Tunisie : Le président Saïed purge 57 juges

Tunisie, Kaïes Saïed, juges, justice corruption,

Le président tunisien a limogé 57 juges, les accusant de corruption et de protection des terroristes dans une purge du système judiciaire qui intervient alors qu’il cherche à refaire le système politique après avoir consolidé son règne d’un seul homme.

Dans une allocution télévisée, Kais Saied a déclaré mercredi qu’il avait « donné opportunité après opportunité et avertissement après avertissement à la justice de se purifier ».

Quelques heures plus tard, le journal officiel a publié un décret annonçant les licenciements.

Parmi les personnes limogées figurait Youssef Bouzaker, l’ancien chef du Conseil supérieur de la magistrature dont Saied a remplacé les membres cette année alors qu’il tentait de prendre le contrôle du pouvoir judiciaire.

Le conseil avait agi comme le principal garant de l’indépendance judiciaire depuis la révolution tunisienne de 2011 qui a introduit la démocratie.

Les changements de Saied ont suscité des accusations d’ingérence dans le processus judiciaire.

Un autre juge de premier plan sur la liste des personnes limogées était Bachir Akremi, que certains militants politiques accusent d’être trop proche du parti islamiste Ennahda et d’avoir fait cesser les poursuites contre lui.

Ennahda et Akremi le nient tous les deux.

Prise de pouvoir 2021

L’été dernier, Saied a limogé le gouvernement et s’est emparé du pouvoir exécutif dans un mouvement que ses détracteurs ont appelé à un coup d’État avant de mettre de côté la constitution de 2014 pour gouverner par décret et destituer le parlement élu.

Il affirme que ses mesures étaient nécessaires pour sauver la Tunisie de la crise et que son intervention semblait initialement bénéficier d’un large soutien public après des années de stagnation économique, de paralysie politique et de corruption.

Saied, qui a également remplacé la commission électorale indépendante, a également déclaré qu’il introduirait une nouvelle constitution ce mois-ci qu’il soumettra à un référendum le mois prochain.

Rassemblement des syndicats

Cependant, presque tous les partis politiques tunisiens ont rejeté cette décision, ainsi que le puissant syndicat UGTT.

Avec l’économie tunisienne défaillante et les finances publiques en crise, Saied fait face à la perspective d’une colère populaire croissante face à l’inflation et au chômage élevés, et au déclin des services publics.

L’UGTT a déclaré cette semaine que les travailleurs du secteur public se mettraient en grève le 16 juin, posant le plus grand défi direct à la position politique de Saied jusqu’à présent.

RFI, 02 juin 2022

Lire aussi : Algérie-Tunisie : à quoi joue Kaïs Saïed ?