Guerre digitale en Ukraine

Ukraine, Russie, cyberguerre, guerre numérique, Chine, OTAN,

L’Ukraine est la première guerre viralisée, avec un nombre sans précédent d’acteurs en ligne prenant part à la confrontation. Les grandes plateformes technologiques sont également devenues des instruments du conflit : collecte et partage de données avec les gouvernements, contrôle de l’information, participation à des boycotts internationaux, suppression de comptes de médias sociaux, ou encore instruments de mobilisation et d’émotion. L’Ukraine pourrait devenir le premier front de guerre où les deux grandes tendances mondiales de la numérisation et de leurs plateformes mesurent leurs forces : le techno-autoritarisme de la Russie et de la Chine, et le modèle américain de la Silicon Valley.

Si les cartes sont toujours essentielles dans tout conflit, dans la guerre ukrainienne, c’est toute une bataille d’images et de (fausses) informations qui se joue sur les réseaux sociaux. Un nombre sans précédent d’acteurs en ligne prennent part à cette confrontation asymétrique, qu’il s’agisse de volontaires Anonymus, de traqueurs numériques, d’équipes de cyberdéfense de l’OTAN ou de la toute nouvelle équipe d’intervention rapide de l’Union européenne, dirigée par la Lituanie. Les grandes plateformes technologiques – quelle que soit leur origine, de la Silicon Valley à la Russie ou à la Chine – sont devenues des instruments de conflit : collecte et partage de données avec les gouvernements, piratage de sites web ou contrôle de l’information, adhésion à des boycotts internationaux, suppression de comptes de médias sociaux ou utilisation comme instruments de mobilisation et d’émotion. Mais, surtout, la guerre d’Ukraine est la première guerre viralisée ; diffusée en temps réel à partir de fragments d’images qui, en quelques secondes, tentent de refléter les menaces, les peurs, l’héroïsme et la dévastation.

Pendant les premières semaines, le Washington Post a pu suivre le mouvement des troupes russes en Ukraine en utilisant uniquement des vidéos téléchargées sur TikTok par des utilisateurs qui partageaient des images de chars et de soldats de manière de plus en plus virale, au point que le New Yorker a surnommé l’invasion de l’Ukraine « la première guerre TikTok ». L’application chinoise comptant plus d’un milliard d’utilisateurs, qui est devenue le réseau social des chorégraphies familiales virales en pleine pandémie, est désormais une source d’information pour des centaines de milliers de jeunes, qui suivent les images de la guerre en Ukraine en faisant glisser leur téléphone portable. Passant indistinctement de l’émotionnel aux scènes de guerre et aux mèmes, les faits et la fiction se mêlent. L’une des vidéos les plus diffusées sur l’Ukraine, avec plus de sept millions de vues, montrant des soldats fatigués disant au revoir à leur famille, s’est avérée être une scène d’un film ukrainien de 2017.

Tik Tok est devenu une source de soutien galvanisante pour les Ukrainiens, mais aussi un terrain fertile pour la prolifération de comptes frauduleux distribuant du faux contenu dans le but de gagner de l’argent rapidement grâce à des vidéos demandant des dons pour la cause ukrainienne. Les créateurs de contenu sur ce réseau peuvent recevoir des cadeaux virtuels, tels que des roses et des pandas numériques, pendant les diffusions en direct et les convertir en diamants, une monnaie TikTok qui peut ensuite être retirée comme de l’argent réel. TikTok prélève une commission de 50 % sur l’argent dépensé en cadeaux virtuels. L’ensemble du système a été dénoncé pour ses mauvais contrôles de modération du contenu et pour le business qui se cache derrière la viralisation de certaines vidéos.

La confrontation technologique

Les géants américains de la technologie sont également des acteurs privés dans cette guerre, alignés sur la stratégie occidentale, que ce soit pour exercer des pressions politiques (comme Apple qui suspend la vente d’iPhones et d’autres produits en Russie) ou pour capturer et contrôler des données et des informations (de la cartographie à la censure). Conscient que Google Maps pourrait être utilisé comme un autre outil de guerre par les parties russe et ukrainienne lorsqu’il s’agit d’élaborer des stratégies militaires, Google a décidé de désactiver temporairement cette fonctionnalité dans cette partie du monde. En outre, le train de sanctions approuvé par les États-Unis et l’Union européenne comprend un boycott des exportations de technologies. Depuis, Microsoft, Apple, Samsung, Oracle et Cisco ont refusé de vendre des services en Russie ou y ont mis fin à leurs activités.

Cette collaboration s’étend également au domaine de la sécurité. À la mi-janvier, alors que la Russie massait des troupes et des armes à sa frontière dans l’est de l’Ukraine, une attaque informatique baptisée WhisperGate a désactivé pendant des heures quelque 70 sites web du gouvernement ukrainien, qui ont fini par afficher un message invitant la population à « avoir peur et à s’attendre au pire ». À la suite du piratage, Microsoft a décidé de partager son analyse et les détails techniques de l’attaque, ainsi que des recommandations aux personnes concernées pour accroître leur résilience.

Une autre entreprise de cybersécurité fondée à Kiev en 2017, Hacken, a rassemblé une armée comptant jusqu’à 10 000 hackers dans 150 pays différents, selon ses propres déclarations, qui se consacre à s’introduire dans les plateformes médiatiques russes et à amplifier les récits ukrainiens du conflit sur les médias sociaux.

S’il s’agit, comme l’affirme le philosophe français centenaire Edgar Morin, de « la première cyberguerre de l’histoire de l’humanité », l’Ukraine pourrait devenir le premier front de guerre où les deux grandes tendances mondiales de la numérisation mesurent leurs forces : le techno-autoritarisme et le modèle américain de la Silicon Valley, où les entreprises privées déploient le « capitalisme de surveillance » que dénonce Shoshana Zuboff.

Bien avant l’invasion, le monde numérique avait déjà commencé à se diviser en une confrontation technologique marquée par la rivalité entre la Chine et les États-Unis. La « souveraineté » de l’internet russe était déjà fondée sur la censure de l’information et la persécution de l’opposition politique. Les alliés du Kremlin contrôlaient VKontakte, le Facebook russe, et depuis 2019, la loi sur la souveraineté d’internet obligeait déjà tous les fournisseurs de services en ligne à passer par les filtres du censeur numérique Koscomnadzor. Malgré cela, la guerre a accéléré et approfondi la portée de ce rideau de fer numérique qui vise à isoler les Russes de tout récit qui s’écarte de l’argument officiel du Kremlin pour la construction de son casus belli.

Dans un tel scénario polarisé de guerre de l’information, où la censure et l’émotionnalité narrative sont devenues une partie essentielle du récit de guerre, l’engagement de la communauté en faveur de la suppression de certains médias, ainsi que l’instrumentalisation des grands monopoles numériques en faveur de leur propre stratégie, posent également des contradictions avec l’idée de liberté d’expression défendue par l’un ou l’autre.

Le fondateur et PDG du réseau russe de messagerie cryptée Telegram, Pavel Durov, a averti les internautes de « douter de toutes les informations » qu’ils peuvent trouver sur la plateforme et a explicitement demandé aux utilisateurs de ne pas utiliser l’outil pour « exacerber les conflits et inciter à la discorde interethnique ». Telegram est devenu un instrument parfait pour mesurer le choc des récits sur la guerre. La plateforme s’est récemment positionnée comme un outil d’information utile pour les journalistes en Ukraine, notamment pour la création de chaînes d’information spécifiquement destinées à un public de moins de 25 ans qui a cessé d’écouter la radio ou de regarder la télévision traditionnelle. Contrairement à WhatsApp, Telegram ne limite pas le nombre d’utilisateurs sur un même canal et, dans le même temps, comme il n’y a presque pas de modération du contenu, il a également fonctionné comme un espace de mobilisation du soutien aux troupes russes, comme le montre la capacité de pénétration du canal « Intel Slava Z ».

Si, selon les experts, l’impasse militaire sur le terrain peut accélérer la cyberguerre, à court terme, la stratégie de la Russie reste axée sur la censure et le contrôle narratif : sur la puissance de la  » ferme à trolls  » russe, l’Agence de recherche sur Internet basée à Saint-Pétersbourg, et sa capacité à créer des contenus et à orchestrer des réactions organisées.

Au plus fort de la confusion, une enquête de Pro Publica a montré comment, dans la guerre d’Ukraine, on a même eu le paradoxe d’utiliser de faux fact-checkers pour apparemment déboulonner des faux inexistants. Les chercheurs ont identifié au moins une douzaine de vidéos dénonçant de prétendues campagnes de propagande ukrainiennes qui n’ont jamais eu lieu. L’objectif, selon les experts, était de jeter le doute sur toute image ultérieure dénonçant l’impact des prétendues attaques russes.

Dilemmes éthiques et stratégiques

La bataille pour le contrôle de la narration est également menée par l’UE elle-même, qui est depuis longtemps consciente de la capacité de la Russie à pénétrer et à influencer l’opinion publique européenne. À la demande de Bruxelles, Google, Meta et Twitter ont décidé de prendre des mesures à l’encontre des comptes liés au Kremlin afin d’empêcher la diffusion de désinformation, et notamment l’accès aux contenus des chaînes officielles russes telles que RT et Sputnik ; Apple a retiré l’application RT News de sa boutique et YouTube a bloqué la chaîne d’information russe. Annoncer une interdiction des émissions de RT et de Sputnik dans l’UE est non seulement politiquement risqué, mais aussi difficile à appliquer juridiquement.

Dans un tel scénario polarisé de guerre de l’information, où la censure et l’émotivité narrative sont devenues une partie essentielle du récit de guerre, l’engagement de l’UE en faveur de la suppression de certains médias, ainsi que l’instrumentalisation des grands monopoles numériques en faveur de sa propre stratégie, pose également des contradictions avec l’idée de liberté d’expression défendue par les deux camps.

La guerre hybride étend l’impact perturbateur d’une confrontation qui va au-delà des avancées militaires russes et de la résilience ukrainienne. Il se déploie par le biais de la désinformation et dans toute tentative d’infecter les infrastructures et les canaux de communication avec des logiciels malveillants. Bots, trolls ou chevaux de Troie, tout est bon pour affaiblir l’ennemi.

Carme Colomina, chercheur principal, CIDOB @carmecolomina

BARCELONA CENTRE FOR INTERNATIONAL AFFAIRS, mai 2022

#Ukraine #Russie #Guerre_digitale #Guerre_numérique