Maroc: Ce que la CIA pensait du prince héritier Sidi Mohamed

Maroc, Hassan II, Prince Sidi Mohammed, Mohammed VI, CIA,

Sous le titre de « Maroc : La question de la succession », la CIA dressait un portrait détaillé de la vie du prince héritier à l’époque aujourd’hui roi du Maroc Mohammed VI. Le rapport a été rédigé en 1982 et déclassifié en 2008. Voici quelques extraits sur le prince Sidi Mohamed.

Nous pensons que Sidi Mohamed suivra la position modérée et pro-occidentale de son père pendant les premières années de son règne. Au moins, dans un premier temps, les loyalistes de la clique du palais de Hassan sont susceptibles de dominer le groupe de conseillers de Sidi Mohamed. Toutefois, leurs luttes ultérieures pour le pouvoir pourraient affaiblir le contrôle de Sidi Mohamed sur les instruments du pouvoir.

(…)
Un régime révolutionnaire fondamentaliste est le gouvernement le moins susceptible de prendre le pouvoir après la mort de Hassan II. Bien que les groupes religieux extrémistes remettent en question la légitimité de Sidi Mohamed, ils n’ont pas de leader charismatique fort et ne sont pas suffisamment bien organisés pour réussir à prendre le pouvoir.
(…)

Sidi Mohamed a été rigoureusement préparé depuis son enfance pour être l’héritier du trône marocain, selon les rapports de l’ambassade américaine. Il apparaît fréquemment en public avec son père et accomplit parfois seul les fonctions cérémonielles. Au cours des deux dernières années, Sidi Mohamed a été progressivement initié à des fonctions officielles plus importantes ; le prince héritier a assisté aux sommets de Fès et de l’OUA en 1981 et a été envoyé occasionnellement en tant qu’envoyé spécial en 1981 et a été envoyé occasionnellement en tant qu’envoyé spécial pour délivrer des messages personnels de son père.

Sidi Mohamed a été éduqué à l’école du palais, qui fournit un mélange prudent d’enfants royaux et de roturiers sélectionnés issus de bonnes familles. L’école semble tourner principalement autour de l’éducation du prince héritier, car un nouveau niveau scolaire est ajouté lorsque Sidi Mohamed est promu. Selon l’ambassade des États-Unis, les élèves travaillent dur et sont en classe presque toute la journée.

Les membres du Conseil de régence, un an plus tard, ont officialisé les dispositions relatives à la succession et visaient à apaiser les inquiétudes du public concernant la transition. Hassan probablement pensait qu’un conseil largement représentatif, incluant les principaux groupes d’intérêt, préserverait le soutien populaire à la monarchie si le conseil exerçait un jour un quelconque pouvoir.

La loyauté envers le trône alaouite est la marque commune des membres du conseil. La plupart d’entre eux sont de proches confidents d’Hassan depuis au moins 20 ans, et deux sont des parents éloignés. Selon nous, le général Ahmed Dlimi, conseiller principal d’Hassan pour les questions militaires et de renseignement, est le seul membre susceptible d’être une figure politique forte et indépendante. Nous pensons qu’Hassan espère peut-être que le pouvoir et le contrôle réels pendant une période de transition resteront entre les mains de Dlimi et de son conseiller politique le plus proche, Ahmed Reda Guedira, les autres membres agissant comme des bouche-trous pour montrer un large soutien au nouveau monarque.

#Maroc #HassanII #MohammedVI #AhmedDlimi