Protestations : Les Marocains défient le Makhzen

Maroc, manifestations, Syndicat marocain de l’enseignement supérieur, grève, israël, normalisation,

Le mouvement de protestation populaire prend de l’ampleur au Maroc, secouant plusieurs départements et plusieurs secteurs. Le front social est en ébullition et l’approfondissement de la normalisation avec l’entité sioniste ne fait qu’alimenter la colère des Marocains, conscients des dangers qui les guettent.

Après les manifestations organisées par le front social et les organisations anti-normalisation et de soutien à la cause palestinienne, ce sont aujourd’hui les secteurs de l’enseignement supérieur et de la formation qui rejoignent la protesta. Le Syndicat marocain de l’enseignement supérieur envisage d’organiser une grève nationale de trois jours au cours du mois de juin. Simultanément, l’Université marocaine de la formation professionnelle a décidé de mettre en place un programme de lutte qui commencera ce jeudi. Les médias marocains ont rapporté que «le Syndicat marocain de l’enseignement supérieur avait décidé d’entamer une grève nationale les 7, 8 et 9 juin, en réponse aux batailles de lutte en cours menées par des professeurs et des chercheurs dans un certain nombre d’universités et d’institutions de l’enseignement supérieur et de l’éducation, protestant contre le projet de loi réglementant l’enseignement supérieur et la recherche scientifique et dénonçant « les tergiversations » observées par le ministère dans ses négociations avec le Bureau national du syndicat.

Le Syndicat a souligné «la nécessité de «s’en tenir à toutes les revendications contenues dans le dossier de revendications du Syndicat», et que «la véritable réforme de l’enseignement supérieur doit partir d’une réforme globale du système éducatif dans son ensemble, et qu’elle ne doit pas avoir lieu en dehors des structures universitaires, et sans la participation effective des enseignants-chercheurs». Elle a également condamné «l’empêchement de la tenue d’une conférence internationale sur le droit médical à la Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca, ainsi que l’empêchement de la manifestation sur la hausse des prix élevés et de normalisation avec l’entité sioniste, ainsi que la fermeture du ministère de l’Éducation nationale de la porte du dialogue sur les centres régionaux d’éducation et de formation.

Pour maintenir l’escalade, le même syndicat a décidé de garder sa réunion ouverte, soulignant qu’«un grand nombre d’universités et leurs institutions affiliées ont été témoins, ces dernières semaines, d’une vague massive de protestations, représentée par des grèves régionales et locales». L’Université marocaine de la formation professionnelle a décidé d’élaborer un programme de lutte à partir de la région de Casablanca-Settat, où le badge rouge sera porté tout au long de jeudi prochain dans tous les établissements de formation et intérêts administratifs de la même région.

La Coordination Marocaine des Enseignants contraints à la contractualisation a élaboré «un nouveau programme de protestation pour les trois prochains mois, à partir d’aujourd’hui, et ce pour exiger la suppression de la contractualisation, et dénoncer les procès fictifs des leurs collègues en raison de leur participation dans des manifestations réclamant leurs droits légitimes». Les contractuels organiseront des formes locales de protestation et des protestations régionales ou régionales selon la spécificité de chaque partie, les 1e, 2 et 3 juillet prochains. Pour sa part, le président de l’Observatoire marocain anti-normalisation, Ahmed Ouihmane, a dénoncé la conclusion d’un protocole d’accord dans le domaine de la recherche scientifique et de la technologie entre le ministère de l’Enseignement supérieur marocain et son homologue sioniste, appelant les Marocains à « prendre connaissance du péril de l’intrusion sioniste au Maroc qui a, d’ores et déjà, enclenché le compte à rebours de l’effondrement du royaume ».

Il a en conséquence prévenu que «si les choses continuaient à ce rythme, dans peu de temps, la nation marocaine appartiendra au passé et les Marocains n’auront que des regrets », affirmant que «l’objectif principal de l’entité sioniste à travers son projet de normalisation avec le Maroc est de se placer dans cette partie du monde en substitution à la Palestine, où elle ne cesse de faire face à une résistance farouche». Ahmed Ouihmane a rappelé qu’«en 1903, le mouvement sioniste mondial, dirigé par Theodor Herzl, a discuté de l’idée de faire du Maroc un pays alternatif pour tous les Sionistes du monde, avant même la Palestine».

Amar Malki

La Sentinelle, 01 juin 2022

#Maroc #Israël #Normalisation #Alqods