo a été cinglante : «Même si je suis élu, ma position sur le Sahara Occidental ne changera pas».

Sadek H.

L’Algérie aujourd’hui, 5 juin 2022

#Maroc #Espagne #FeijooNunez #PedroSanchez #SaharaOccidental