Algérie-Tunisie : à quoi joue Kaïs Saïed ?

Algérie, Tunisie, Libye, Egypte, Ethiopie, Gaz, Italie, GNL,

Alors que la Tunisie prônait autrefois une diplomatie de la neutralité, le président Kaïs Saïed est de plus en plus isolé au niveau régional. L’Algérie envisageait de réduire ses exportations de gaz vers Tunis. Explications.

Pour augmenter la quantité de gaz algérien exportée vers l’Italie, ce qui conduira à une augmentation du droit de passage que la Tunisie reçoit en GNL levé , l’Algérie tente actuellement de réduire les quantités de gaz vendues à la Tunisie.

La Tunisie, dépendante à 70% de ses besoins en gaz naturel de l’Algérie, se procure le gaz algérien de trois manières : le droit de passage s’élève à 5,25% du volume de gaz transporté par le gazoduc Transmed, traversant la Tunisie vers l’Italie. Par ailleurs, la Tunisie achète plus de 30% de sa consommation de gaz à l’Algérie dans le cadre d’accords bilatéraux. Pour ces deux achats d’énergie, rien ne change.

En revanche, ce qui pourrait bien changer, ce sont les quantités de GNL algérien achetées via des contrats séparés . Le pourcentage de gaz algérien obtenu par la Tunisie devrait cependant être équilibré avec l’augmentation du « gaz fiscal », estimée à 40 %, et qui conduira donc à une augmentation de 10 % des volumes de gaz obtenus par la Tunisie.

Cependant, le fait qu’Alger mette un frein à la fourniture de « gaz sous contrat » ​​à la Tunisie pose question. Car au-delà de l’augmentation ou de la réduction du gaz obtenu par la Tunisie, la position entre les deux pays frères est assez inhabituelle.

Un rapprochement avec l’Egypte qui déplaît à Alger ?

L’un des facteurs qui ont facilité l’amitié algéro-tunisienne, au-delà de l’histoire commune des deux pays, a souvent été leur diplomatie homogène. L’Algérie et la Tunisie sont presque toujours d’accord sur la diplomatie euro-maghrébine ou le soutien commun à la cause palestinienne, entre autres questions panarabistes.

Là où les deux pays voisins divergent, c’est dans leurs relations avec les puissances asiatiques ou latino-américaines. Là où la diplomatie algérienne est plutôt bien implantée, ce n’est pas le cas en Tunisie, et inversement. Mais jusqu’à très récemment, la Tunisie n’était impliquée que superficiellement dans les questions géopolitiques internationales, conservant une certaine neutralité dont la diplomatie tunisienne pouvait se targuer.

Cela a bien changé depuis la passation des pleins pouvoirs au président Kaïs Saïed. Si ce dernier a tout fait pour entretenir de bonnes relations avec l’Algérie voisine, le président tunisien, en compagnie de son diplomate en chef Othmane Jerandi, prend des positions qu’Alger n’apprécie guère. C’est, en premier lieu, le rapprochement à grande vitesse avec l’Egypte qui déconcerte. En raison d’une hostilité commune aux partis islamistes entre Kais Saïed et Abdel Fattah al-Sissi, les deux chefs d’Etat se mettent automatiquement d’accord sur les questions politiques arabes.

Pas plus tard que vendredi dernier, Kaïs Saïed a reçu le Premier ministre égyptien Moustafa Madbouli. Saied a déclaré que son homologue al-Sisi avait « sauvé l’Egypte d’une période très dangereuse ». « Le président al-Sissi a raccourci les délais et fait gagner beaucoup de temps au peuple égyptien », a déclaré Kaïs Saïed. Eloge du pogrom des opposants par al-Sissi, donc. Des opposants au mouvement des Frères musulmans, comme ceux relevés du pouvoir par Kaïs Saïed le 25 juillet.

L’Algérie agacée par les positions diplomatiques de la Tunisie

Là où la politique commune de Saïed et d’al-Sisi dérange Alger, c’est qu’elle s’accompagne d’une étrange adhésion de la Tunisie aux nouvelles normes diplomatiques. En particulier, Tunis s’est beaucoup rapprochée, en quelques mois seulement, des Émirats arabes unis et de l’Arabie saoudite.

Et même si Kaïs Saïed était personnellement intervenu pour empêcher tout lobbying de l’une ou l’autre des parties au conflit libyen sur son territoire , la position tunisienne dans le dossier libyen continue de provoquer une détérioration des relations entre Tunis et Tripoli.

Devant le Conseil de sécurité des Nations unies, la Tunisie a pris l’initiative de présenter la motion qui, après son approbation, condamnait le remplissage du barrage de la Renaissance (GERD) par l’Éthiopie. Une décision que le ministre éthiopien des Affaires étrangères, Demeke Mekonnen, a qualifiée d’« erreur qui va entacher le mandat de la Tunisie en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité ». Une position tunisienne sur le GERD que l’Egypte salue, bien sûr. Mais, pour l’Algérie, alliée de l’Ethiopie au sein du G4, les sourires ne sont pas de mise.

Enfin, la nouvelle ligne diplomatique tunisienne a également eu des répercussions sur le dossier du moment : le conflit russo-ukrainien. La Tunisie est l’un des rares pays d’Afrique du Nord à avoir condamné la Russie à l’ONU. Pourtant, la Russie entretenait des relations très cordiales avec la Tunisie, mais Moscou est aussi l’un des premiers alliés de l’Algérie.

Si Tunis tente de lisser sa diplomatie inhabituellement agressive par des visites bilatérales récurrentes avec l’Algérie, il n’est pas sûr que l’Algérie soit assez patiente, alors que son voisin immédiat multiplie les décisions unilatérales. D’autant que du côté du ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, l’agacement est bien visible. Lors d’une visite de son homologue Jerandi à Alger début mai, Lamamra a déclaré: « Nous devons coordonner davantage les positions (de l’Algérie et de la Tunisie) sur les questions d’intérêt commun au niveau régional et international ».

Le journal de l’Afrique, 16 mai 2022